Les Enfants de la Mer (2019) de Ayumu Watanabe

Cette production du Studio 4°C est une adaptation du manga éponyme (2006) de Daisuke Igarashi, qui est son propre adaptateur. Pour ce projet l'équipe constituée regroupe de grands noms de l'animation japonaise. Outre son auteur-scénariste on retrouve la productrice de nombreux films des studios Ghibli avant qu'elle ne vole de ses propres ailes des films d'animation "Amer Béton" (2006) de Michael Arias et Hiroaki Ando et "Mutafukaz" (2018) de Shoujirou Nishimi et Guillaume "Run" Renard, avec le directeur artistique aussi. On peut citer le directeur de l'animation également fidèle des studios Ghibli mais surtout on notera l'importance de la musique signée du compositeur Joe Hisaishi, extrêmement réputé au Pays du Soleil Levant avec une filmo prestigieuse de "Nausicaä de la Vallée du Vent" (1984) de Hayao Myiazaki à "La Maison au Toit Rouge" (2015) de Yoji Yamada en passant par "Princesse Mononoke" (2000) de Myiazaki, "Aniki, mon Frère" (2000) de Takeshi Kitano, "Departures" (2009) de Yojiro Takita et "Les Contes de la Princesse Kaguya" (2014) de Isao Takahata...

Les Enfants de la Mer (2019) de Ayumu Watanabe

Le réalisateur demeure sans doute le moins connu, il s'agit de Ayuma Watanabe qui a notamment travaillé sur la série d'animation "Doraemon" (2006-2008) ainsi que son adaptation cinéma... Ruka est en vacances,et alors qu'elle se rend à l'aquarium où travaille son père elle rencontre deux garçons de son âge qui ont été recueilli alors qu'ils vivaient avec des Dugongs dans la mer. Avec eux elle va suivre une quête initiatique et connaître la mer de façon plus intime... Le début est un peu long, l'histoire a bien du mal à se mettre en place. Mais dès que les deux "enfants Dugongs", Umi et Sora entre en jeu l'intérêt prend forme et on devient intrigué par ce récit qui prend son temps, qui ne se dévoile jamais vraiment. A force de suivre ces trois ados nager et s'amuser on se demande vraiment où veut nous emmener le réalisateur. Alors quand on sait que l'auteur Daisuke Igarashi aime le surréalisme et ses thèmes de prédilections sont de mélanger les univers on se doute qu'il va y avoir une grosse dose de fantastique mais on ne s'attend pas forcément à un tel final. 01h50 de film mais le rythme est lancinant voir lent, l'intrigue est en mode douce alors que finalement en 01h30 ça aurait pu suffire. Les images sont sublimes, le graphisme splendide (à l'exception d'un personnage trop hideux !) et d'une précision à couper le souffle notamment et surtout dès qu'il s'agit de la mer et de ses habitants. C'est envoûtant, c'est majestueux mais qu'est-ce qu'on s'ennuie ! L'intrigue repose sur un parallèle entre mer et ciel, entre les êtres marins et les étoiles et on attend inlassablement cet événements que tous attendent avec impatience (personnages et spectateurs !).

Les Enfants de la Mer (2019) de Ayumu Watanabe

Et enfin quand arrive l'instant tant attendu c'est un déluge d'images, un patchwork qui va dans tous les sens, un festival fantasmagorique où les animaux marins se mélangent aux étoiles, où la mer de vient constellation... etc... Bref on ne comprend rien, c'est n'importe quoi même si la plupart des séquences nous inondent d'une animation fascinante. On comprend que le message est la communion entre les êtres, que tout dans l'univers est connecté, que tout est métaphysique et que personne ne comprend rien à rien mais qu'on va essayer. C'est beau et onirique certe mais tout ça pour ça ?! Le propos est si vain, le scénario si peu compréhensible que "2001 l'Odyssée de l'Espace" (1968) de Stanley Kubrick est limpide comparé à ce film d'animation foutraque et prétentieux. Ajouté au climax particulièrement sérieux et premier degré on peut dire que ce film n'est pas à conseiller aux enfants. En conclusion, esthétiquement et techniquement ce film est un petit bijou mais sur le fond et dans son propos c'est clairement de la branlette pour parler franc. Dommage...

Note :

Enfants (2019) Ayumu Watanabe

Pour info bonus, Note de mon fils de 10 ans :

Enfants (2019) Ayumu Watanabe

wallpaper-1019588
Anne Hathaway en vedette de la comédie dramatique French Children Don’t Throw Food ?
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #80. Judge Dredd
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : The Art of Self-Defense
wallpaper-1019588
Le Lion (2020) de Ludovic Colbeau-Justin
wallpaper-1019588
A partir du 5 juin, réouverture des activités de l’Institut Lumière
wallpaper-1019588
Pinocchio (2020) de Matteo Garrone
wallpaper-1019588
White dog
wallpaper-1019588
Première image officielle pour Falling de et avec Viggo Mortensen