Je te Veux, Moi non Plus (2021) de Rodolphe Lauga

Film de Rodolphe Lauga, Je te veux, moi non plus sorti sur la chaine Amazon Prime (comme les cinéma nous manquent !!!) reprend les début de l'histoire d'amour de l'humoriste Ines Reg, révélée via le Jamel Comedy Club et de son mari comédien Kévin Debonne. Une comédie romantique qui sent bon le profit en surfant sur la vague du succès de l'humoriste - en même temps, elle n'a pas complètement tort - autant en profiter tant que c'est possible.

L'histoire est celle de deux amis d'enfance, lui a toujours été amoureux de sa meilleure amie Nina, elle qui n'a jamais voulu de cette relation, jusqu'au jour où une jeune femme, Cassandra, arrive dans la vie du jeune homme Dylan.

L'ensemble du film est porté par des clichés. Que ce soit dans les scènes de comédie romantique mais on peut passer outre car c'est ce qui est le plus souvent attendu dans ce genre de film et les quelques moments de douceurs et de mélo font un bien fou à ce film. Mais de là à pousser les clichés des comportements des amis, l'intello randonneuse et la sulfureuse nympho faut peut-être pas exagérer. On s'adapte déjà au tempérament de feu et au langage châtié, flirtant souvent avec la vulgarité (alors qu'elle est censé être avocate - on n'a pas les mêmes fréquentations de ces professionnels) d'Ines Reg dans le rôle de Nina, qui ne se dissocie pas de ce que l'on peut voir d'elle en interview mais de là à accumuler autant de lourdeur dans un film, ça fait beaucoup. Finalement, l'humour ne rattrape pas le film et même si l'on rit sur certaines scènes, il reste très lourd, manquant de finesse et de profondeur. On peut aussi voir certaines incohérences, l'appartement parisien bien rangé de la jeune femme alors qu'elle met le bordel chez son meilleur ami dès son arrivée. La nympho, qui se range en 30 secondes de film quand elle croise le regard de Jules...

Le jeu des acteurs est poussé aux extrêmes et si on retrouve Ines Reg telle qu'elle apparaît à la télé, Kévin Debonne nous surprend dans un rôle sans saveur, se laissant manger par sa co-star et ne ressortant de son propre rôle que très peu d'émotion, pas de paillettes dans les yeux même pour le spectateur. On peut tout de même noter que les acteurs secondaires sont dans leur rôle jusqu'au bout incarnant parfaitement les clichés de leur personnages. Il est dommage, de ne pas avoir la version réaliste de leur histoire, portant fièrement leur nom et leur métier dans un film qui leur rendrait un peu plus hommage. Il aurait été intéressant de voir ces deux relations grandir alors que les deux partagent le goût de la scène mais ayant pris des voies différentes.

Je te veux, moi non plus fait penser à un film d'adultes en mal de leur adolescence et vivant à fond un rêve oublié où la responsabilité et la maturité s'est pris les pieds dans la fête et la démesure.

Avis de Selenie ICI !

Veux, Plus (2021) Rodolphe Lauga

Je te Veux, Moi non Plus (2021) de Rodolphe Lauga

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Cops and Robbers
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Brutus vs César
wallpaper-1019588
Vers une suite à Greenland - Le Dernier Refuge de Ric Roman Waugh ?
wallpaper-1019588
À Couteaux Tirés : Jessica Henwick au casting de la suite signée Rian Johnson ?
wallpaper-1019588
Bande annonce VOST pour Onoda - 1000 nuits dans la jungle de Arthur Harari
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Gagarine