2 Fast 2 Furious (2003) de John Singleton

Après le succès surprise et mondial de "Fast and Furious" (2001) de Rob Cohen, la suite s'est avérée évidente. Mais la suite va se faire sans l'une des deux stars, Vin Diesel aurait été trop gourmand sur son cachet. Résultat, un nouveau réalisateur, un nouveau scénario et un court métrage "Turbo-Charged Prelude" (2002) de Philip G. Atwell qui sert de transition avec les deux longs métrages. Ce court métrage est inclus surle DVD de "Fast and Furious" en 2003 sortit évidemment peu de temps avant "2 Fast 2 Furious". Pour cette suite c'est le réalisateur des films "Boyz N the Hood" (1991), "Shaft" (2000) et "Baby Boy" (2001), John Singleton qui est choisit. Ca tombe bien le réalisateur déclare à propos du premier opus : "Lorsque je l'ai vu, je me suis dit : "Bon dieu, pourquoi n'ai-je pas eu cette idée ? Dans les rues de South Central où j'ai grandi, se déroulaient chaque nuit des courses de bolides. J'y faiais d'ailleurs allusion dans "Boyz'N the Hood". Au scénario on retrouve Gary Scott Thompson entre autre, mais c'est surtout Michael Brandt qui écrit cet opus, et qui se fera un nom avec les films "3h10 pour Yuma" (2007) de James Mangold et "Wanted : Choisis ton Destin" (2008) de Timur Bekmambetov avant de se reposer sur ses lauriers avec (2017) de Antonio Negret. Notons que pour cette suite la production ne fait pas les choses à moitié puisque le budget est multiplié par deux comparé au précédent en amassant tout de même 240 millions au box-office Monde...

2 Fast 2 Furious (2003) de John Singleton

Ex-flic, Brian s'est construit une nouvelle vie en Floride mais les autorités le retrouvent et l'obligent à accepter une mission. Il doit se faire passer pour un pilote hors-la-loi afin qu'un des caïds du secteur l'embauche comme chauffeur-livreur. Il accepte à condition qu'il puisse choisir un acolyte, un ancien ami avec qui il est en fait en froid. Les deux amis se font embaucher et infiltrent ainsi l'organisation de Carter Verone. Ils doivent trouver des preuves pour piéger ce dernier dont le bras droit est une femme magnifique qui s'avère une policière infiltrée qui aurait peut-être retourné sa veste... Donc pas de Dom Torreto dans cette suite mais on retrouve bien Brian incarné par Paul Walker qui a tourné entre temps dans "Une Virée en Enfer" (2001) de John Dahl. Cette suite est aussi le seul où on ne retrouve pas les autres membres du film originel, mais parmi les nouveaux certains reviendront par la suite comme Tyrese Gibson qui retrouve John Singleton après "Baby Boy" (2001) et qu'il retrouvera dans "Quatre Frères" (2005), puis le rappeur Ludacris qui venait de tourner dans "The Wash" (2001) de DJ Pooh. Le méchant est joué par Cole Hauser vu juste avant dans "Tigerland" (2000) de Joel Schumacher et "Pitch Black" (2000) de David Twohy dans lequel jouait un certain Vin Diesel. Un rôle central est interprété par la sublime Eva Mendes qui tourne là entre "Training Day" (2001) de Antoine Fuqua et "Desperado 2 : Il était une fois au Mexique" (2002) de Robert Rodriguez. Citons encore James Remar qu'on reverra dans "Django Unchained" (2012) et "Once Upon a Time in Hollywood" (2019) tous deux de Quentin Tarantino, puis Devon Aoki qu'on reverra par exemple dans "Sin City" (2005) de Robert Rodriguez et "DOA : Dead or Alive" (2006) de Corey Yuenlig. Pour l'anecdote cette dernière a dû passer son permis juste avant le tournage à l'instar des deux rôles féminins principaux du premier opus... Notons qu'une part importante du budget a servi à l'acquisition de pas de 190 véhicules principaux et environ 400 voitures secondaires. Dans le lot il y a des Mitsubishi inédites, qui n'étaient pas encore mises en vente lors du tournage.

2 Fast 2 Furious (2003) de John Singleton

Brian/Walker joue donc encore la carte de l'infiltration mais cette fois on constate qu'il a beaucoup appris aux côté de Dom mais il partage toujours l'affiche, même si c'est avec 3 autres protagonistes. La belle Eva Mendes fait le job en cachetonnant, Tyrese Gibson en fait un peu trop, mais le méchant Cole Hauser reste assez charismatique pour convaincre. Le plus gênant c'est cette drôle de sensation de voir une relation gay entre Brian/Walker et Roman Pearce/Gibson, avec les gros plans sur le levier de vitesse, le second qui fait son jaloux quand son ami regarde un peu trop la plastique de Eva Mendes, ou surtout le Roman qui se met torse nu avec une allusion très sous la ceinture destinée à son ami. Le film se la joue donc "Top Gun" du sport automobile avec encore moins de subtilité. L'alchimie entre les acteurs n'est pourtant pas toujours très évidente, mais il y a du rythme et le méchant/Hauser est un personnage assez fort pour compenser. Comme sur le premier, on remarque trop de trous et autres erreurs ou maladresses dans le scénario dont la première qui frappe : pourquoi les flics interviennent lors de la première infiltration des deux héros ?!?! et pourquoi Roman tire suffit de prendre le volant et fuir ?! Pas mal de faux raccords très voyants parsèmentle film (rétro plus de rétroviseur, boue sur carrosserie pui plus de boue, carrosserie défoncée puis intacte dans le seconde d'après... etc...). Cette suite est donc largement un cran en-deça du premier, divertissant ou regardable, mais sans envie ni audace.

Fast Furious (2003) John Singleton

Pour info bonus, Note de mon fils de 12 ans :

Fast Furious (2003) John SingletonFast Furious (2003) John Singleton

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Cops and Robbers
wallpaper-1019588
Nouvelle affiche FR pour Le Dernier Duel de Ridley Scott
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Licorice Pizza de Paul Thomas Anderson
wallpaper-1019588
[C’ÉTAIT DANS TA TV] : #27. Street Hawk
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : J’ai aimé vivre là