[CRITIQUE] : Le Visiteur du Futur

[CRITIQUE] : Le Visiteur du Futur

Réalisateur : François Descraques
Acteurs : Florent Dorin, Arnaud Ducret, Enya Baroux, Raphaël Descraques,....
Distributeur : KMBO
Budget : -
Genre : Science-fiction, Comédie.
Nationalité : Français.
Durée : 1h42min.
Synopsis :
2555. Dans un futur dévasté, l’apocalypse menace la Terre. Le dernier espoir repose sur un homme capable de voyager dans le temps. Sa mission : retourner dans le passé et changer le cours des événements. Mais la Brigade Temporelle, une police du temps, le traque à chaque époque. Débute alors une course contre la montre pour le Visiteur du Futur…


Critique :

Loin d'un effort frustrant qui se perd dans une contextualisation abusive où une volonté de dégainer de nombreux clins d'oeil aux fans,#LeVisiteurDuFuturLeFilm transpire de tous ses pores l'envie sincère d'être un pur objet de cinéma enthousiasmant qui reste fidèle à ses origines pic.twitter.com/EHx6AvFUa0

— Fucking Cinephiles (@FuckCinephiles) September 4, 2022

Qu'on se le dise, la suite sur grand écran, véritable arlésienne au fil du temps (comme Kaamelott, qui s'est in fine concrétisée l'an dernier), de la géniale web-série Le Visiteur du Futur cristallisait tellement d'attentes auprès des fans - nous les premiers -, qu'il était presque impossible pour le couteau suisse taltentueux François Descraques d'y répondre et ce, même avec la meilleure volonté du monde d'un faiseur de rêves voulant rendre le plus parfait et accessible possible, l'ultime virage de la création d'une vie.
Évitant l'écueil de la jurisprudence " Caméra Café/Espace Détente " tout en réussissant la prouesse non négligeable de ne pas uniquement parler aux aficionados du show (bon point pour les néophytes, que cette suite est aussi censée draguer), Le Visiteur du Futur sauce grand écran jongle avec les mêmes contraintes que par le passé (budget " riquiqui " en tête, 4 millions promo comprise) tout en s'en créant de nouvelles (passé du format court au format long, multiplication des effets visuels,...), tout en cherchant à défricher un giron de la SF hexagonal lâchement abandonné par les producteurs.

[CRITIQUE] : Le Visiteur du Futur

Copyright Pyramide Productions


Vrai effort de funambule, à la fois gargarisé et un brin bridé par ses nouvelles possibilités, le film se fait une grisante aventure comico-apocalyptique qui développe savamment sa mythologie tout en jouant intelligemment la carte de la réintroduction à un univers foisonnant et captivant, par le biais d'une pluie de nouveaux personnages plus où moins bien sculptés qui prennent le pas sur ceux qui nous sont familiers (on ne reviendra pas sur certaines présences dispensables - oui, McFly et Carlito, mais pas que).
Se suffisamment pleinement à elle-même tout en incarnant dans le même temps un final satisfaisant pour les fans, l'intrigue dégainée par les frangins Descraques épouse les codes du divertissement spectaculaire et efficace qui ne dénote pas de la recette originale (modifier le passé pour sauver l'avenir de l'humanité, même si ici un poil moins décalée et philosophique), articulant son noeud dramatique autour d'une conflictuelle relation père/fille (version détournée de Terminator, où l'enfant voué à sauver l'humanité fait ici place à une figure paternelle directement responsable de l'apocalypse), et à laquelle le duo greffe des sous-textes politiques et écologiques certes loin d'être toujours subtils, mais furieusement essentiels et fidèles aux valeurs même de la web-série : éveiller les consciences sans pour autant dénigrer son statut de proposition populaire et spectaculaire (avec des séquences d'action et des affrontements lisibles et solidement exécutés), porté par une SF ambitieuse et réfléchie et un humour - souvent - désopilant.

[CRITIQUE] : Le Visiteur du Futur

Copyright Pyramide Productions


Loin de l'effort frustrant qui se perd dans une contextualisation abusive où une volonté - au demeurant louable - de dégainer de nombreux clins d'oeil aux fans (écueils dans lesquels tombait tête la première Kaamelott - Premier Volet), même s'il n'est évidemment pas exempt de quelques petites/grosses ficelles scénaristiques jamais plombantes; Le Visiteur du Futur transpire de tous ses pores l'envie sincère d'être un vrai objet de cinéma rythmé et emballant, de ces costumes soignés à sa mise en scène enlevée, en passant par sa direction d'acteurs affûtée (un joli tandem Arnaud Ducret/Enya Baroux répond aux habitués - et géniaux - Florent Dorin et Raphaël Descraques).
Sans jamais se renier ni titiller plus que de raison la nostalgie des fans, François Descraques réussit sans trembler un pari loin d'être gagné sur le papier, en espérant que cette page cinématographique des aventures du Visiteur en appelle d'autres.
Aux spectateurs maintenant de rendre cela possible, en faisant taire l'idée persistante que le cinéma de genre n'a aucun avenir durable dans nos contrées...
Jonathan Chevrier
[CRITIQUE] : Le Visiteur du Futur

wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Mercredi saison 1 : Gothique lessivé
wallpaper-1019588
Eyes Wide Shut (1999) de Stanley Kubrick
wallpaper-1019588
Box-office US du week-end du 25/11/2022 : Black Panther : Wakanda Forever encore et toujours leader
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Enzo le Croco