Ma (2019) de Tate Taylor

Nouveau film du réalisateur Tate Taylor après le drame "La Fille du Train" (2016). Cette fois le cinéaste change radicalement de registre en offrant un film d'horreur qu'il signe en collaboration avec la célèbre Blumhouse, société de production de Jason Blum connu pour avoir réhabiliter les films d'horreur à fort potentiel lucratif de "Paranormal Activity" (2007 ) à (2019) de M. Night Shyamalan en passant par "Insidious" (2010) de James Wan et "American Nightmare" (2013) de James DeMonaco... L'idée du film vient du scénariste Scott Landes, qui s'est rappelé qu'à 15 ans il avait participé à une fête chez un adulte que ni lui ni ses amis connaissaient... On se retrouve dans une petite ville où une bande de lycéens trouvent une amie inattendue en Sur Ann, une femme cinquantenaire et seule qui leur achète de l'alcool et leur prête sa cave pour faire la fête. Un cadeau tout aussi inattendue qui va vite virer dans un engrenage qui n'attendait que le bon moment...

Ma (2019) de Tate Taylor

Dans le rôle titre de Sue-Ann dite Ma le cinéaste a choisi l'actrice Octavia Spencer qu'il retrouve après l'avoir déjà fait joué dans ses films "Pretty Ugly People" (2008), "La Couleur des Sentiments" (2011) et (2014). D'ailleurs lui-même joue l'officier de police qu'on aperçoit dans le film. Le cinéaste retrouve également Luke Evans après "La Fille du Train" et qu'on a pas vu en salle depuis "My Wonder Women" (2018) de Angela Robinson. On peut citer les deux héroïnes, mère et fille, incarnée par Juliette Lewis qu'on avait pas vu depuis "Nerve" (2016) de Ariel Schulman et Henry Joost dans lequel elle jouait déjà une maman, et la fille jouée par Diana Silvers qu'on avait aperçu en pom-pom girl dans "Glass"... Pour l'anecdote, précisons que Octavia Spencer est la meilleure amie de Tate Taylor depuis le tournage du film "Le Droit de Tuer ?" (1996) de Joel Schumacher et après avoir été co-locataire !... Le scénario est assez basique avec la nouvelle lycéenne qui s'intègre à une bande d'amie, la rencontre avec Ma, les fêtes étudiantes puis les prémices de la menace... etc... Mais le scénario ne s'attarde heureusement pas et le récit s'installe vite et efficacement sur sa ligne directrice.

Ma (2019) de Tate Taylor

On constate une incohérence chronologique entre l'âge de Sur-Anne à 15 ans et son âge actuel, alors qu'on parle de 15 voir 20 ans max entre les deux périodes. Ensuite on ne comprend rien à la relation mère-fille et les piqûres qui s'avère donc aussi inutile que gratuite. Malgré tout, le scénario est plutôt bien ficelé même si les causes psychologiques sont sans doute un peu tirées par les cheveux. Certaines idées sont bien vues comme le père qui n'est pas dupe, puis le délire psychopathe de Ma sans tomber dans la folie furieuse surjouée. D'ailleurs, si le film reste un film plaisant et efficace c'ets bel et bien grâce à Octavia Spencer qui incarne une Ma qui passe de la douceur bienveillante à la crise effrayante en une seconde. Sa performance est clairement l'atout maître du film. Un bon film du genre à défaut d'être complètement un must créatif.

Note :

(2019) Tate Taylor(2019) Tate Taylor

S'inscrire à la newsletter

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :


wallpaper-1019588
Le Testament Caché (2016) de Jim Sheridan
wallpaper-1019588
Mort de Franco Zeffirelli
wallpaper-1019588
Nouveau trailer pour le biopic Stan & Ollie de John S. Baird
wallpaper-1019588
Mississippi Burning
wallpaper-1019588
Affiches personnages pour Comment je suis devenu super-héros de Douglas Attal
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : The Irishman
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : The Laundromat : L’Affaire des Panama Papers
wallpaper-1019588
Court Métrange 2019, Journée 2 : Une compétition dense