Tonnerre sur l'Océan Indien (1966) de Sergio Bergonzelli et Roy Rowland

Suite directe du film "Surcouf, le Tigre des Sept Mers" (1966), le jeune italien Sergio Bergonzelli et le vétéran américain Roy Rowland reprennent leur poste de co- réalisateurs avec quasiement la même équipe pour la suites des aventures du célèbre corsaire malouin Robert Surcouf (Tout savoir ICI !). Sur ce projet on retrouve également les mêmes scénaristes dont Georges de La Grandière et Gérald Savery...

Tonnerre sur l'Océan Indien (1966) de Sergio Bergonzelli et Roy Rowland

Alors qu'il promet à son épouse de prendre sa retraite de la mer, Surcouf accepte uen ultime mission secrète pour Napoléon Ier. Durant cette mission il va devoir sauver son frère et lutter contre un ennemi juré... A l'instar des réalisateurs et des scénaristes on retrouve aussi les mêmes acteurs dans les rôles principaux, et en premier lieu la vedette du Cape et d'Epée Gérard Barray vu entre autre dans alors au sommet de sa carrière après être devenu la star du cape et d'épée avec "Le Chevalier de Pardaillan" (1962) de Berdard Borderie. et "Scaramouche" (1963) de Antonio Isasi-Isasmeni. Il retrouve ses femmes avec la star italienne, Antonella Lualdi vue dans "Les Vitelloni" (1953) de Federico Fellini et"Le Rouge et le Noir" (1954) de Claude Autant-Lara puis la fiancée Genevieve Casile, comédienne surtout vue au théâtre... Toujours charmé par les charmes du film de pirate avec son lot de pure aventure et d'abordage, cette suite tournée dans la foulée de l'opus précédent reste d'une cohérence idéale. Il y a un peu moins d'incohérences mais on est une nouvelle fois déçu par des scènes de combats beaucoup trop théâtralisées, si peu réalistes que ces séquences gâchent clairement l'ensemble.

Tonnerre sur l'Océan Indien (1966) de Sergio Bergonzelli et Roy Rowland

Gégard Barray ne vaut toujours pas ses aînés comme Errol Flynn ou Jean Marais, et on constate que la latina Antonella Lualdi aura été rarement aussi peu mise en valeur que dans ces deux films, le maquillage reste beaucoup trop grossier. Niveau historique, cette suite reste sur la même longueur d'onde, soit rester dans les très grandes lignes, la grande majorité des évènements du film restant très romancés. Cette suite est donc dans la droite lignée du premier, au vu de la durée on peut voir ce film en une seule séance, façon un film de 3h. Un film d'aventure agréable mais qui ne restera pas gravé dans les mémoires notamment et surtout à cause de combats au sol trop peu crédibles.

Tonnerre l'Océan Indien (1966) Sergio Bergonzelli RowlandTonnerre l'Océan Indien (1966) Sergio Bergonzelli Rowland

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Dolemite is my name
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : J’ai perdu mon corps
wallpaper-1019588
Mort de Franco Zeffirelli
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Lara Jenkins
wallpaper-1019588
L’attrait de votre idée
wallpaper-1019588
Harry Potter et la coupe de feu
wallpaper-1019588
Les Diamants sont Eternels (1971) de Guy Hamilton
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #63. Lethal Weapon 3