[CRITIQUE] : Mayday

[CRITIQUE] : MaydayRéalisateur : Jean-François Richet
Acteurs : Gerard Butler, Mike Colter, Yoson An, Daniella Pineda, Tony Goldwyn,...
Budget : -
Distributeur : Metropolitan FilmExport
Genre : Action, Thriller.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h48min
Synopsis :
Un pilote commercial, Brodie Torrance, a réussi l'exploit de faire atterrir son avion endommagé par une tempête sur la terre ferme. Il va découvrir qu'il s'est déposé sur une zone de guerre. Lui et les passagers se retrouvent pris en otage...

Critique :

D'un sérieux impassible dans son exécution tout en étant solidement vissé sur son duo Gerard Butler/Mike Colter, #Mayday se fait un petit bout d'actionner brutal, tendu et testostéroné comme on les aime, une bisserie tendue et fun dont la simplicité n'a d'égale que son efficacité pic.twitter.com/1iPcbVXZ4x

— Fucking Cinephiles (@FuckCinephiles) January 25, 2023

Il y a quelque chose d'assez triste lorsque l'on regarde la carrière en dent de scie du génial Gerard Butler, passé de second couteau de luxe dans d'excellentes séries B à figure de proue d'un monument du culte burné (Leonidas Forever), puis à " héros " de divertissements aussi foutraques que peu mémorables (quoique...); tant le comédien n'a jamais vraiment pu ni su capitaliser sur la hype énorme de son rôle-titre de 300, même s'il peut depuis, porter des films sur son seul et unique nom.
Mais cela ne nous empêche pas pour autant de férocement apprécier le bonhomme, toujours dix fois plus charismatique, attachant et badass que la majorité des wannabe action men pondus par Hollywood avec une frénésie effarante, sorte de garant d'une certaine image old school de ce que doit être un vrai héros purement américain qui fait marcher ses (gros) biscottos sans pour autant laisser de côté sa tête et ses émotions.
Nouvel preuve en date avec Mayday de l'excellent faiseur d'action frenchy Jean-François Richet, dont le titre apparaît finalement un poil plus ridicule que son pendant US encore plus générique - Plane, comme le Pixar -, mais pourtant d'une évocation simple et directe à toute épreuve.

[CRITIQUE] : Mayday

Copyright Metropolitan FilmExport


Toute comme le film, dont les contours en apparence rudimentaires se font in fine les fondations solides d'un actionner extrêmement efficace et prenant, dont le pitch prétexte (un avion, suite à une tempête, s'écrase sur une île isolée près des Philippines dirigée par un chef de guerre impitoyable et oblige son pilote ainsi qu'un criminel extradé par le FBI, à sauver tous les passagers pris en otage et de ramener tout le monde dans les airs jusqu'à bonne destination) lui permet d'atteindre très vite son altitude de croisière (pardon...) de bonne bisserie tendue et burnée, matinée d'un chouïa d'humour salutaire qui le fait atterrir tout en douceur (pardon bis...) sur la plage du divertissement léger et fun.
D'un sérieux impassible dans son exécution où un Richet à la caméra confiante prouve si besoin était, qu'il sait faire grimper crescendo sa tension tout en emballant avec fluidité ses envolées musclées (excellente fusillade finale, exemple parfait d'un savoir-faire discret mais furieusement percutant), tout en étant totalement vissé sur son duo Butler (juste en idéaliste fatigué et désespéré du monde qui sait botter des culs)/Mike Colter (convaincant en criminel pragmatique accusé à tort et hautement qualifié pour fracasser son prochain), à la dynamique familière (ils sont liés par nécessité et non envie, so buddy movie des 80s/90s); Mayday se fait un jouissif petit bout d'action brutal, testostéroné et viscéralement efficace comme on les aime.

[CRITIQUE] : Mayday

Copyright Metropolitan FilmExport


Tellement que l'on signerait presque déjà pour une potentielle franchise jumelle au diptyque Speed, avec un retour de Butler/Brodie Torrance et Colter/Louis Gaspare pour tabasser du vilain dans un bateau, un TGV, un bus, le métro où même sur le dos d'un chameau.
Ne nous abandonne pas Hollywood, tu as déjà franchisé des concepts beaucoup plus stupides et foireux dans un passé pas si lointain...
Jonathan Chevrier
[CRITIQUE] : Mayday

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : You People
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Shotgun Wedding
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Mad Heidi
wallpaper-1019588
La Dégustation (2022) de Ivan Calbérac