[CRITIQUE] : La très très grande classe

[CRITIQUE] : La très très grande classe

Réalisateur : Frédéric Quiring
Acteurs : Melha Bedia, Audrey Fleurot, François Berléand, Arié Elmaleh,...
Distributeur : UGC Distribution
Budget : -
Genre : Comédie.
Nationalité : Français.
Durée : 1h40min.
Synopsis :
Sofia est une jeune prof de français, martyrisée par ses élèves. Croyant enfin tenir la mutation de ses rêves, elle se lance dans des adieux explosifs et savoure sa revanche. Problème : sa mutation est gelée, elle est désormais en concurrence avec une professeure au CV irréprochable et ses élèves, plus remontés que jamais sont bien décidés à lui faire payer ses paroles. Mensonges à l’académie, coups bas à sa concurrente, campagne de séduction… Sofia est prête à tout pour obtenir son bon de sortie !


Critique :

Petite guéguerre entre deux profs diamétralement opposées - une Audrey Fleurot aux mimiques irritantes vs une Melha Bedia attachante -, #LaTrèsTrèsGrandeClasse suit sans subtilité les lignes d'une intrigue prétexte où aucune surprise ne vient se greffer, à peine quelques rires. pic.twitter.com/IulCuRSJYU

— Fucking Cinephiles (@FuckCinephiles) August 8, 2022

Il y a une certaine ironie qui habite la distribution des comédies hexagonales ayant pour cadre l'univers impitoyable de la jungle scolaire, tant elles débarquent dans les salles obscures au moment même la quasi-totalité de son public cible où presque - les mômes - est certes disponible, mais surtout au moment où il ne veut absolument pas entendre parler des cours : les vacances scolaires.
En embuscade dans les pas gluants d'un difficilement défendable quatrième opus Ducobu (qui a dit le quatrième film de trop ?) en salles depuis mi-juillet, La très très grande classe de Frédéric Quiring (le sympathique Ma Reum), tente donc de conjurer un brin le sort et de faire aussi bien que le tout doux Parents d'Élèves de Noémie Saglio (le joli couple Dedienne/Jordana et la belle galerie de seconds couteaux en moins), en croquant l'affrontement comico-irrévérencieux entre deux profs diamétralement opposées, bien décidées à chiper la mutation promise à l'autre et se tailler une place sous le soleil.

[CRITIQUE] : La très très grande classe

Copyright Marc Bossaerts


Soit Sofia, prof de français dans un bahut difficile, qui pense enfin ne plus avoir à subir les aspects furieusement contraignants de son métier - elle est martyrisée au quotidien par ses élèves - après avoir obtenu sa mutation pour Barcelone.
Le hic, c'est que son dit transfert pour l'Espagne a une couille dans le pâté, et le dit mercato académique est même férocement remis en cause puisque une autre prof, Madame Delahaye, enseignante d'une école catholique à la carrière exemplaire, veut gentiment lui souffler sous le nez sa mutation...
Petite guéguerre entre deux profs diamétralement aux antipodes l'une de l'autre, lancées dans une escalade de vacheries où tous les coups bas sont permis, la péloche suit sans une once de subtilité les lignes d'une intrigue prétexte et facile où aucune surprise ne vient se greffer.
Pas même quelques rires - où alors des timides -, la faute à une composition irritante d'une Audrey Fleurot aux mimiques over-the-top que ne vient jamais contrebalancer celle plus cartoonesque et enjouée de la pétillante Melha Bedia (ni même un caméo sympa d'Élie Semoun), en looseuse magnifique qui s'affirme peu à peu.
Dès son titre au double sens aussi fin que du gros sel, La très très grande classe annonce gentiment la note et elle est fait un brin tâche dans le bulletin de la comédie française cuvée 2022...
Jonathan Chevrier[CRITIQUE] : La très très grande classe

wallpaper-1019588
Lily-Rose Depp en vedette de Nosferatu signé Robert Eggers ?
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : The Greatest Beer Run Ever
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Poppy Field
wallpaper-1019588
Bande annonce teaser pour Pétaouchnok d'Edouard Deluc