Stillwater

Un grand merci à Universal Pictures pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Stillwater » de Tom McCarthy.

Stillwater

« Il y a un temps pour l’espoir et un temps pour l’acceptation. Ne donnez pas à votre fille de faux espoirs. Ça ne ferait qu’aggraver son cas. »

Travaillant sur des plateformes pétrolières, Bill Baker est un homme taiseux et taciturne qui a longtemps négligé sa famille. Il décide de faire le voyage de l’Oklahoma jusqu’à Marseille pour aller voir sa fille Allison, dont il n’a jamais été proche, mais qui est incarcérée pour un meurtre qu’elle affirme ne pas avoir commis. Quand Allison lui parle d’un nouvel indice susceptible de l’innocenter, Bill se retrouve confronté à la barrière de la langue et à un système judiciaire complexe qu’il ne comprend pas. Avec l’aide de Virginie, une comédienne rencontrée par hasard, il se met en tête de s’occuper lui-même de l’affaire et de prouver l’innocence de sa fille…

« Mon père a toujours été un paumé. Je le sais parce que je suis comme lui. »

Stillwater_Abigail_Breslin

Acteur de second plan, l’américain Tom McCarthy a enchainé pendant près de vingt ans les apparitions furtives dans une foultitude de productions hollywoodiennes (« Mon beau-père et moi », « Good night and good luck », « Syriana », « Michael Clayton », « Mémoire de nos pères », « Fair game »…). Mais las de jamais réussir à véritablement percer, il s’est progressivement lancé depuis le milieu des années 2000 dans l’écriture de scénario et la réalisation de films. Jusqu’à pouvoir, le succès aidant, en faire son activité principale. Et de fait, après s’être fait un nom dans le milieu du cinéma indépendant (grâce notamment à son magnifique « The visitor », Grand prix du Festival de Deauville en 2008 et en compétition à Sundance), il a atteint une véritable reconnaissance critique et publique grâce à « Spotlight » (2015), relatant l’enquête du Boston Globe sur le scandale des prêtres pédophiles. Un film qui vaudra au cinéaste une nomination à l’Oscar du meilleur réalisateur et qui sera par ailleurs récompensé de deux trophées (Meilleur film et Meilleur scénario original). Six ans après, il nous revient avec « Stillwater », son sixième long-métrage, librement inspiré de l’affaire Amanda Knox, cette étudiante américaine soupçonnée d’avoir assassinée sa camarade qui fut incarcérée quatre années durant en Italie dans les années 2000.   

« Ma mère a eu un amant et ça s’est su. Je ne sais pas ce qu’on lui reprochait le plus : d’avoir un amant ou de passer ses après-midi à faire l’amour plutôt que de faire ses carreaux »

Stillwater_Camille_Cottin

Avec son intrigue mêlant à la fois des éléments de filiation abîmée, d’erreur judiciaire et de mafia, « Stillwater » pouvait laisser craindre à une énième resucée de revenge movie façon Europacorp. Avec pour seul originalité la présence de Matt Damon en tête d’affiche en lieu et place de ce bon vieux Liam Neeson. Et puis contre toute attente il n'en est finalement (et heureusement !) rien. L'imbroglio judiciaire au centre de l'intrigue sert surtout de prétexte pour un ouvrier de l'Amérique profonde de venir en France, à Marseille, où il espère se rapprocher de sa fille incarcérée dont il ne s'est pas toujours occupé. Mais le drame familial laisse vite place au choc des cultures. Et le héros se retrouve ainsi confronté à un monde qui lui était jusqu'alors inconnu (soleil méridional, douceur de vivre, ouverture sur la culture et sur le monde) et à l'opposé de sa ville de rednecks de son Oklahoma natal qui n’a que les champs pétrolifère pour unique horizon. Avec, au gré de ses rencontres l'esquisse d'un possible nouveau départ. Jusqu'à ce que les liens du sang et sa volonté farouche d'agir pour sauver sa fille ne reprenne le dessus. Pour l'occasion, le cinéaste tisse un scénario plutôt subtil dans lequel il fait se rencontrer le nouveau et l'ancien monde, deux univers à la fois très proches et très antagonistes, dont il cherche à montrer sans les opposer ce qui les rapproche mais aussi ce qui les rend au fond incompatibles, le temps d'un drame moral introspectif (la fille du héros est elle vraiment coupable ou est elle une manipulatrice?). Un drame terriblement humain en ce qu'il révèle les zones d'ombre de chacun des personnages sans pour autant les juger (jusqu'où peut-on aller pour ses enfants?). S'il souffre sans doute de quelques longueurs, le film propose néanmoins une réflexion pertinente sur la notion de culpabilité et de justice. Tout en nous rappelant de façon très fataliste qu'on n'échappe jamais à son destin. Un film touchant et plutôt fort, qui s'appuie également sur l'impeccable prestation de ses acteurs (Abigail Breslin, et surtout Matt Damon et Camille Cottin qui forment contre toute attente un couple aussi improbable que parfaitement complice). 

Stillwater_Matt_Damon

***

Le blu-ray : Le film est présenté en version originale américaine (5.1) ainsi qu’en versions française, allemande et italienne (toutes 5.1). Des sous-titres français, allemands, italiens et portugais sont également disponibles.

Côté bonus, le film est accompagné de trois modules : « Une alchimie de points de vue », « Un américain à Marseille » : les lieux de tournage et « Avec curiosité et compassion : Tom McCarthy, réalisateur ».

Édité par Universal Pictures, « Stillwater » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 26 janvier 2022.

Le site Internet de Universal Pictures est ici. Sa page Facebook est ici.


wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Mauvaises Filles
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Fumer Fait Tousser
wallpaper-1019588
Richard Chamberlain
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Rimini