Du Sang dans la Poussière (1974) de Richard Fleischer

Après une période faste du western spaghetti et crépusculaire voici un western avec une touche de nostalgie qui se situe entre "Les Cow-Boys" (1972) de Mark Rydell et "Mon Nom est Personne" (1973) de Tonino Valerii et Sergio Leone. D'ailleurs Irving Ravetch est le scénariste de "Les Cow-Boys" comme de "The Spikes Gang", mais il est surtout connu pour sa collaboration avec le réalisateur Martin Ritt avec "Les Feux de l'Eté" (1958), "Le Bruit et la Fureur" (1958), "Le Plus Sauvage d'Entre Tous" (1963) et (1967). Le projet est réalisé par un grand souvent mésestimé, et pourtant on doit à Richard Fleischer quelques chefs d'oeuvres comme "20000 Lieues Sous les Mers" (1954), "Les Vikings" (1958), "L'Etrangleur de Boston" (1968), "Tora ! Tora ! Tora !" (1970), "Soleil Vert" (1973) et (1975)... On suit trois jeunes hommes, fils de fermiers, qui rencontrent par hasard un hors-la-loi en fuite. Après l'avoir caché et soigné ils le prennent comme exemples et veulent devenir comme lui. Ce bandit, Spikes les prend sous son aile à l'insu de son plein gré... Ce hors-la-loi est incarné par le charismatique Lee Marvin dont la carrière décole vraiment à partir de "L'Homme qui tua Liberty Valance" (1962) de mais qui retrouve Fleischer après l'excellent "Les Inconnus dans la Ville" (1955).

Du Sang dans la Poussière (1974) de Richard Fleischer

Les trois jeunes gens sont joués par des jeunes encore inconnus, Gary Grimes révélation de "Un Eté 42" (1971) de Robert Mulligan, Charles Martin Smith et Ron Howard qui venait de tourner dans "American Graffiti" (1973) de George Lucas. Ces deux derniers auront une belle carrière surtout Howard qui va devenir un des plus grands réalisateurs de Hollywood après avoir connu le succès avec la série TV "Oh, Happy Days !" (1974-1980). A leurs côtés on notera des vétérans du genre dont Arthur Hunnicutt qui tourna un nombre incalculable de westerns de 1942 à 1975 dont le mémorable "La Captive aux Yeux Clairs" (1952) de Howard Hawks, puis Noah Berry Jr. fils de Noah Beery et neveu de Wallace Beery vu dans des centaines de films dont le chef d'oeuvre "La Rivière Rouge" (1948) de Howard Hawks... Fleischer reprend donc les ingrédients des deux westerns cités en tête d'article, à savoir il confronte deux visions de l'Ouest, le déclin de l'Ouest qui n'existe déjà plus à l'image de ce vieil hors-la-loi et le fantasme qui existe déjà et qui fait rêver les gosses. C'est ainsi la vie "normale" et trois gosses qui rêvent malgré tout d'aventure qui croise la réalité d'un monde dur et sans concession qui est en train de disparaître. Mais la vraie réussite du film réside dans le personnage de Spikes. En effet, les trois ados sont à l'image de tous les gosses qui sont toujours des gosses malgré leur 16 ou 18 ans, qui pensent en savoir assez sur la vie et qui rêve plus grand que ce qu'ils ont connu avec leurs parents respectifs.

Du Sang dans la Poussière (1974) de Richard Fleischer

Par contre, Spikes est un hors-lal-loi particulièrement ambigü, oscillant entre le maître, le pygmalion, le guide, le nouveau père pour ces garçons et ce qu'il est depuis trop longtemps, un salaud sans foi ni loi qui se sert de la naïveté de gamins pour s'en sortir. Et Lee Marvin excelle à merveille dans ce jeu de dupes (ou pas !). L'acteur incarne magnifiquement les nuances de l'homme, parfois sympa et paternel, parfois le salaud qu'il est depuis longtemps avec assez de malaise pour également faire douter le spectateur sur ses réeles sentiments. Sinon le récit manque un peu d'enjeu et le manque de présence féminine se fait parfois ressentir. Néanmoins le film est intéressant avec un vrai fond, et en prime des dialogues qui offrent quelques bonnes répliques comme "L'or c'est comme le fumier, c'est quand on le répand qu'il est utile !"... Un bon western, un bon moment auquel il manque juste un peu de densité.

Note :

Sang dans Poussière (1974) Richard FleischerSang dans Poussière (1974) Richard FleischerSang dans Poussière (1974) Richard Fleischer

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Colette
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Nicky Larson Private Eyes
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Killing
wallpaper-1019588
Le Testament Caché (2016) de Jim Sheridan
wallpaper-1019588
Ma folle semaine avec Tess
wallpaper-1019588
Le Roi Lion (1994) de Roger Allers et Rob Monkoff
wallpaper-1019588
Give Me Liberty : Les détours du rêve américain
wallpaper-1019588
Le Roi Lion (2019) de Jon Favreau