Jean de Florette

Jean de FloretteQuand un classique de la littérature populaire devient un classique du cinéma populaire

Qui ne connaît pas cette histoire écrite par Marcel Pagnol et faisant l’objet ici d’une nouvelle adaptation par Claude Berri ; adaptation qui fera oublier la plus ancienne.

Instituteur citadin, Jean décide de venir habiter dans la masure nichée dans les Alpilles que lui a légué un oncle avec pour projet d’y élever des lapins. Un changement de vie bien réfléchi, le bonhomme a méthodiquement élaboré son projet, il est très documenté ; çà doit marcher… sur le papier. C’est sans côté sur un binôme local (un oncle cynique et calculateur et son neveu couard et pas très futé) qui lorgnait sur cette maison perdue dans les montagnes ; car pourvue d’une source généreuse. Et l’eau est une denrée rare l’été pour les paysans locaux. Et dans cette guerre de l’eau, les deux malfaisants vont faire capoter le projet de Jean le conduisant jusqu’à la mort et sa femme et sa fille Manon à la ruine. Récupérer la maison devient un jeu d’enfant.

De cette histoire, Claude Berri livre une version magistrale avec des comédiens d’exception : Yves Montand, Gérard Depardieu, Daniel Auteuil. Le scénario est maitrisé de bout en bout et amène un crescendo dramatique inéluctable très prenant jusqu’au dénouement de cette tragédie. Certains dialogues tout droit sorti du roman allié à la réécriture donne un crédit à l’histoire et une profondeur psychologique hors pair aux personnages. Jamais, le spectateur ne se sentira exclu de ce drame se nouant devant nos yeux. La musique accompagne aussi magnifiquement tout le film ; toujours à propos dans des partitions sublimes. Un classique français mais pas franchouillard car brassant des thèmes universels dont un central sur le manque d’humanité de certains de nos semblables. Et surtout, il est une mise en place longue mais pas ennuyeuse du dénouement de l’histoire dans l’opus suivant « Manon des sources » que l’on aurait envie de voir dans la foulée. Mon fils de 13 ans ½ a été conquis.

Sorti en 1986

Ma note: 17/20


wallpaper-1019588
Lily-Rose Depp en vedette de Nosferatu signé Robert Eggers ?
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : The Greatest Beer Run Ever
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Poppy Field
wallpaper-1019588
Bande annonce teaser pour Pétaouchnok d'Edouard Deluc