Maigret

Un grand merci à M6 Vidéo pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Maigret » de Patrice Leconte.

Maigret

« Sans ma pipe, je me sens… tout nu ! »

Maigret enquête sur la mort d’une jeune fille. Rien ne permet de l’identifier, personne ne semble l’avoir connue, ni se souvenir d’elle.

Il rencontre une délinquante, qui ressemble étrangement à la victime, et réveille en lui le souvenir d’une autre disparition, plus ancienne et plus intime…

« C’est bizarre de rechercher quelqu’un quand on est soi-même recherché »

Maigret_Gérard_Depardieu

Cinéaste prolifique et éclectique, Patrice Leconte aura marqué de son empreinte le cinéma français de la fin des années 70 et des années 80 grâce à ses comédies populaires, portées par la crème des jeunes humoristes de son époque (Coluche dans « Les WC étaient fermés de l’intérieur », le Splendid dans la saga des « Bronzés », Michel Blanc sans le Splendid dans « Viens chez moi j’habite chez une copine »…). Mais très vite, il refuse de s’enfermer dans un seul et unique registre et cherche à s’en émanciper. Le succès du film d’aventures « Les spécialistes » (19985) lui donnera ainsi la crédibilité nécessaire aux yeux des producteurs. Dès lors, il n’aura de cesse d’alterner les comédies dramatiques intimistes et parfois même minimalistes (« Tandem », « Le mari de la coiffeuse », « Le parfum d’Yvonne », « La fille sur le pont », « L’homme du train ») et les comédies (« Tango », « Le grands ducs », « Ridicule ») avec une folle boulimie. Mais s’il explose encore le box-office en 2006 avec le très attendu « Les bronzés 3 », la machine semble néanmoins un peu grippée laissant entrevoir des difficultés pour le cinéaste à se renouveler qui se traduiront par une succession de comédies assez insipides (« Mon meilleur ami », « La guerre des miss », « Voir la mer », « Une heure de tranquillité »). Jusqu’à ce qu’il se mette finalement en retrait. Après une absence de huit ans, il nous revient finalement avec « Maigret », adaptation du roman « Maigret et la jeune morte » de Georges Simenon.

« Quand je commence une enquête au blanc, je la finis au blanc. Il y a des enquêtes au blanc comme il y en a au calva ou à la bière. Celle-là je l’ai commencée au blanc. »

Maigret_Mélanie_Bernier

Patrice Leconte n’a jamais caché son appétence pour l’œuvre de Simenon, dont l’atmosphère le fascine depuis toujours. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le cinéaste s’intéresse au célèbre auteur belge, puisqu’il avait déjà porté à l’écran un de ces romans avec l’excellent « Monsieur Hire ». Cette fois, c’est donc à son héros le plus emblématique, l’imposant Commissaire Maigret, qu’il s’attaque. Un héros qui a déjà largement inspiré le cinéma et la télévision, interprété par les plus grands acteurs (Gabin, Michel Simon, Albert Préjean) mais qui n’était plus apparu sur grand écran depuis plus d’un demi-siècle.Le grand retour du Commissaire sur le grand écran suscitait donc, logiquement, beaucoup d’attentes. Et ce d’autant plus que son film marquait la rencontre entre deux mythes, littéraire (Maigret) et cinématographique (Depardieu).« Maigret » nous embarque ainsi au cœur d’une enquête poisseuse, centrée sur le meurtre d’une jeune fille sans identité et dont personne, semble-t-il, n’a signalé la disparition. Ce qui nécessitera une minutieuse enquête de terrain pour tenter de trouver un fil ténu à remonter jusqu’à la vérité, teintée de misère humaine et de bourgeoisie décadente. Mais plus encore que sa dimension purement policière, cette enquête vaut surtout pour sa dimension cathartique. Maigret projetant en effet sur la victime le souvenir intime et douloureux de sa défunte fille.Un choix scénaristique plutôt audacieux mais qui se révèle en pratique un peu déroutant, tant cela pèse parfois sur la lisibilité de l’enquête. Mais plus déroutante encore est sans doute l’atmosphère froide et austère du film, avec en son centre un Maigret dépressif, loin du caractère bourru et débonnaire qui est habituellement le sien dans les romans. Porté par Depardieu tout en intériorité, ainsi que par une reconstitution plutôt soignée du Paris des années 50, ce « Maigret » là est formellement plutôt un bel objet cinématographique. Mais au-delà des bonnes intentions, Leconte semble passer un peu à côté de son sujet, tant la relecture très personnelle qu’il nous propose de l’univers de Maigret semble éloignée des écrits originaux. L’amateur des romans simenoniens restera donc un peu sur sa faim.

Maigret_Aurore_Clément

**

Le DVD : Le film est proposé en version originale française (5.1) ainsi qu’en audiodescription. Des sous-titres français pour malentendants sont également disponibles.

Côté bonus, le film est accompagné de deux modules : Enquête sur Maigret (32 min.) et Promenade Simenon à Liège (10 min.).

Édité par M6 Vidéo, « Maigret » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 23 juin 2022.

La page Facebook de M6 Vidéo est ici.


wallpaper-1019588
Nouvelle affiche US pour Knock at the cabin de M. Night Shyamalan
wallpaper-1019588
Affiche US pour Cocaine Bear d'Elizabeth Banks
wallpaper-1019588
Nouvelle bande annonce VF pour Babylon de Damien Chazelle
wallpaper-1019588
Bande annonce pour Les Cyclades de Marc Fitoussi