L'Homme qui voulut être Roi (1975) de John Huston

Ce film de John Huston, un des réalisateurs majeurs de Hollywood de "Le Faucon Maltais" (1941) à "Gens de Dublin" (1987) en passant par "Le Trésor de la Sierra Madre" (1948) et "The Misfits" (1960), est un projet qu'il traîne depuis de nombreuses années. Dès les années 50 il avait envisagé un duo Clark Gable et Humphrey Bogart, puis ensuite Kirk Douglas et Burt Lancaster mais la relation orageuse avec ce dernier durant l'excellent "Le Vent de la Plaine" (1960) a repoussé encore le projet, puis vînt ensuite le duo Robert Redford et Paul Newman, et c'est ce dernier qui conseilla Huston de choisir des acteurs britanniques pour coller au mlieux à l'oeuvre originelle. Adapté d'une nouvelle éponyme (1888) de Rudyard Kipling, auteur connu déjà adapté comme "Capitaines Courageux" (1937) de Victor Fleming et "Le Livre de la Jungle" (1942) de Zoltan Korda, John Huston co-signe le scénario avec Gladys Hill avec qui il avait déjà collaboré sur "Reflets dans un Oeil d'Or" (1967) et La Lettre du Kremlin" (1970)...

L'Homme qui voulut être Roi (1975) de John Huston

On suit deux aventuriers, anciens soldats britanniques, qui décident de quitter l'Inde car "l'Inde n'était pas assez grande pour eux". Ils jettent leur dévolu sur le Kafiristan une région reculée de l'Afghanistan, où ils projettent d'y devenir roi. A noter que le narrateur est ici dénommé Rudyard Kipling, idée de Huston... Ces deux aventuriers sont incarnés par les deux acteurs Sean Connery et Michael Caine. Les deux acteurs sont des amis depuis les années 50 mais n'avaient encore jamais tourné ensemble. Connery est devenu une star depuis "Goldfinger" (1964) de Terence Young et "La Colline des Hommes Perdus" (1965) de Sidney Lumet, tandis que Caine l'est devenu avec des films comme "Zoulou" (1964) de Cy Enfield et "Alfie le Dragueur" (1966) de Lewis Gilbert. Le narrateur Kipling est joué par Christopher Plummer qui retrouve ainsi Michael Caine après "La Bataille d'Angleterre" (1969) de Guy Hamilton. Citons également l'acteur indien Saeed Jaffrey qu'on reverra dans "Ghandi" (1982) de Richard Attenborough et "La Route des Indes" (1984) de , puis le personnage de Roxane incarné par Shakira Caine qui était l'épouse de l'acteur Michael Caine... On suit donc deux aventuriers, deux soldats qui ont l'ambition de se servir de la naïveté d'un peuple "primitif" pour devenir les rois qu'ils n'auraient jamais été en occident. Ils mettent leur expérience militaire en avant et offre leur service de mercenaire pour gravir l'échelle sociale.

L'Homme qui voulut être Roi (1975) de John Huston

Le livre de Kipling lui-même doit s'inspirer de deux histoires vraies, celles de Josiah Harlan et/ou de James Brooke. Des destins hors normes auxquels john Huston accentue le côté baroque et absurde sans occulter les références à la franc-maçonnerie chère à Kipling. Mais surtout, des années après "Le Trésor de la Sierra Madre" John Huston constate que la nature humaine est toujours aussi inconstante, parasitée par la cupidité et/ou le pouvoir. Grandeur et décadence à vitesse grand V, où comment un homme peut connaître une ascension aussi fulgurante que sa chute est virtigineuse, une illusion qui se fracasse face à la réalité des croyances des uns et des autres. Un film d'aventure dénué de glamour et de courage, Huston y met plutôt de l'ambition aveugle, de l'individualisme et la soif de pouvoir. Un grand film .

Note :

L'Homme voulut être (1975) John HustonL'Homme voulut être (1975) John HustonL'Homme voulut être (1975) John HustonL'Homme voulut être (1975) John Huston

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : The Art of Self-Defense
wallpaper-1019588
Trailer final pour Uncut Gems de Ben et Joshua Safdie
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : J’ai perdu mon corps
wallpaper-1019588
[Mostra de Venise 2019] Palmarès Officiel Complet
wallpaper-1019588
[AVIS] Les Deux Papes, un film plus humain que divin !
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Only de Takashi Doscher
wallpaper-1019588
Bradley Cooper en vedette du biopic sur les Bee Gees ?
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Tout peut changer, et si les femmes comptaient à Hollywood ?