Nausicaä de la Vallée du Vent (1984) de Hayao Miyazaki

Après son premier long métrage d'animation en solo "Le Château de Cagliostro" (1979), Hayao Miyazaki revient avec son second film adapté de son propre manga qu'il a commencé à publier pour le magazine Animage Monthly en 1982, et qui continuera très irrégulièrement jusqu'en 1994. Le succès de son premier film le fit remarquer mais le succès du livre a aussi et surtout favoriser le projet de porter le manga sur grand écran. L'artiste réalise et écrit son film pour la société de production Topcraft de Toru Hara ex-animateur chez Toei Doga et qui a déjà produit des téléfilms d'animation comme "The Hobbit" (1977) et "Le Retour du Roi" (1980).

Nausicaä de la Vallée du Vent (1984) de Hayao Miyazaki

Miyazaki retrouve comme co-producteurs également les nommés Yasuyoshi Tokuma dont on reparlera plus bas et Isao Takahata auprès de qui Miyazaki a débuté comme animateur puis scénariste sur "Horus Prince du Soleil" (1968) et "Panda Petit Panda" (1972). Aux origines de cette oeuvre, Miyazaki s'est inspiré de "L'Odyssée" de Homère et surtout de son personnage Nausicaa qui aide Ulysse avant d'épouser son fils Télémaque, puis du conte "La Princesse qui aimait les Insectes" (conte japonais du 12ème siècle)... Dans un monde post-apocalyptique les habitants de la Vallée du Vent survivent malgré qu'ils soient encerclés par la Forêt Toxique qu'ils arrivent à contenir. Mais des peuples voisins belliqueux veulent absolument trouver une solution définitive à cette Forêt qui gagnent du terrain petit à petit et pour se faire ils sont prêt à la guerre, et ce que ce soit contre d'autres humains ou même contre les insectes géants qui se sont acclimatés aux émanations toxiques. La princesse de la Vallée du Vent va alors tout tenter pour éviter toute violence inutile ou guerre inutile... Après un film sur "Edgar le Gentleman Cambrioleur cette fois Miyazaki entre un peu plus dans son univers personnel, pose les jalons qui va façonner avec le temps l'une des oeuvres les plus plus cohérentes du cinéma d'animation. Miyazaki impose une héroïne courageuse, un monde en proie aux bellicistes de tout poil, et surtout victime de la bêtise des humains qui polluent la Terre tout en rappelant que le lien entre humanité et nature est intangible. Après un générique inspiré de la Tapisserie de Bayeux (dixit Miyazaki lui-même) on remarque aussi un goût prononcé pour les machines volantes, venus de son père qui était directeur à la Compagnie Miyazaki Airplane qui fournissait les gouvernails pour les avions de chasse japonais dit "Zéros".

Nausicaä de la Vallée du Vent (1984) de Hayao Miyazaki

Une fascination pour la mécanique des objets volants qui ne se démentira jamais par la suite. On peut noter aussi les corons ou les cités ouvrières qui ramènent à l'exploitation de l'homme et de la machine, ce contraste et à la fois cette unité entre passé et modernité où la Révolution Industrielle du 19ème semble toujours une vraie source d'inspiration inépuisable pour Miyazaki. Par là même, le sens de la solidarité, le "petit peuple", le courage, le sens du devoir en plus de l'exploitation de certains plans ramènent inévitablement à un certain . Des références multiples, des inspirations riches et foisonnantes font que sur le fond l'histoire de Nausicaä est passionnante et offre un conte moderne forcément intéressante, très morale aussi, et sans doute un peu trop manichéen. On est plus déçu par de petits points de détails comme les Omus (littéralement "insectes-rois") peu créatifs (troupeau peu intelligent, expressivité résumé à 3 codes), ou plutôt perplexe comme un côté légèrement "sexy" de Nausicaä (sur ce point Miyazaki sera plus discret par la suite). Mais le film demeure une jolie histoire avec une héroïne charismatique et charmante bien qu'un peu trop parfaite, avec tous les ingrédients écolos en prime et des aventures qui mêlent habilement action et émotion, humour un peu trop en retrait sans doute. Un très bon moment, prometteur quand on pense aux prochains films de Miyazaki. Le succès sera énorme, surtout au Japon et aux Etats-Unis. Nausicaä sera classée "meilleur personnage de manga" 15 années de suite. Ce film est aussi un moment charnière pour Miyazaki, car alors que la société qui l'a produit Topcraft fait faillite au même moment, le cinéaste fonde avec Yasuyoshi Tokuma et Isao Takahata la société Ghibli avec une bonne partie de son équipe ayant oeuvré sur "Nausicaä..." Si ses deux premiers films ne sont pas officiellement de Ghibli ils en feront implicement partie, en attendant le premier film officiellement siglé Ghibli : "Le Château dans le Ciel", mais c'est une autre histoire...

Nausicaä Vallée Vent (1984) Hayao MiyazakiNausicaä Vallée Vent (1984) Hayao Miyazaki

Pour info bonus, Note de mon fils de 11 ans :

Nausicaä Vallée Vent (1984) Hayao MiyazakiNausicaä Vallée Vent (1984) Hayao Miyazaki

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Cops and Robbers
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Space Force : The Dark Side of The Moon
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #80. Judge Dredd
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Brutus vs César
wallpaper-1019588
Hors normes
wallpaper-1019588
Mon Voisin Totoro (1988) de Hayao Miyazaki
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Si je t’oublie... je t’aime
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #146. Project A (’A’ gai waak)