[CRITIQUE] : L'école du bout du monde

[CRITIQUE] : L'école du bout du monde

Réalisateur : Pawo Choyning Dorji
Acteurs : Sherab Dorji, Ugyen Norbu Lhendup, Kelden Lhamo Gurung,...
Distributeur : ARP Sélection
Budget : -
Genre : Aventure, Drame, Famille.
Nationalité : Bhoutanais.
Durée : 1h49min.
Synopsis :
Un jeune instituteur du Bhoutan est envoyé dans la partie la plus reculée du pays. Loin de la ville, le quotidien est rude, mais la force spirituelle des habitants du village transformera son destin.


Critique :

Fable initiatique bienveillante qui se transforme peu à peu en découverte intime du bonheur, #LEcoleDuBoutDuMonde a beau être très conventionnel, il n'en reste pas moins un joli bout de cinéma vissé sur l'importance de l'éducation et la préservation des traditions et de la nature pic.twitter.com/k7suAwy7In

— Fucking Cinephiles (@FuckCinephiles) May 13, 2022

Ugyen est sans l'une des personnes les plus malheureuses du pays le plus convivial du monde.
Le jeune homme compte les jours pour quitter son Bhoutan natal et aller poursuivre son rêve d'être chanteur ailleurs, mais ses plans sont bousculés lorsqu'il reçoit un appel urgent du ministère de l'éducation de sa petite nation asiatique.
L'aspirant enseignant doit immédiatement faire ses valises et déménager à Lunana, une communauté (très) reculée située au nord du pays, dans la région himalayenne, où il y achèvera sa formation professionnelle.
Ugyen s'embarque alors à contrecœur vers l'école la plus reculée de la planète, une petite cabane sans électricité ni fenêtres pour se protéger des rafales de vent glaciales, mais qui va lui apporter plus de bonheur et de satisfaction qu'il ne l'aurait jamais imaginé...

[CRITIQUE] : L'école du bout du monde

Copyright ARP Distribution


Fable initiatique bienveillante sur un choc des cultures qui se transformera peu à peu en découverte intime du bonheur, L'école du bout du monde, premier effort du wannabe cinéaste Pawo Choyning Dorji (premier film de l'histoire du Bhoutan a avoir été nommé à l'oscar du meilleur film étranger) est furieusement conventionnel et semble, au-delà de son merveilleux cadre et des coutumes/traditions qu'il charrie, avoir été vu mille fois ailleurs.
Et pourtant, c'est dans sa prévisibilité et sa familiarité évidente de sa narration (légère) que réside toute la magie et l'humanité désarmante du film, son authenticité attachante et charmante à vouloir user de l'essence même du cinéma nous connecter à ce qui compte le plus dans la vie (les fameux " petits plaisirs simples "), et dégainer un beau et magnifique message tourné sur l'importance de l'éducation et la préservation des traditions et de la nature.
Lancinant et captivant, laissant suffisamment d'espace à ses personnages pour respirer, ressentir et agir avec leur coeur, L'école du bout du monde est un magnifique et tranquille drame, se concluant sur un dernier plan doux-amer digne de la majesté mélancolique de ses somptueux paysages.
Une belle découverte.
Jonathan Chevrier
[CRITIQUE] : L'école du bout du monde

wallpaper-1019588
Bande annonce pour L'Homme Parfait de Xavier Durringer
wallpaper-1019588
Un héros
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : J'adore ce que vous faîtes
wallpaper-1019588
Driven : Crashed : Episode 2 : Nothing between us but sheets