BumbleBee, le Transformers pour les petits

BumbleBee, le Transformers pour les petits

Le plus cool des Transformers a enfin le droit à son film solo. Une manière de rebooter la saga avec moins d’ambition et plus de bons sentiments pour un public bien plus familial. Voilà donc un BumbleBee destiné avant tout aux enfants.

BumbleBee, le Transformers pour les petitsAprès 5 volets qui contredisaient chacun les origines des Transformers avancées dans le précédent (sur la Lune, en préhistoire, le moyen-âge, …) et faisaient de la saga un gros gloubiboulga scénaristique aussi peu limpide que l’action qui se déroulait à l’écran sans queue ni tête devant la caméra de Michael Bay qui avait clairement abandonné toute volonté d’offrir des films intéressants, il était temps de donner un coup de neuf aux robots extra-terrestres.

Les producteurs ont donc cette fois l’idée de s’intéresser à l’un de ses personnages emblématiques dans un film solo et de faire un saut dans le temps dans ces bonnes vieilles années 80 qu’on nous ressort à tout bout de champs. Pour l’occasion, c’est le réalisateur de l’excellent Kubo, Travis Knight, qui est débauché et nous donne alors l’espoir d’un film lisible avec plus de coeur et d’esprit.

Enfin un peu (trop) de simplicité

Le film débute donc par une bataille entre Autobots et Decepticons sur Cybertron. La bande d’Optimus Prime est obligée de fuir et BumbleBee est chargé d’aller préparer le terrain sur Terre. Après une perte de mémoire à l’atterrissage, il se lie d’amitié avec une jeune fille qui va prendre soin de lui … jusqu’à ce que certains Decepticons retrouvent sa trace.

BumbleBee, le Transformers pour les petits

En soit, le scénario n’est pas d’une originalité folle. Il y a bien des incohérences et des facilités mais que l’on pardonnera devant la brise de fraîcheur que le film offre au spectateur après les déluges de n’importe quoi de la saga. Empruntant clairement sa trame à E.T., Short Circuit et autres Géant de Fer, BumbleBee se concentre bien sur l’amitié entre une ado brisée (Hailee Steinfeld, assez limitée) par la mort de son  père et un robot-voiture plutôt cool et attachant. Cet aspect fonctionne plutôt bien même si le film respire le déjà vu.

BumbleBee, le Transformers pour les petits

Interdit aux plus grands

Par contre, les enjeux du film ne seront pas trop élevés et la violence clairement atténuée par rapport au reste de la saga. Cette fois clairement les enfants de moins de 12 ans sont clairement la cible. Même les ados et jeunes adultes risquent de se sentir blasés devant cette histoire qui n’invente rien. Travis Knight fait le job avec des scènes d’action lisibles, des sentiments réchauffés mais qui ont un minimum d’authenticité et offre donc un divertissement familial sympathique mais sans ambition.

BumbleBee, le Transformers pour les petits

Car le film manque clairement d’envergure et on a régulièrement l’impression, avec en plus cette resucée des années 80, de se retrouver devant un épisode de série KD2A (certains se rappelleront) avec plus de budget. Du coup, ça ne fait pas de mal, ça n’abrutit pas (et c’est déjà beaucoup pour un Transformers), ça peut même faire du bien au moral si on n’est pas exigeant, mais ce n’est clairement plus un divertissement ambitieux et badass. A voir ce que vont décider de faire les producteurs pour la suite de l’exploitation de la licence.


wallpaper-1019588
Quentin Tarantino, du pire au meilleur
wallpaper-1019588
Comment choisir son/sa co-auteur(e)?
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : 3 jours à Quiberon
wallpaper-1019588
Critiques en séries : de la Casa de Papel à 13 Reasons Why
wallpaper-1019588
Constance Wu au casting de Hustlers signé Lorene Scarafia ?
wallpaper-1019588
John David Washington en vedette du prochain film de Christopher Nolan ?
wallpaper-1019588
Chacun pour tous
wallpaper-1019588
West Side Story : Corey Stoll et Bryan D’Arcy James au casting ?