[CRITIQUE] : Athena

[CRITIQUE] : Athena

Réalisateur : Romain Gavras
Avec : Dali Benssalah, Sami Slimane, Anthony Bajon, Ouassini Embarek,...
Distributeur : Netflix France
Budget :
Genre : Drame, Action, Thriller.
Nationalité : Français.
Durée : 1h37min
Synopsis :
Rappelé du front à la suite de la mort de son plus jeune frère, décédé des suites d’une prétendue intervention de police, Abdel retrouve sa famille déchirée. Entre le désir de vengeance de son petit frère Karim et le business en péril de son grand frère dealer Moktar, il essaye de calmer les tensions. Minute après minute, la cité Athena se transforme en château fort, théâtre d’une tragédie familiale et collective à venir. Au moment où chacun pense avoir trouvé la vérité, la cité est sur le point de basculer dans le chaos…


Critique :

Dans son théâtre de Dionysos urbain, Romain Gavras, dont le style l'emporte toujours sur le fond, ne s'interdit rien avec #Athena et conçoit sa révolte comme un spectacle grandiose et immersif au lyrisme électrisant, une apocalypse radicale dont personne n'en ressortira indemne. pic.twitter.com/yC8SmFJUbZ

— Fucking Cinephiles (@FuckCinephiles) September 23, 2022

Force est d'admettre que si l'utilisation du sacro saint plan-séquence est fétichisé à outrance (tellement que l'on en voit même parfois là où il n'y en a pas), rares sont les cinéastes capables aussi bien à en user avec virtuosité qu'à rendre sa présence légitime/justifiée à l'écran.
Loin d'être poseur, ceux qui agrémentent l'uppercut esthétique qu'est Athena (titre reprenant le nom de la déesse grecque de la sagesse et de la guerre) de Romain Gavras ne sont pas seulement là pour faire preuve d'un étalage technique spectaculaire, mais bien pour immergé brutalement son auditoire au coeur d'une action furieuse et chaotique dont la violence et la rage n'epargnent rien ni personne.
Le premier annonce même tout simplement la couleur (au bas mot, l'une des fortes séquences du cinéma hexagonal de ces dix dernières années) : le visage d'un soldat français habite le cadre au coeur d'une conférence de presse flanquée devant un commissariat de police, et dont on sent viscéralement la tension embrumer l'air et les nerfs.

[CRITIQUE] : Athena

Copyright Netflix


Ce militaire, c'est Abdel, jusqu'ici en poste au Mali, prostré aux côtés du chef de la police alors que celui-ci s'exprime sur la mort de son jeune frère de treize ans - le plus jeune de la fratrie -, Idir, sous les coups et la brutalité d'une police qui ne semble pas à sa première bavure face aux jeunes du quartier d'Athéna, à Paris.
Même s'il est en deuil, il est là en tant que représentant de l'État et se doit d'exhorter les siens et les jeunes de sa cité à rester calmes lorsqu'ils marcheront le lendemain pour protester face à cet assassinat.
Pendant qu'il prononce son discours, la caméra se détourne de son visage pour lentement dériver au coeur de la foule avant de s'arrêter sur son frère Karim, un cocktail Molotov à la main qu'il s'apprête à jeter pour démarrer des hostilités qui seront sans fin.
Lui et d'autres jeunes prennent d'assaut le comissariat, vole les armes avant de se lancer dans une course-poursuite face aux forces de l'ordre sur le périphérique, les ramenant dans le quartier qu'ils défendront comme une forteresse tentaculaire imprenable.
Douze petites minutes et le marathon est lancé, comme si Romain Gavras voulait offrir un cousin 2.0 au Misérables de Ladj Ly - également co-scénariste ici -, en lui injectant un cocktail testostéroné, fruit de la fusion entre les ultimes secondes rageuses de La Haine et la folie infernale de Mad Max Fury Road - toute propension gardée - avec une pointe de Z (héritage familial oblige); le tout dans un contexte social totalement exacerbé dont il n'a pas forcément eu besoin de trop grossir le trait pour laisser transparaître l'idée qu'un tel soulèvement soit plausible.

[CRITIQUE] : Athena

Copyright Netflix


Laissant son chaos lentement mais sûrement imploser, chauffé à blanc par une réalité sociale où le rapport de force entre l'institution et le peuple n'a jamais été aussi sous tension (le fossé de la marginalisation, des injustices et des inégalités sociales ne cessent de grandir, et ne pourra amener qu'une réponse guidée aveuglément par les impulsions dévastatrices de la colère et de la rage), le cinéaste catapulte son auditoire dans un univers de désarroi et d'urgence profondément organique, terreau fertile pour une oeuvre qui se fait autant un vrai drame social sur la banlieue, expurgé de tout élan populiste (il ne prend pas uniquement le parti des jeunes d'Athéna, puisqu'il suit également une jeune recrue qui finira prisonnier) où d'un regard binaire sur l'affrontement jeunes vs police, mais aussi et surtout une brûlante et émouvante tragédie grecque sur trois frères (Idir, le sage, qui représente l'autorité et l'envie d'un retour à la normale - pourtant déséquilibré -; l'entrepreneur Moktar, qui voit dans cette apocalypse urbaine un moyen de nourir ses propres intérêts; et le rebelle Karim, au stoïcisme effrayant et totalement embrumé par son désir de vengeance et d'une justice impossible) impuissants face au destin, consumés par une chute qui était déjà gravée dans le marbre de leurs choix passées (le fameux dicton " on récolte ce que l'on sème ").

[CRITIQUE] : Athena

Copyright Netflix


Même si comme pour ses deux premiers efforts, le style l'emporte sensiblement sur le fond (sa narration n'a clairement pas pour vocation d'opérer un constat social clinique, ni même de profondément sonder les fractures idéologiques mettant à mal les liens du sang, où encore de justement développer et humaniser plus que de raison, ses personnages), tant sa mise en scène aussi ample et virtuose que musclée, épouse avec fougue la frénésie de ses protagonistes, Romain Gavras conçoit sa révolution française comme un spectacle grandiose et immersif au lyrisme électrisant.
Une apocalypse intemporelle et nuancée au sens presque sacré (jusque dans le score sombre et théâtrale de Surkin) dont personne ne peut en ressortir indemne.
Dans son théâtre de Dionysos urbain, le cinéaste ne s'interdit rien et pousse son spectateur à la réflexion dans un acte cinématographique radical et ravageur, qui aurait mérité un écrin plus imposant - les salles - pour encore plus impacter les mémoires.
Jonathan Chevrier
[CRITIQUE] : Athena

wallpaper-1019588
Mort de Mylène Demongeot !
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3 de James Gunn
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Indiana Jones and The Dial of Destiny de James Mangold
wallpaper-1019588
Bande annonce VF pour TÁR de Todd Field