Mort de Bruno Ganz

Le plus grand acteur de langue allemande vient de mourir. Bruno Ganz est mort ce jour du samedi 16 février 2019 à l'âge de 77 ans.

Mort de Bruno Ganz

Né en 1941 à Zurich (Suisse) d'un père suisse mécanicien et d'une maman italienne. Très tôt il désire être monter sur le planches. Malgré un petit rôle dans son premier long métrage "Der Herr mit der schwarzen Melone" (1960) de Karl Suter il est surtout attiré par le théâtre. Il part à Berlin en 1961 et co-fonde avec Peter Stein la troupe de théâtre Berliner Schaubühne.

Néanmoins il tourne en parallèle pour le cinéma notamment en enchaînant "Chikita" (1962) de Karl Suter, "Der Sanfte Lauf" (1967) de Haro Senft. Outre le théâtre qu'il privilégie, il tourne également plusieurs téléfilms, essentiellement toujours en Allemagne.

Mort de Bruno Ganz

Il commence à réellement se faire connaitre au début des années 70, d'abord en étant élu "acteur de l'année" par le magazine allemand "Theater heute" en 1972, ensuite en tournant successivement pour trois films de production française. Ainsi il tourne dans "Lumière" (1976) de et avec Jeanne Moreau, "La Marquise d'O..." (1976 - ci-dessus) de Eric Rohmer et surtout "L'Ami Américain" (1977 - ci-dessous à gauche avec Hopper) de Wim Wenders qui est une co-production franco-allemande dans laquelle il croise de grands réalisateurs venus joués devant la caméra de leur ami comme Dennis Hopper et Nicholas Ray.

Mort de Bruno Ganz

Cette fois les offres pour tourner pour le grand écran se font plus nombreuses et plus prestigieuses. Il joue dans l'excellent "Ces Garçons qui venaient du Brésil" (1978) de Franklin J. Schaffner avant de rejoindre le film "Nosferatu, Fantôme de la Nuit" (1979 - ci-dessous) de Werner Herzog.

Mort de Bruno Ganz

Il enchaîne alors les tournages aux quatre coins du monde avec des réalisateurs et des stars renommés... Citons d'abord le film "Haut les Mains" (1967-1981) de Jerzy Skolimowski, tourné en 1967 mais censuré l'acteur-réalisateur polonais reprend son film et rajoute un prologue en couleur dans lequel apparaît Bruno Ganz ; et donc, non, ce n'est pas un des premiers films de l'acteur comme indiqué par exemple sur Allociné !

Mort de Bruno Ganz

Il poursuit sur grand écran avec "La Dame aux Camélias" (1981) de Mauro Bolognini avec Isabelle Huppert, "Le Faussaire" (1981 - ci-dessus aux côtés de Jean Carmet) de Volker Schlöndorff et surtout le sublime "Les Ailes du Désir" (1987 - ci-dessous) de Wim Wenders où il incarne l'ange Damiel ; le film est un succès critique et public avec en prime le Prix de la mise en scène au festival de Cannes 1988, malheureusement lui a été préféré "Sous le Soleil de Satan" (1988) de Maurice Pialat pour la Palme d'Or...

Mort de Bruno Ganz

Ce film lui permet d'obtenir une réelle reconnaissance internationale, et après "Si Loin, Si Proche" (1992) de Wim Wenders il lui ait proposé le rôle de Oskar Schindler pour "La Liste de Schindler" (1993) de STeven Spielberg mais il refuse le rôle (?!)...

Etonnamment, l'acteur semble ralentir et tourne de moins en moins pour le cinéma, retournant entre autre sur les planches du théâtre. Il reçoit alors une haute distinction du théâtre allemand, il devient dépositaire du célèbre Anneau d'Iffland qui désigne l'acteur de théâtre de langue allemande le plus renommé ; un prix dont c'est le lauréat qui doit désigner son successeur, ainsi il l'avait reçu de Josef Meinrad mais il semble que Bruno Ganz n'ait pas eu le temps de choisir son successeur...

Il retourne au cinéma avec le rôle principal dans le film contemplatif "L'Eternité et un Jour" (1998 - ci-dessous) de Théo Angelopoulos, Palme d'Or au Festival de Cannes 1998.

Mort de Bruno Ganz

Ce retour signe le grand retour de l'acteur sur grand écran puisqu' il va jouer dans plus de films au 21ème siècle que dans les 40 dernières années, pas avant pourtant d'avoir offert une jolie performance au théâtre dans "Faust" (2000) de son ami Peter Stein, une adaptation de 13 heures (!)...

Mort de Bruno Ganz

Il participe pour la première fois à une superproduction américaine avec le film "Un Crime dans la Tête" (2004) de Jonathan Demme avec Denzel Washington, mais cette année là il signe surtout une de ses meilleures performances cinématographiques en incarnant pas moins que Adolf Hitler dans le marquant "La Chute" (2004 - ci-dessus et ci-dessous) de Oliver Hirschbiegel où il est bluffant de réalisme aussi sobre que froid ; le film retrace les 12 derniers jours du Fürher dans son bunker.

Mort de Bruno Ganz

Il enchaîne alors les tournages à une vitesse qu'il n'avait jamais connu jusqu'ici... Il joue dans "L'Homme sans Âge" (2007 - ci-dessous aux côté de Tim Roth) de Francis Ford Coppola, "Le Bande de Baader" (2008) de Uli Edel, "La Poussière du Temps" (2008) de Théo Angelopoulos, "The Reader" (2009) de Stephen Daldry...

Mort de Bruno Ganz

Il multiplie également les genres, retournant à l'occasion dans des productions plus commerciales et plus internationales. Il joue dans le film d'action "Sans Identité" (2011) de Jaume Collet-Serra, le drame à la française "Sport de filles" (2012) de Patricia Mazuy, le polar narco-trafiquant (2013) de Ridley Scott et retourne à un film médiéval naturaliste avec le sous-estimé "Michael Kohlhaas" (2013 - ci-dessous) de Arnaud des Pallières.

Mort de Bruno Ganz

Malgré la maladie et l'âge l'acteur de baisse pas de régime. Il est grand-père dans "Amnesia" (2015) de Barbet Schroeder et "Heidi" (2015) de Alain Gsponer, il est un ancien nazi parmi les autres dans "Remember" (2016) de Atom Egoyan, il est un ami lors d'un repas dans "The Party" (2017) de Sally Potter, il est religieux dans "Fortunat" (2018) de Germinal Roaux et il est Verge/Virgile dans "The House that Jack built" (2018) de Lars Von Trier.

Mort de Bruno Ganz

On pourra encore le voir dans quelques films posthumes dont le très attendus "Radegund" (2019) de Terrence Malick.

Bruno Ganz est marié mais vit séparé depuis plusieurs années. Il a eu un fils. L'acteur vivait entre Zurich, Venise et Berlin.

Mort de Bruno Ganz

Bruno Ganz est souvent vu comme un acteur allemand tant il a tourné et joué en et pour l'Allemagne mais il est bel et bien de nationalité suisse. L'acteur offre une filmographie particulièrement riche avec de nombreux chefs d 'oeuvres même si ce n'est pas toujours dans un rôle principal. Bruno Ganz reste un acteur européen de premier ordre.

Bruno Ganz est mort ce samedi 16 févier 2019 à l'âge de 77 ans de suites d'un cancer des intestins.


wallpaper-1019588
Solo – A Star Wars story, critique
wallpaper-1019588
Menteur, Menteur
wallpaper-1019588
Nouvelle affiche internationale pour Bohemian Rhapsody de Bryan Singer
wallpaper-1019588
Masterclass Aaron Sorkin
wallpaper-1019588
Le conflit dans la série
wallpaper-1019588
Isn't It Romantic (2019) de Todd Strauss-Schulson
wallpaper-1019588
CHACUN POUR TOUS (Critique DVD)
wallpaper-1019588
GALVESTON (Critique Blu-ray)