[C’ÉTAIT DANS TA TV] : #28. The Pretender

[C’ÉTAIT DANS TA TV] : #28. The Pretender

Copyright Fox Television

Avant de devenir des cinéphiles plus ou moins en puissance, nous avons tous été biberonnés par nos chères télévisions, de loin les baby-sitter les plus fidèles que nous ayons connus (merci maman, merci papa).
Des dessins animés gentiment débiles aux mangas violents (... dixit Ségolène Royal), des teens shows cucul la praline aux dramas passionnants, en passant par les sitcoms hilarants ou encore les mini-séries occasionnelles, la Fucking Team reviendra sur tout ce qui a fait la télé pour elle, puisera dans sa nostalgie et ses souvenirs, et dégainera sa plume aussi vite que sa télécommande.
Prêts ? Zappez !!!
[C’ÉTAIT DANS TA TV] : #28. The Pretender
#28. Le Caméléon / The Pretender (1996 - 2000)
Alors qu'elle fait son retour un brin en catimini, du côté de la chaîne 6ter depuis le début de l'été (elle qui avait déjà ressuscité Notre belle famille des limbes du catalogue M6), The Pretender aka Le Caméléon est, tout comme Buffy contre les vampires et X-Files, l'incarnation même de la populaire Trilogie du Samedi, dont le bon souvenir n'a de cesse de titiller notre nostalgie du " c'était mieux avant " (ce qui n'est jamais totalement vrai... ni faux).
Sorte de rip-off moderne de Code Quantum couplé aux douces effluves de complots gouvernementaux distillées par les enquêtes (plus surnaturelles il est vrai) des agents Mulder et Scully, la série imaginée par Steven Long Mitchell et Craig Van Sickle travaillait durement sur la paranoïa existentielle et inconfortable d'une Amérique pré-9/11, tout en explorant la tardive initiation à la dure d'un génie doué d'une intelligence supra-normale aussi innocent et naïf que ses aptitudes sont paranormales, Jarod, qui peut devenir ce qu'il veut être - un caméléon donc.
Un argument facile pour varier les intrigues d'une formule typique du drama/cop show US (un épisode : une enquête, avec quelques pistes d'une intrigue mère résolument plus captivante), mais réellement prenant tant il est un rat de laboratoire échappé d'un organisme gouvernemental férocement creapy - Le Centre -, qui l'avait kidnappé dans son enfance et utilisé ses talents pour toutes sortes de manipulations (principalement liées aux contrats militaires et a la recherche d'armes).

[C’ÉTAIT DANS TA TV] : #28. The Pretender

Copyright Fox Television


Traqué par le Centre, que ce soit par son amie d'enfance Mlle Parker et son ancien mentor/père de substitution Sydney, il erre de ville en ville en aidant les gens qui croise sa route tout en tentant de la vérité et les secrets entourant son enfance et sa vraie famille.
Articulée autour de quatre saisons et de deux téléfilms sans réellement avoir de fin (tellement que jusqu'à l'aube des années 2010, sont retour était une arlésienne dont l'air revenait à chaque rentrée télévisée), le show jouait avec malice de la double résonance effrayante de son récit : une organisation gouvernementale qui kidnappe et manipule cerveaux les plus développés des États-Unis (est-ce si improbable ?), couplé aux pérégrinations d'un génie capable de tout, et dont les facultés - en gros, tout savoir sur tout - en fait une sorte de robot certes attachant mais totalement imprévisible (un questionnement arpenté timidement dans une saison 4 plus sombre, où Jarod perd totalement son innocence).
Capable de régénérer à chaque saison sa mythologie à coups de révélations absolument folles (personne ne s'est remis de la révélation finale, avec un William Raines en paternel de Parker et Jarod), autant que de faire évoluer ses personnages au gré de celles-ci (une Miss Parker passant de la femme fatale imbuvable et méprisante à une anti-héroïne tout aussi emprisonnée par Le Centre que celui qu'elle traque, Angelo le surdoué ayant le don de l'empathie, qui passe de personnage étrange à un vrai allié pour Jarod, dont la fin est douloureusement tragique,...), pour ne pas être un simple et redondant jeu du chat et de la souris où la proie est plus intelligente que les chasseurs - même lorsqu'elle se fait attraper.

[C’ÉTAIT DANS TA TV] : #28. The Pretender

Copyright Fox Television


Démarrant sur une quête initiatique/identitaire touchante (même si un brin caricatural et moraliste) ou Jarod évolue d'identité en identité pour mieux construire la sienne, avant de lentement mais sûrement se transformer en une quête de rédemption tout aussi dévastatrice, d'âmes torturés et brisés dont on a volé les existences; Le Caméléon est un pur produit de son époque (et qui a donc un poil vieillit, surtout du côté de sa mise en scène conventionnelle), sophistiquée et tortueuse mais suffisamment ludique pour ne pas perdre son auditoire, ambitieuse sans totalement répondre à toutes les attentes qu'elle a su susciter, le tout porté par des personnages charismatiques et solidement incarnés - Michael T. Weiss en tête.
Férocement addictive (et ce dès son super générique) même si un chouïa trop tirée en longueur (moins cela dit que Prison Break, avec qui elle a de vraies similitudes), la série mérite totalement que l'on s'y perde avec nostalgie en espérant, qui sait, qu'un jour Jarod revienne nous faire un petit coucou sur le petit écran.
Après tout, n'est-il pas capable de tout ?
Jonathan Chevrier
[C’ÉTAIT DANS TA TV] : #28. The Pretender

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Une Femme de notre temps
wallpaper-1019588
Sans Filtre ou Triangle of Sadness
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Hocus Pocus 2
wallpaper-1019588
Lily-Rose Depp en vedette de Nosferatu signé Robert Eggers ?