[CRITIQUE] : Sputnik - Espèce Inconnue

[CRITIQUE] : Sputnik - Espèce Inconnue

Réalisateur : Egor Abramenko
Avec : Oksana Akinshina, Fedor Bondarchuk, Pyotr Fyodorov,...
Distributeur : Condor Distribution
Budget : -
Genre : Science-fiction, Thriller.
Nationalité : Russe.
Durée : 1h54min.
Synopsis :
Suite à un mystérieux incident dans l'espace, la mission de Constantin prend une tournure dramatique : son vaisseau se crashe, et son acolyte meurt dans d'inquiétantes circonstances. Mais plus étrange encore, Constantin semble ne se souvenir de rien. Il est alors amené dans un centre militaire ultra-confidentiel pour suivre une série de tests afin de faire la lumière sur ce qui s'est réellement passé durant la mission. Tatiana, psychologue de renom, s'intéresse de près à son cas, et commence à réaliser l'impensable : Constantin n'est pas revenu seul, quelque chose sommeille en lui. Quelque chose qui pourrait tous les mettre en danger...


Critique :

Profondément juste et cruel dans son exploration des relations humaines (froide et austère comme l'espace), pas dénué de longueurs et même un poil trop englué dans le moule du mainstream à l'américaine,#Sputnik n'en demeure pas moins un petit bout de SF divertissant et old school pic.twitter.com/H3uVqXN9Ar

— FuckingCinephiles (@FuckCinephiles) January 31, 2021

Il y a un frisson délicieux et cru, pour tout amateur de cinéma de genre, à ressentir un petit frisson que vous n'avez pas forcément senti venir, cette petite montée d'adrénaline sauvage qui peut faire passer l'appréciation d'une séance du tout au tout.
Avec ses faux airs de rip-off du chef-d'oeuvre Alien, le Huitième Passager de papy Ridley Scott, qui aurait gentiment passé la seconde côté slasher, le premier long maîtrisé d'Egor Abramenko offre une touche russe à une histoire spatiale familière, qui ne s'intéresse pas tant au voyage spatial lui-même, qu'à ses conséquences après le retour sur terre - la claustrophobie intense et suffocante n'étant ici pas le pire des maux.
Flanqué aux basques de l'astronaute Konstantin, qui après avoir survécu à un mystérieux accident spatial qui a tué son équipage et l'a laissé amnésique, réalise que l'étrange affliction qui le frappe s'est finalement révélée être un parasite extraterrestre - seul Tatiana, un médecin non conventionnel et souvent réprimandé, lui servira de soutien -; Sputnik, dont le titre original à un double sens pertinent (compagnon en russe), démarre comme un thriller SF sinistre à la combustion lente avant de se transformer en jeu du chat et de la souris brutal avec un monstre mémorable, merveilleusement primitif et sophistiqué (apparaissant souvent dans des éclats de sang qui la rendent encore plus iconique).

[CRITIQUE] : Sputnik - Espèce Inconnue

Copyright Alive AG


Établissant des comparaisons incontournables avec une pluie de bandes cultes qui ont hantées l'imaginaire collectif (Premier Contact en tête), tout en ajoutant sa propre tournure distinctive - Mother Russia -, transcendant les tropes faciles (l'armée qui désire militariser la créature) pour mieux les accoler au contexte palpable de la guerre froide (qui n'a pas besoin d'un grand approfondissement des symboliques du secret, des dissimulations médiatiques et de l'oppression, pour etre crédible), Abramenko aborde le genre avec un regard neuf et épique, sans jamais renier son statut de série B décomplexée mais sérieuse.
Profondément juste et cruel dans son exploration des relations humaines (froide et austère comme l'espace, ou tout n'est que trahison, perversion et solitude insondable), pas dénué de longueurs et même un poil trop englué dans le moule du mainstream à l'américaine (le souci de la majorité des blockbusters russes actuels), Sputnik - Espèce Inconnue n'en demeure pas moins un petit bout de SF solide et old school, démontrant une vérité que l'on savait déjà depuis un bon bout de temps : si les monstres extraterrestres peuvent être terrifiants, il n'y a peut-être pas, en fin de compte, de créature aussi étrange et difficile à comprendre que l'être humain.
Jonathan Chevrier
[CRITIQUE] : Sputnik - Espèce Inconnue

wallpaper-1019588
Première image officielle pour Indiana Jones 5 de James Mangold
wallpaper-1019588
Vers une adaptation du jeu vidéo Gran Turismo signée Neill Blomkamp ?
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #138. Unlawful Entry
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : The Requin