Creed II (2019) de Steven Caple Jr.

Après le joli succès du sequel-cross-over "Creed - l'Héritage de Rocky Balboa" (2015) de Ryan Coogler qui succédait ainsi à la célèbre saga "Rocky" (1976-2006), la suite signe également (on l'espère) la fin d'une saga historique. Et pour finir en beauté quelle plus belle idée d'offrir une revanche et un duel ultime qui clôturerait la boucle ! Si on retrouve le casting d'origine de "Creed" de l'eau est passé sous les ponts, ainsi le jeune couple Creed sont joués par des acteurs qui ont assurément changé de statut entre temps. Par contre Ryan Coogler laisse sa place après s'être lancé chez Marvel avec "Black Panther" (2018) où il ajustement retrouvé son acteur Michael B. Jordan. On constate d'ailleurs que les acteurs sont tous passés par le Marvel Cinematic Universe. Creed alias Michael B. Jordan a donc été vu dans le méga succès , Tessa Thompson a été remarquée en Valkyrie dans "Thor : Ragnarok" (2017) de Taika Waititi tandis que Sylvester Stallone lui-même est passé par "Les Gardiens de la Galaxie 2" (2017) de James Gunn. Le retour de Drago est le petit évènement, son interprète original Dolph Lundgren revient donc avec son fils. Lundgren retrouve Stallone après "Rocky IV" et la trilogie "Expendables" (2010-2014), il quitte aussi momentanément les navets Direct-to-DVD en passant également par les Comics mais chez le concurrent DC avec le succès (2018) de James Wan. Par contre son fils est incarné par un nouveau venu, un certain Florian Munteanu, un boxeur pro germano-roumain de 1m95 106Kg qui crée un décalage non négligeable avec son "adversaire" Michael B. Jordan... Notons également les retours de madame Creed jouée par Phylicia Rashad madame Clair Huxtable dans la série TV culte "Cosby Show" (1984-1991) et revenu dans la série TV "Empire" (2016-2017) et, surtout, de madame Drago dans un petit rôle marquant pour Brigitte Nielsen, ex-madame Stallone à la ville faut-il le rappeler...

Creed II (2019) de Steven Caple Jr.

Précisons que Stallone est co-producteur et co-scénariste, et qu'il a annoncé que ce sera sa dernière apparition en tant que Rocky. Ryan Coogler étant pris par de nouveaux projets (mais toujours co-producteur) il a fallu trouver un nouveau réalisateur. Le choix s'est porté sur un inconnu, Steven Caple Jr. remarqué au festival de Sundance pour son premier film "The Land" (2016) mais, surtout, c'est sa présence dans la liste du magazine Forbes des 30 personnalités de moins de 30 ans sur lequel il va falloir compter qui aurait fait réagir Stallone... Evidemment Michael B. Jordan s'est intensément entraîné manquant le K.O. plusieurs fois, normal comme l'explique Stallone : "Il faut que tu te fasse démolir par plus costaud que toi. Pour moi, cela a été Carl Weathers (Appolo Creed). Dolph Lundgren m'a aussi envoyé à l'hôpital. Il m'a frappé si fort que je me suis évanoui et réveillé des heures plus tard entouré de nonnes dans un avion qui m'emmenait à l'hôpital."... Il a fallu que Jordan prenne de la masse afin d'être moins ridicule face à Munteanu qui, lui, a dû fondre un peu. La préparation physique n'ets pas l'apanage des jeunes, en effet le duo Stallone-Lundgren s'est amusé via les réseaux sociaux à publié des vidéos où ils se filmaient lors d'entrainement où on ne s'imagine pas qu'ils ont respectivement 72 et 61 ans !... Vis à vis du premier "Creed" le scénario est plus dense, abordant plus de thématique, mais est aussi plus décousu ce qui crée quelques longueurs.

Creed II (2019) de Steven Caple Jr.

On sent bien que la petite morale familiale et la question de la filiation a été un paramètre important, beaucoup trop présent ce point est le fil rouge du récit oubliant un peu la boxe comme point central. La filiation et son importance transpire de partout, voir martelé. Cela offre néanmoins quelques beaux passages mais pas toujours avec Rocky comme si le relais était définitivement passé. Le film reste par là même un peu trop sage autant dans l'émotion que dans l'effort boxe. En effet, le message "famille" prend le dessus sur le combat du ring. L'entrainement est vite expédié dans le sens où il se résume à quelques plans "physiques" en omettant le travail psychologique et ses conséquences. On est un peu déçu également par le premier match, trop vite expédié dans tous les sens du terme ce qui manque un peu de réalisme. Tandis que le second match les Drago sont sous doute un peu sous-exploités. On apprécie pourtant la façon dont est filmé la boxe, de belles séquences efficaces et immersives. Le réalisateur a utilisé des caméras à 1000 images/seconde (!) et d'autres à 120 images/sec. (rappelons que la "normalité" est de 24 images/sec.) afin de pouvoir nuancer plus facilement les différents ralentis sans que ce soit caricatural. En tous cas ce film, bien qu'un chouïa en-dessous du "Creed I" reste un finish plutôt intelligent, logique et cohérent avec l'esprit de la saga et clôt ainsi de belle manière les adieux de Rocky. Il manque un peu d'audace, de passion et de spectacle pour atteindre le zénith du genre mais ça reste très divertissant, un bon moment.

Note :

Creed (2019) Steven CapleCreed (2019) Steven Caple

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Glass
wallpaper-1019588
Girl
wallpaper-1019588
Ant-Man et la Guêpe
wallpaper-1019588
Menteur, Menteur
wallpaper-1019588
Natalie Morales au casting de The Little Things signé John Lee Hancock ?
wallpaper-1019588
Nouvelle affiche US pour A Beautiful Day in The Neighborhood de Mariane Heller
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #5. Heat
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Le Chardonneret