[COEURS D♡ARTICHAUTS] : #19. Nick and Norah’s Infinite Playlist

[COEURS D♡ARTICHAUTS] : #19. Nick and Norah’s Infinite Playlist

Copyright Sony Pictures Releasing France

Parce que l'overdose des téléfilms de Noël avant même que décembre ne commence, couplé à une envie soudaine de plonger tête la première dans tout ce qui est feel good et régressif, nous a motivé plus que de raison à papoter de cinéma sirupeux et tout plein de guimauve; la Fucking Team vient de créer une nouvelle section : #CoeursdArtichauts, une section ou on parlera évidemment de films/téléfilms romantiques, et de l'amour avec un grand A, dans ce qu'il a de plus beau, facile, kitsch et même parfois un peu tragique.
Parce qu'on a tous besoin d'amour pendant les fêtes (non surtout de chocolat, de bouffe et d'alcool), et même toute l'année, préparez votre mug de chocolat chaud, votre petite (bon grande) assiette de cookies et venez rechauffer vos petits coeurs de cinéphiles fragiles avec nous !

[COEURS D♡ARTICHAUTS] : #19. Nick and Norah’s Infinite Playlist
#19. Une Nuit à New York de Peter Sollett (2008)
Qu'on se le dise, tous les teen movies des années 2000 n'ont pas tous été béni par les plumes expertes de feu le regretté John Hughes (parfois discutable cela dit), Cameron Crowe, Francis Ford Coppola ou même par la fibre productrice avisée de tonton Spielby.
Il y a eu bon nombre de péloches indéfendables - plus que les deux décennies précédentes -, et d'autres aux popotins gentiment coincés entre la potacherie limitée, le message social naïf, l'évasion légère (voire insignifiante) ou encore la romance craquante même si fortement oubliable.
Cochant tête baissée - sur le papier - au moins deux de ses cases, Nick and Norah's Infinite Playlist (adapté du roman eponyme de Rachel Cohn et David Levithan) s'avère in fine une petite merveille de teen movie romantique qui déguisé derrière son histoire on ne peut plus familière, offre quelques petites évolutions modernes salutaires au genre.

[COEURS D♡ARTICHAUTS] : #19. Nick and Norah’s Infinite Playlist

Copyright Sony Pictures Releasing France


Dès la première bobine, nous sommes en terrain connu : on y suit deux jeunes adultes gentiment mélomanes et solitaires, Nick et Norah - d'où le titre V.O - enlacés socialement entre la frontière des hipsters et des geeks, tout en étant raisonnablement tiraillés par le désordre tumultueux du doute de soi adolescent.
Lui est un membre d'un obscur groupe de rock indépendant (ou il est le seul hétéro) made in New Jersey, qui vient de vivre une rupture difficile dont il peine clairement à se remettre; elle est une pure citadine, fille d'un magnat du disque, qui a du mal à donner un sens à sa vie et à sa relation épisodique avec un musicien trop égoïste.
Ils ne sont liés que par leurs goûts musicaux et la détestable Triss, l'ex de Nick et également camarade de classe (pas amis) de Norah, dans son lycée privé.
Le facteur X ?
Une nuit enchantée dans les rues de la Grosse Pomme - comme on l'a très peu vu, avec ses clubs géniaux du Lower East Side -, avec une Yugo jaune qui a tout du carrosse de Cendrillon après minuit, ses deux coeurs à prendre vont se rencontrer et tendrement craquer l'un pour l'autre, alors qu'il cherche le lieu mystérieux où doit se produire leur groupe préféré - un groupe underground vraiment insaisissable -, et qu'une tonne de galères se succèdent sur leur chemin - notamment la disparition cocasse de la meilleure amie de Norah, Caroline (excellente Ari Graynor).
Enraciné dans une sorte de bulle de légèreté magique, drôle et bienveillante citant les cultissimes Thin Man de W.S. Van Dyke et After Hours de Martin Scorsese (voire même le duo Génération Rebelle/Before Sunrise de Richard Linklater, tout en étant le pendant adolescent du High Fidelity de Stephen Frears), trompant son manque d'originalité certain par sa sincérité et sa sensibilité; Une Nuit à New York en VF, se démarque du tout venant grâce à de jolies moments de grâce (totalement à louer à la gaucherie sublime de Michael Cera, et à l'alchimie de son couple avec Kat Dennings)ais aussi à quelques parti pris salutaires.

[COEURS D♡ARTICHAUTS] : #19. Nick and Norah’s Infinite Playlist

Copyright Sony Pictures Releasing France


Comme, par exemple, de présenter des personnages gays bien dans leurs peaux et ne servant pas de gimmicks comiques à l'intrigue (même si leur clique manque résolument pas d'humour), ou encore une héroïne à l'identité religieuse affirmée (elle ne boit pas et ne fume pas, et ça ne l'empêche absolument pas d'être cool), tout en offrant un angle féministe étonnant sur les joies de l'humour... digestif et dégoûtant (souvent - exclusivement - réservés aux garçons).
Épuré, sans prétention et avec une douceur chaleureuse, il se passe tellement de jolies choses sur la soirée/nuit enchantée de Nick et Norah (avec bien entendu, une bande originale au poil pour bien rythmer le tout), que le meilleur conseil qui puisse être donné est tout simplement de profiter de leur balade - intime, réaliste et empathique - autour de ce New York animé et enchanteur.
Spoilers : on ne regrette absolument pas l'invitation.
Jonathan Chevrier
[COEURS D♡ARTICHAUTS] : #19. Nick and Norah’s Infinite Playlist

wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #80. Judge Dredd
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #64. Lethal Weapon 4
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Space Force : The Dark Side of The Moon
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Brutus vs César
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Zone Hostile
wallpaper-1019588
La Belva (2020) de Ludovico Di Martino
wallpaper-1019588
Gros casting pour le prochain long-métrage de David O. Russell !
wallpaper-1019588
Quelque part dans le temps… mars 1994