The Misfits - les désaxés (1960) de John Huston

Film de 1960, le film de John Huston, The Misfits - les désaxés réuni trois grands acteurs du moment.

L'histoire est celle de Roselyn, qui après son divorce va faire la rencontre de trois hommes, un mécanicien et deux cowboys. Elle va les suivre dans leur mode de vie marginal dans la campagne de Reno au Nevada. Elle va y rencontrer l'amour avec l'un d'entre eux, l'amitié mais va aussi rencontrer un monde qui n'est pas le sien.

Un casting extraordinaire est réuni dans ce film. Considéré comme un film maudit puisque pour trois acteurs se sera le dernier. On y retrouve Clark Gable "Autant en emporte le vent", Montgomery Clift "Tant qu'il y aura des hommes" et Marylin Monroe "Certains l'aiment chaud". Marilyn Monroe, qui incarne Roselyn, manque de subtilité dans ses sentiments souvent exprimés à l'excès venant de fait délayer une très belle performance, une jolie incarnation du rôle. Ce bémol s'inscrit aussi dans le rôle de Clark Gable, vu particulièrement lors de la scène d'ivresse de Gay, une impression gagne le spectateur que ces grands noms du cinéma essaie de tirer la couverture pour eux. Un certain malaise pour le spectateur peut s'installer avec cette sur-interprétation des sentiments, comme une forme d'incompréhension qui finalement nous amène dans leur douleur interne. Mais après tout ce manque de finesse n'entame que très peu ces incarnations où la psychologie des personnages est bien développée, où les contrastes des vies sont très bien montrés et où l'on comprend tous les défis des uns et des autres dans ce monde dans lequel ils évoluent au gré de leurs envies et sentiments.

Le scénario nous emmène dans un univers de solitude, où chacun essaie par la compagnie des autres de s'y échapper mais sans jamais réellement y parvenir. Les paradoxes sont nombreux l'homme viril se confronte à la fragilité de la femme. La nostalgie d'antan vient hanter les cowboys qui n'arrivent pas à s'adapter au monde actuel. Cet ensemble peut malheureusement faire naître chez le spectateur un certain recul, une difficulté à s'immerger complètement dans ce film. La poésie qui se dégage du noir et blanc donne toute la force aux contrastes scénaristiques et appuie les facettes des personnages. Enfin, le charme hypnotique de Marylin vient donner toute la dimension sensuelle au film, conférant au personnage une force non exprimée, la beauté dans un univers de poésie désenchantée.

Un très beau film à voir et à revoir sans hésitation.

Note :

Misfits désaxés (1960) John HustonMisfits désaxés (1960) John HustonMisfits désaxés (1960) John HustonMisfits désaxés (1960) John Huston.

The Misfits - les désaxés (1960) de John Huston

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Dolemite is my name
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : J’ai perdu mon corps
wallpaper-1019588
Mort de Franco Zeffirelli
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Lara Jenkins
wallpaper-1019588
L’attrait de votre idée
wallpaper-1019588
Harry Potter et la coupe de feu
wallpaper-1019588
Les Diamants sont Eternels (1971) de Guy Hamilton
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #63. Lethal Weapon 3