L'Heure de la Sortie (2019) de Sébastien Marnier

Après le belle réussite "Irréprochable" (2016) avec Marina Foïs, le réalisateur Sébastien Marnier persiste et signe dans le genre thriller en adpatant le roman éponyme (2002) de Christophe Dufossé où un professeur intègre un collège prestigieux en remplacement d'un collègue qui s'est suicidé. Très vite il s'aperçoit qu'une de ses classes est composée de surdoués particulièrement peu affable voir hostile... Pour ce projet le cinéaste retrouve sa productrice Caroline Bonmarchand (derrière les derniers films de Marc Fitoussi), et offre le rôle principal à l'excellent Laurent Lafitte qui avait d'ailleurs, ironie du sort, joué avec Marina Foïs dans le dyptique hilarrant "Papa ou Maman 1 et 2" (2015-2016) de Martin Bourboulon. Après plusieurs comédies pourtant l'acteur semble apprécier de plus en plus le genre thriller après (2016) de Paul Verhoeven, (2017) de patrice Gobert et "Paul Sanchez est revenu" (2018) de Patricia Mazuy. Parmi ses collègues il aura Emmanuelle Bercot délaissant le réalisation depuis peu avec bonheur après les films (2015) de Maïwenn et "les Filles du Soleil" (2018) de Eva Husson, ainsi que le trop rare Pascal Greggory dont ses derniers films sont "Le Serpent aux Mille Coupures" (2017) de Eric Valette et le confidentiel "9 Doigts" (2018) de François-Jacques Ossang.

L'Heure de la Sortie (2019) de Sébastien Marnier

Le reste du casting est surtout composé des adolescents, la plupart inconnus ou méconnus dont on peut citer Luana Bajrami vue dans "Marion, 13 ans pour toujours" (2016) de Bourlem Guerdjou, Matteo Perez vu dans "Les Enfants de la Chance" (2016) de Malik Chibane et Adèle Castillon aperçue dans "Sous le Même Toit" (2017) de Dominique Farrugia... On connait déjà des élèves tueurs et/ou à la violence plus ou moins insidieuse comme "La Corde" (1948) de Alfred Hitchcock, "Graine de Violence" (1955) de Richard Brooks, "Le Village des Damnés" (1960) de Wolf Dilla et son remake éponyme (1995) de John Carpenter, "Esprits Rebelles" (1996) de John N. Smith, "187 : Code Meurtre" (1999) de Kevin Reynolds et le très bon "Dans la Maison" (2012) de François Ozon, mais tous ont des particularités propres qui les classes dans d'autres genres. Finalement un prof contre une classe entière pour un drame psychologique teinté de thriller reste ma foi plutôt rare voir inédit (?!) ce qui est une bonne chose. La première bonne idée est de placer la période sous la canicule plutôt que dans la grisaille souvent systématique du thriller, mais aussi sans doute parce qu'elle fait écho au réchauffement climatique, symbole aussi de l'effet de serre qui peut toucher les grandes têtes blondes. A contrario de "Irréprochable" cette fois le cinéaste aborde le genre plus frontalement avec une atmosphère particulièrement angoissante soutenue par une musique tout ce qu'il y a de strident et de mystérieux. On a connu plus subtil (la centrale nucléaire en décor de fond dès les premières minutes !) mais ça reste très efficace. Laurent Lafitte offre une performance énorme, une des meilleurs de sa encore jeune carrière, à la frontière entre la crise de dépression et le refus de paranoïa aigüe. Les jeunes forment un groupe plein de cohésion et cohérent, des petites teignes surdouées mais un brin psychopathes. Malheureusement, le scénario fait plein de promesses qu'au fil du temps il s'avère incapable de tenir. En effet, l'atmosphère, les ados dangereux, la musique... etc... ne sont qu'un écrin dans lequel les enjeux restent bien vains.

L'Heure de la Sortie (2019) de Sébastien Marnier

On se dit tout ça pour ça car si le message, le propos de fond parlera à tous et est d'une acuité toute actuelle l'intrigue reste un simple prétexte où il n'y a aucune corrélation entre les différents évènements. Par exemple quel est le lien entre la collègue et son coup de boule et les jeunes ?! On peut rester bien perplexe envers les quelques paramètres plus ou moins fantastiques comme les courts circuits des lampadaires ; de simples subterfuges pour créer une ambiance qui n'amène finalement à pas grand chose. La toute dernière séquence est une réussite, elle appuie clairement la thèse du thriller pré-apocalyptique et nous gifle d'une angoisse certaine mais, tout de même, 1h30 d'un jeu de chat et souris entre innocence, inquiétude et paranoïa dans un collège pour ça ?! Résultat, une frustration car ce film n'est pas un thriller (l'intrigue est fumeuse) mais une sorte de pamphlet, une satire écolo un peu prétentieuse. Dommage, les acteurs sont au top, l'atmosphère excellente avec un potentiel dingue mais il manque une chose essentielle : une véritable intrigue avec des enjeux véritables.

Note :

L'Heure Sortie (2019) Sébastien MarnierL'Heure Sortie (2019) Sébastien Marnier

wallpaper-1019588
[Cannes 2019] “Little Joe” de Jessica Hausner
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Working Woman
wallpaper-1019588
Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald
wallpaper-1019588
Le Grand Bazar
wallpaper-1019588
The Equalizer
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Jojo Rabbit de et avec Taika Waititi
wallpaper-1019588
Netflix : Adam Sandler prépare une comédie horrifique !
wallpaper-1019588
Première image officielle pour Marriage Story de Noam Baumbach