Hunters

Hunters

Copyright Amazon Studios

Hunters

Copyright Christopher Saunders/Amazon Studios

Hunters

Copyright Christopher Saunders/Amazon Studios

Hunters

Copyright Christopher Saunders/Amazon Studios


Pourquoi voir Hunters ?
Lancée sur Amazon Prime depuis le 21 février, la série de David Weil produite entre autre par un certain Jordan Peele, papa de Get Out et Us, Hunters est probablement LA série Amazon Prime la plus attendue de part son sujet, son casting cinq étoiles et une plongée dans un univers seventies
Hunters nous fait passer par plusieurs ambiances bien distinctes, les moments qui se déroulent dans le présent sont violents mais une violence presque cartoonesque très pulp, en revanche les scènes de flashbacks sont très difficiles à regarder, la violence y est brute et très réaliste.
Les flashbacks tranchent avec les autres scènes de la série, ion sent le traitement différent qui a été apporté à ces flashbacks, le ton y est beaucoup plus sérieux, la violence y est montrée frontalement, une façon de monter la folie qui animait les nazis, Hunters n'est pas une série à mettre devant tous les yeux, la violence est fortement présente et parfois insoutenable.
Hunters suit une équipe de chasseurs de nazis dans le New York de la fin des années 1970, dirigé par Meyer Offerman (Al Pacino), rescapé d'Auschwitz, le groupe a pour mission de traquer les membres d'une société secrète composée d'anciens nazis qui gangrènent les États-Unis pour instaurer le Quatrième Reich.
L'équipe de chasseur va s'agrandir avec l'arrivée de Jonah Heidelbaum, le jeune homme de 19 ans vivait jusqu'alors avec sa grand-mère qui a survécu au camp d'Auschwitz, mais un soir sa grand-mère s'est fait assassiner par un individu inconnue, c'est lors des funérailles de sa grand-mère que Jonah fit la rencontre de Meyer Offerman, un ami de longue date de sa grand-mère.
La série Hunters, diffusée sur Amazon Prime a connue une polémique, le musée d’Auschwitz a interpellé le géant américain sur une scène en particulier, celle où une partie d’échecs se déroule à Auschwitz, jusque là rien de bien étrange sauf que les pièces de l’échiquier sont des prisonniers du camp d'extermination.
Cette scène a déclenché la fureur du musée qui a déclaré sur son compte Twitter : "Auschwitz était plein d'horribles douleurs et souffrances documentées dans les récits des survivants. Inventer un faux jeu d'échecs humain pour la série Hunters n'est pas seulement une folie et une caricature dangereuses. Il accueille également les futurs négationnistes. Nous honorons les victimes en préservant l'exactitude des faits.”.
Ce à quoi David Weil a déclaré dans le Hollywood Reporter : "C’est un événement fictionnel, concède ce dernier. Pourquoi il était important de mettre cette scène dans la série ? Pour contrecarrer le plus efficacement possible le récit révisionniste qui blanchit la perpétration des crimes nazis, en mettant en scène le sadisme et la violence extrêmes dont ils ont fait preuve contre les Juifs."
Il faut savoir que Hunters est une série est inspirée de faits réels et non pas une retranscription exacte des faits historiques, David Weil a écrit le scénario de Hunters en s’inspirant des histoires que sa grand-mère, Sara Weil, lui racontait, une grand-mère qui a été détenue à Auschwitz et a survécu à l'Holocauste, cette série n'est pas un affront aux survivants de la folie nazie au contraire elle montre toute la cruauté infinie d'hommes qui ont basculé dans méandres d'un monde où règne la haine.
Pour David Weil faire une série qui parle de l'Holocauste est une démarche de mémoire, apporter sa pierre à l'édifice pour ne pas oublier et ne pas reproduire les actes du passé, une série qui devait également respecter les victimes du nazisme, c'est pour cette raison que Weil ne voulait pas faire apparaître à l'écran une personne ayant réellement existé, pour lui cette décision est tout simplement un acte respect.
C'est pour cette raison que tous les tatouages visibles sur les prisonniers sont tous supérieurs au nombre 202 499, le nombre le plus élevé délivré à un prisonnier d'Auschwitz, de ce fait aucun personnage ne porte le nombre dune vraie victime ou d'un vrai survivant.
La série fonctionne grâce à son casting et à son intrigue, on se passionne pour ce complot made in Nazi qui gangrène les Etats-Unis, cette chasse aux nazis dans le New York des années 70 est assez fun et extrêmement jubilatoire, on suit avec grand intérêt ces chasseurs qui éliminent les nazis qui se cachent parmi la population pour préparer l'avènement du Quatrième Reich.
Au casting on retrouve l'immense Al Pacino, ce monstre sacré du cinéma livre comme à son habitude une prestation dès plus solide, il est accompagné de Logan Lerman (Le Monde de Charlie) qui n'est pas en reste, son personnage possède une bonne évolution.
Les seconds rôles ne sont pas oubliés, chaque personnage est développé et devient rapidement essentiel aux yeux des spectateurs, on retrouve Jeannie Berlin, Saul Rubinek, Carol Kane, Kate Mulvany, Louis Ozawa Changchien, Josh Radnor, Jerrika Hinton, Lena Olin et Dylan Baker.
Ensemble très bien rythmée et bande originale qui met le feux, Hunters est une série fermement ancrée dans notre époque, les flasbacks du passé nous montre les atrocités innommables des nazis, des atrocités qui ne faut pas reproduire car c'est là que la série est actuelle, son message est de dénoncer le racisme, le racisme du passé mais également le racisme d'aujourd'hui.
Série passionnante de bout en bout, Hunters jongle avec les genres avec une grande aisance déconcertante, au vu du sujet on aurait pu craindre à un cocktail dangereux mais non, l'ensemble est cohérent et aucune scène ne parasite une autre.
On ne peut pas enlever à la série de David Weil sa grande audace, certains trouverons que Hunters fonce trop frontalement dans le tas mais on sent réellement l'envie de bien faire, l’esthétique est travaillée, l'intrigue solide, le casting génial et la bande originale envoie du bois.
En résumé Hunters est une série qui se donne les moyens de ses ambitions, vivement la deuxième saison car la fin de la saison est comment dire, surprenante.


Que la chasse commence

Hunters

Copyright Amazon Studios



wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Lara Jenkins
wallpaper-1019588
Le Grand Bazar
wallpaper-1019588
César 2020 : Le palmarès
wallpaper-1019588
Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #79. The Mask
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #120. Hellraiser
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Guest of Honour
wallpaper-1019588
Killers of the Flower Moon : Apple et Paramount seront associés sur le prochain Scorsese