Pétaouchnok (2022) de Edouard Deluc

Nouveau film de Edouard Deluc après "Mariage à Mendoza" (2013), "Gauguin - Voyage de Tahiti" (2018) et "Temps de Chien !" (2019). Une nouvelle comédie avec retour aux sources qui pourrait nous rappeler le film "Hommes au Bord de la Crise de Nerfs" (2022) de et avec Audrey Dana. Le réalisateur-scénariste co-signe l'histoire avec Nathalie Najem à laquelle on doit les scénarios de films aussi divers que "Ordo" (2004) de Laurence Ferreira Barbosa, "Vie Sauvage" (2014) de Cédric Khan ou "Gaspard va au Mariage" (2018) de Antony Cordier... 

Pétaouchnok (2022) de Edouard Deluc

Deux amis en situation précaire pensent qu'ils ont trouvé l'idée du siècle qui pourrait enfin les sortir de la mouise habituelle : lancer un projet de randonnée en montagne à cheval comme un retour à la la nature, au silence, aux choses simples avec un soupçon d'aventure. Mais évidemment, tout ne va pas être si simple... Les deux amis sont joués par Pio Marmaï vu cette année dans "En Corps" (2022) de Cédric Klapisch, "Enquête sur un Scandale d'État" (2022) de Thierry De Peretti et "La Petite Bande" (2022) de Pierre Salvadori, puis Philippe Rebbot qui retrouve le réalisateur après "Mariage à Mendoza" (2012) et "Gauguin..." (2017), l'acteur retrouve aussi après "L'Effet Aquatique" (2016) de Solveig Anspach et "Moi, Maman, ma Mère et Moi" (2019) de Christophe Le Masne sa partenaire Olivia Côte qui retrouve de son côté après "les Gazelles" (2014) de Mona Achache l'actrice Camille Chamoux vue dans "Premières Vacances" (2019) de Patrick Cassir et "Sol" (2020) de Jézaquel Marques. Citons ensuite Pablo Pauly vu dans "Murder Party" (2022) de Nicolas Pleskof et On sourit sur la Photo" (2022) de François Uzan, il retrouve après "Patients" (2017) de Grand Corps Malade et Mehdi Idir son partenaire Moussa Mansaly vu récemment dans "Placés" (2022) de Nessim Chikhaoui, Sami Ameziane aperçu dans "Les Seigneurs" (2012) de Olivier Dahan ou "Supercondriaque" (2014) de et avec Dany Boon, Délia Espinat-Dief aperçue dans "Pop Redemption" (2013) de Martin Le Gall, "Tristesse Club" (2014) de Vincent Mariette et "Juillet Août" (2016) de Diastème, puis enfin Mona Richard vue dans "Le Canal des Secrets" (2020) de Julien Zidi... Une comédie sociale et champêtre qui nous fait vite penser à l'excellent "Antoinette dans les Cévennes" (2020) de Caroline Vignal mais en mode chorale et avec une importance sociale plus appuyée. On suit donc deux copains qui sont en situation précaire et qui réussissent à ouvrir leur société de randonnée équestre, leur première expérience ne pas évidemment pas être si simple.

Pétaouchnok (2022) de Edouard Deluc

La première force du film repose sur le duo Rebbot-Marmaï, au diapason le tandem est aussi drôle que touchant à l'image d'ailleurs du récit et de leur petit groupe de clients. C'est cohérent, émouvant, marrant souvent. Evidemment, film choral impose d'avoir une écriture qui n'omet pas le collectif avec, forcément, l'idylle, la relation difficile père-fils, la femme abjecte, etc... pour un panel qui offre chacun à leur tour la drôlerie, l'émotion, l'amour, certe qui n'évite pas les poncifs du genre mais dans un scénario qui ne manque ni de rythme ni de rebondissements. Malheureusement le gros défaut arrive à la fin, avec cette sensation que les deux co-scénaristes ont cherché longtemps une idée originale pour terminer leur aventure, pas de chance ça passe à côté, hors sujet, rappelons entre autre que la dimension "fantastique" n'est pas cohérent avec le côté social et réaliste, tandis qu'il faut rappeler que l'histoire se déroule dans la montagne française. Dommage car ce choix alliant magie et exotisme gâche un peu une histoire qui méritait de rester bucolique et humaniste. Ca reste un bon moment cinoche.

Note :      

Pétaouchnok (2022) Edouard DelucPétaouchnok (2022) Edouard Deluc

12/20

wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Mercredi saison 1 : Gothique lessivé
wallpaper-1019588
Eyes Wide Shut (1999) de Stanley Kubrick
wallpaper-1019588
Box-office US du week-end du 25/11/2022 : Black Panther : Wakanda Forever encore et toujours leader
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Enzo le Croco