The Dark Knight (2008) de Christopher Nolan

Après le succès de "Batman Begins" (2005) qui a relancé la franchise DC Comics, le superhéros créé en 1939 par Bob Kane et Bill Finger revient donc logiquement puisqu'il était d'ores et déjà annoncé à la fin de "Batman Begins" où avait même été évoqué un certain Joker. Le producteur-réalisateur-scénariste Christopher Nolan reprend les commandes et co-signe le scénario avec son frère Jonathan Nolan qui retrouve son frère après "Memento" (2000) et "Le Prestige" (2006), puis avec David S. Goyer qui retrouve Nolan après "Batman Begins" et qui a entre temps réalisé ses propres films "The Invisible" (2007) et "Unborn" (2008), puis surtout il a retrouvé l'homme chauve-souris dans un autre contexte en collaborant film d'animation collectif japonais "Batman : Gotham Knight" (2006). D'emblée Nolan a déclaré qu'il ne s'attarderait pas sur les origines du Joker mais sur son ascension au sein du crime organisé afin d'accentuer "la menace qu'il représente". Les scénaristes se sont inspirés du roman graphique "Batman : the Killing Joke" (1988) de Alan Moore et Brian Bolland pour les dialogues du Joker. Cette suite est aussi le premier film tourné en partie en IMAX... Gotham est en proie à une vague de crimes sans précédents mais cette fois un procureur, Harvey Dent, semble prêt à user de tous les moyens pour combattre le crime et même à s'allier à Batman. Si les débuts sont prometteurs la ville tombe peu à peu dans le chaos avec la prise de pouvoir d'un psychopathe génial : le Joker...

The Dark Knight (2008) de Christopher Nolan

Le superhéros est de nouveau incarner par Christian Bale qui a entre temps tourné dans trois excellents films, "Bad Times" (2005) de David Ayer, "Le Prestige" de Nolan, "I'm Not There" (2007) de Todd Haynes et "3h10 pour Yuma" (2007) de James Mangold. La femme qu'il aime n'est plus jouée par Katie Holmes (désormais mariée à un certain Tom Cruise et prisonnière des dogmes de la Scientologie il faudra attendre son divorce pour la revoir "libre"), elle est donc remplacée par Maggie Gyllenhaal, soeur de Jake Gyllenhaal avec qui elle a joué dans "Donnie Darko" (2001) de Richard Kelly et vue dans le savoureux "La Secrétaire" (2002) de Steven Shainberg. Bruce Wayne/Batman retrouve ses alliés et proches joués par Michael Caine qui était aussi dans "Le Prestige" et vu aussi dans "Les Fils de l'Homme" (2006) de Alfonso Cuaron, Gary Oldman qui profite ainsi d'une pause entre deux "Harry Potter", Morgan Freeman vu entre temps dans "Slevin" (2006) de Paul McGuigan et "Gone Baby Gone" (2007) de et avec Ben Affleck, et évidemment le nouveau procureur incarné par Aaron Eckhart déjà remarqué dans des films comme "Erin Brockovitch" (2000) de Steven Soderbergh, "Conversation(s) avec une Femme" (2006) de Hans Canosa et "Le Dahlia Noir" (2006) de Brian De Palma. Du côtés des criminels, le Joker forcément incarné par Heath Ledger vu dans "Chevalier" (2001) de Brian Helgeland, "Le Secret de Brokeback Mountain" (2005) de Ang Lee tandis qu'il retrouve Christian Bale après "I'm Not There", le Parrain est joué par Eric Roberts (soeur de Julia et connu pour être l'acteur étant le plus souvent crédités sur le site IMDB !) vu entre autre dans l'excellent "Runaway Train" (1985) de Andrei Konchalovski et le culte mais oubliable "Best of the Best" (1989) de Robert Radler, Cillian Murphy alias l'Epouvantail est de retour après avoir joué entre temps dans "Le Vent se lève" (2006) de Ken Loach et "Sunshine" (2007) de Danny Boyle, puis citons une courte mais marquante apparition de William Fichtner fameux second couteau vu notamment dans "Heat" (1995) de Michael Mann et "Collision" (2004) de Paul Haggis. La musique est signée à quatre mains, comme sur "Batman Begins", les compositeurs James Newton Howard et Hans Zimmer collabrore ensemble pour signe la B.O. du film. Par exemple, si Zimmer se consacre au Joker, Howard s'occupe lui de la partie Harvey Dent... D'ores et déjà on note quelques différences notables avec les comics, par exemple la rivalité Harvey Dent/Bruce Wayne pour le coeur de Rachel qui est une invention de Nolan, Harvey Dent n'est normalement pas défiguré ainsi puisque dans les comics c'est lors d'un procès qu'un prévenu lui jette de l'acide, et surtout, le Joker est ici un être psy(-etc !) qui se maquille commeun délire qui aurait pu être tout à faut une autre lubbie alors que dans les comics c'est un bain d'acide qui l'oblige à se maquiller comme un subterfuge ou une "coquetterie".

The Dark Knight (2008) de Christopher Nolan

Avec ce film Nolan impose une ampleur inédite à la saga avec un scénario dense, et surtout des personnages à très forte personnalité et une véritable atmosphère façon tragédie grecque. Notamment la personnalité du Joker interpelle et fascine, entre autre grâce avec des idées assez géniales comme autour du Paradoxe de l'Omnipotence (tout savoir ICI) symbolisé par sa réplique : "C'est ce qui arrive quand une force invisible rencontre un objet inamovible !", où la référence à l'essai "Crépuscule des Idoles" (1888) de Friedrich Nietzche soit dans la bouche deu Joker : "Je crois que tout ce qui ne nous tue pas nous rend simplement plus... bizarre !"... Mais si Joker est un personnage hors norme et une fois de plus habité comme jamais par Heath Ledger (qui poussera l'introspection jusqu'à demander à Bale de cogner réellement sa tête contre une table !) on n'en dira pas autant de Harvey Dent dont la partie Double Face est tout de même très sous-exploitée. Côté Batman, on retrouve la dimension de la dangerosité du sueprhéros dans le sens où son existence même pousse les criminels les plus cinglés à vouloir se confronter à lui créant par là même la criminalité de Gotham ; Batman comme cause et conséquence du crime. Idem pour le lien très flou entre justice et vengeance qui anime le superhéros. Nolan explore merveilleusement toutes ces facettes sombres qui hante Bruce Wayne. Par contre si le réalisateur souhaite un film réaliste et un superhéros ancré dans notre monde contemporain il s'éloigne encore de l'univers Comics arasant encore le côté gothique de Gotham, les décors disparaissent pour simplement filmer Gotham telle qu'elle est en réalité, soit Chicago ! Sur ce point Nolan pousse sans doute le bouchon et omet le fait que Gotham doit avoir sa propre personnalité, comme un personne à part entière. Le fait qu'on reconnaisse la ville comme une metropole américaine connue retire au film sa dimension de Comics, et retire à la ville de Gotham le droit d'exister par elle même. C'est le plus gros défaut du film, dommage... Mais le film reste un divertissement terriblement efficace, dans une version "réaliste et urbain" du mythe. En prime un Joker habité et maudit puisque Heath Ledger mourra en 2008 sans avoir vu le succès du film qui lui sera d'ailleurs dédié. Le film reçoit un accueil dithyrambique et sera le plus gros succès au box-office mondial et devient le 4ème film a dépassé le milliard de dollars de recette, pour 185 millions de dollars de budget. Le film sera aussi nommé dans 8 catégories aux Oscars et en remportera deux, pour le montage son et un à titre posthume pour Heath Ledger. Le succès est tel que l'attente pour l'ultime épisode de la trilogie est immense.

Dark Knight (2008) Christopher NolanDark Knight (2008) Christopher NolanDark Knight (2008) Christopher Nolan

Pour info bonus, Note de mon fils de 11 ans :

Dark Knight (2008) Christopher NolanDark Knight (2008) Christopher Nolan

wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #80. Judge Dredd
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Space Force : The Dark Side of The Moon
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Cops and Robbers
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Brutus vs César
wallpaper-1019588
Hors normes
wallpaper-1019588
Mon Voisin Totoro (1988) de Hayao Miyazaki
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Si je t’oublie... je t’aime
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #146. Project A (’A’ gai waak)