The Gentlemen (2020) de Guy Ritchie

11ème long métrage depuis "Arnaques, Crimes et Botanique" (1998) jusqu'à "Aladdin" (2019), et après cette commande Disney il semble que Guy Ritchie ait voulu revenir aux sources à savoir un projet qu'il a dans le scartons depuis 10 ans. A l'origine le titre était "Toff Guys" qui signifie en argot anglais "Rupins". Le cinéaste explique : "J'avais envie d'orchestrer le téléscopage entre le mode de vie de mes personnages et leur business. Il sont parvenus à un âge où ils sont spontanément attirés par les belles choses et où ils se sont embourgeoisés malgré leur activité qui les oblige à avoir les mains dans le cambouis. (...) Désormais, ils sont pris en tenaille entre deux mondes, dont l'un est riche d'ambitions. Et le mode de vie qu'ils apprécient est à présent en total décalage avec le milieu qu'ils fréquentent."... Le réalisateur-scénariste précise : "parfois, les anglais eux-mêmes ne distinguent plus les subtilités de la culture anglaise. Du coup, quand un américain débarque dans cet univers avec un oeil neuf, c'est un avantage non négligeable."...

The Gentlemen (2020) de Guy Ritchie

Depuis plusieurs années déjà l'américain Mickey Pearson a su se bâtir un empire qui en fait le baron de la drogue en Angleterre. Mais des rivaux souhaitent lui racheter son entreprise au moment même où une de ses "fermes" est braquée... Guy Ritchie s'offre un casting 4 étoiles avec en premier lieu les américains Matthew McConaughey et Jeremy Strong qui se retrouvent après "Serenity" (2019) de Steven Knight, l'asiatique Henry Golding (en vérité anglo-malaisien) qui explose depuis peu après "L'Ombre d'Emily" (2018) de Paul Feig, "Crazy Rich Asians" (2018) de Jon M. Chu et "Last Christmas" (2019) de Paul Feig. Puis suit ensuite les britanniques avec Hugh Grant qu'on avait pas vu depuis "Paddington 2" (2017) de Paul King, Charlie Hunman vu dans "Triple Frontière" (2019) de J.C. CHandor, Eddie Marsan qui retrouve McConaughey après "Undercover - une Histoire Vraie" (2018) de Yann Demange ; ces trois acteurs ayant déjà tourné sous la direction de Guy Ritchie respectivement dans "Agents Très Spéciaux - Code U.N.C.L.E." (2015), "Le Roi Arthur : la Légende d'Excalibur" (2017) puis pour Marsan "Sherlock Holmes" (2010) et sa suite "Sherlock Holmes : Jeu d'Ombres" (2012). Et enfin Colin Farrell qui a comme point commun avec Guy Ritchie d'avoir joué dans un Disney récemment avec (2019) de Tim Burton, et en atout charme l'actrice Michelle Dockery surtout connue pour la série TV "Downton Abbey" (2010-2015)... Le film est un peu long à démarrer, les 20 premières minutes nous plonge dans un univers stylé et des personnages qui ont la classe même en jogging. Mais la mise en place est laborieuse et nous impose d'être patient.

The Gentlemen (2020) de Guy Ritchie

Mais quand l'intrigue démarre enfin on se retrouve bel et bien dans un film de gangster Ritchien façon "Crimes, Arnaques et Botanique" (1998) et "Snatch" (2000) même si cette fois Guy Ritchie montre des bourgeois (voir plus) à l'instar, sans doute, de ce que le cinéaste est lui-même devenu. Certains remarqueront que pour faire (très) simpliste, il s'agit de trois blancs face à un américain juif et une triade. Mais on s'amuse de ces caïds embourgeoisés qui s'empâtent dans leur routine confortable et qui, donc, se fragilisent face aux jeunes ambitieux. En arrière-plan une (légère) réflexion sur la législation des stupéfiants en comparant Etats-Unis et Royaume-Uni. Scénario alambiqué et malin à la façon des meilleurs Guy Ritchie, on suit une intrigue à multiples rebondissements mais toujours cohérentes même si parfois c'est un peu poussif. Mais la vraie force du film réside dans ses personnages bien croqués et savoureux merveilleusement incarnés par des acteurs en grande forme et inspirés avec une mention spéciale pour Michelle Dockery qui s'impose devant les mecs malgré peu de temps de présence. Si Guy Ritchie n'est pas au niveau de l'effervescence de ses meilleurs films ça fait un bien fou de le revoir de nouveau encanaillé après la déception de ses derniers films. Un très bon moment.

Note :

Gentlemen (2020) RitchieGentlemen (2020) RitchieGentlemen (2020) Ritchie

wallpaper-1019588
LA VALSE DE L’EMPEREUR (Critique)
wallpaper-1019588
Le roi lion
wallpaper-1019588
Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Nicky Larson Private Eyes
wallpaper-1019588
Escape From New York : Wyatt Russell dans la peau du nouveau Snake Plissken ?
wallpaper-1019588
Harry Potter et le chambre des secrets
wallpaper-1019588
Scène : in media res
wallpaper-1019588
L'Assassin habite au 21 (1942) de Henri-Georges Clouzot