[CRITIQUE] : Lou

[CRITIQUE] : Lou

Réalisatrice : Anna Foerster
Acteurs : Allison Janney, Jurnee Smollett, Logan Marshall-Green,...
Distributeur : Netflix France
Budget : -
Genre : Thriller, Policier.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h47min.
Synopsis :
Une jeune fille est enlevée à la faveur d'un orage gigantesque. Sa mère s'allie à sa mystérieuse voisine pour se lancer à la poursuite du kidnappeur. Leur périple va mettre leurs limites à l'épreuve et exposer les sombres secrets inavouables de leur passé.


Critique :

Sous-Taken catapulté dans les tréfonds d'une petite communauté côtière du nord-ouest du Pacifique, #Lou incarne une petite bisserie sous-Prozac, qui envoie gentiment du pâté autant qu'il est plombé par son écriture amorphe. Mais Allison Janney en impose en botteuse de culs badass pic.twitter.com/pSMeHhOiYP

— Fucking Cinephiles (@FuckCinephiles) September 23, 2022

Allison Janney a beau avoir eu une carrière foisonnante et pu incarner pléthore de femmes différentes, (très) souvent capable de surpasser n'importe quelles épreuves, force est d'admettre que la catapulter en tant que cousine de Liam Neeson/héroïne taiseuse et badass dans une bonne bisserie à l'ancienne s'avère tout de même une proposition résolument originale - mais pas moins séduisante sur le papier.
C'est la promesse incarnée par Lou d'Anne Foerster, production made in Netflix flanquée au coeur des 80s, qui voit la comédienne camper une ancienne et grisonnante agent de la CIA, devenue une propriétaire de terrain recluse dans une petite communauté côtière du nord-ouest du Pacifique, qui s'en va aider (à défaut de réussir à mettre fin à ces jours) une de ses locataires sans le sou, Hannah, dont la fille - Vee - vient d'être kidnappée par son ex militaire et peu fiable - Philip -, alors qu'une tempêtes de tous les diables bat son plein.

[CRITIQUE] : Lou

Copyright Liane Hentscher/Netflix


Sous-Taken qui aurait la mauvaise idée de mettre parfois le frein à main côté action alors qu'il dégaine des prémisses plutôt savoureuses (Janney vs des anciens bérets verts : miam), tout autant qu'il ne laisse jamais totalement laisser parler le drame intime qui se tapis sous sa tension plus où moins palpable (une belle histoire de femmes devant endurer les machinations et la violence sourde des hommes), au point de rendre totalement caduque son émotion dans le dernier acte; Lou se fait un cocktail étrange mais pas désagréable, sorte de thriller sous-Prozac qui se sait ridiculeusement exagéré - quand il n'est pas furieusement inconsistant - tout autant qu'il joue avec assurance dans la même cours que ces - nombreuses - références.
Un vrai film Netflix en somme, oubliable mais captivant pour un spectateur peu exigeant, qui a tout de même le bon ton pour avoir choisi une femme comme une anti-héroïne coriace et peu aimable, qui botte des culs avec panache même à un âge gentiment avancé.
Lou n'attire son auditoire que grâce à Janney, et celui-ci ne s'enfuit pas en courant justement parce qu'elle est là et assure grave : qu'on la caste désormais dans un bon B movie musclé qui tâche.
Jonathan Chevrier
[CRITIQUE] : Lou

wallpaper-1019588
Mort de Mylène Demongeot !
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3 de James Gunn
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Indiana Jones and The Dial of Destiny de James Mangold
wallpaper-1019588
Bande annonce VF pour TÁR de Todd Field