[CRITIQUE] : Tendre et Saignant

[CRITIQUE] : Tendre et Saignant
Réalisateur : Christopher Thompson
Acteurs : Géraldine Pailhas, Arnaud Ducret, Stéphane De Groodt, Antoine Gouy, Alison Wheeler, Anne Le Ny, Jean-François Stévenin,...
Budget : -
Distributeur : Orange Studio Distribution / UGC Distribution
Genre : Comédie, Romance.
Nationalité : Français.
Durée : 1h31min.
Synopsis :
Rédactrice en chef d’un magazine de mode, Charly hérite de la boucherie familiale. Alors qu’elle s’apprête à la vendre, elle rencontre Martial, l’artisan-boucher de son père, bien décidé à se battre pour sauver le commerce. Séduite malgré elle par le charisme de Martial, Charly pourrait être amenée à changer d’avis…

Critique :

Sans fondamentalement renouveler le genre, #TendreetSaignant incarne une charmante et délicate comédie romantique, un feel good movie aussi rythmé qu'emballant qui n'a que pour seul ambition que de modestement divertir son auditoire. Joli tandem Géraldine Pailhas/Arnaud Ducret. pic.twitter.com/zUsCQlaSye

— Fucking Cinephiles (@FuckCinephiles) January 19, 2022

Et si la boucherie, commerce incontournable et lieu d'interaction/rencontre sociale par excellence, était (re)devenu un nouveau cadre " tendance " pour le septième art hexagonal ?
La question, loin d'être totalement ironique (mais un peu quand même), a le mérite d'être posé puisque deux comédies populaires y ont posés leurs caméras en à peine trois mois : la satire plus ou moins digeste Barbaque de Fabrice Éboué, et donc la romance résolument plus séduisante Tendre et Saignant de Christopher Thompson (le sympathique Bus Palladium), fils de feu la regrettée cinéaste Danièle Thompson.
Grand écart plutôt étonnant, pour ne pas dire totalement improbable, entre la romcom convenue et l'ode pimpante au métier boucher (oui), le film suit les aléas de Charly Fleury, une rédactrice en chef d'un célèbre magazine de mode, qui hérite du jour au lendemain d'une boucherie suite la mort de son père.

[CRITIQUE] : Tendre et Saignant

Copyright Les Films du Cap - MM Films


Pas franchement attirée par l'idée de perpétuer la tradition familiale, elle veut vendre le commerce mais se heurte à Martial, l'ancien commis de son père.
Non sans effort, celui-ci la persuade de ne pas fermer boutique tout de suite, et d'attendre au moins jusqu'à la fin des fêtes de fin d'année, période charnière pour le métier, avant de prendre sa décision...
Catapulté au coeur du microcosme des artisans bouchers (et un poil dans le milieu de requins qu'est la presse), dont il scrute le quotidien (avec notamment l'usage du fameux argot " louchebem ") autant qu'il suit tout le parcours de leur outil de travail (la viande, et plus directement le lien entre les animaux, les éleveurs, les bouchers et leurs clientèles), entre respect des traditions (même celle révoltante du sexisme, des deux côtés de la relation commerciale) et modernité affirmée, Tendre et Saignant, dont le titre à une sympathique double résonance, étonne par la richesse simple de son écriture.
Charpenté comme une romcom à l'anglaise, avec des dialogues ciselés et des personnages solidement charpentés (jusque dans ses cruciaux seconds couteaux, incarnés par une impressionnante galerie de talents : Stéphane De Groodt, Antoine Gouy, Alison Wheeler, Anne Le Ny et feu Jean-François Stévenin), la narration se permet même de brasser très large dans ses thématiques, allant de la difficile gestion du deuil - et d'un héritage à perpétuer - à l'importance des réseaux sociaux, en passant par une réflexion affûtée sur les ravages de la société de consommation (du consommateur que nous sommes, aux producteurs et le traitement indigne des animaux).

[CRITIQUE] : Tendre et Saignant

Copyright Les Films du Cap - MM Films


Pas manchot derrière la caméra (la mise en scène est élégante et soignée, assez rare tant elle est souvent accessoire pour les comédies, romantiques ou non), Christopher Thompson se fait également un excellent directeur d'acteurs, offrant au joli couple Géraldine Pailhas - touchante en femme mûre forte et déterminée - et Arnaud Ducret - juste et attachant en boucher passionné -, une belle occasion de briller.
Sans fondamentalement renouveler le genre, ce qu'il ne cherche pas forcément cela dit, Tendre et Saignant incarne une charmante et délicate romcom, un feel good movie aussi rythmé qu'emballant qui n'a que pour seul ambition que de tendrement et modestement divertir son auditoire.
Et il y arrive à sans forcer.
Jonathan Chevrier
[CRITIQUE] : Tendre et Saignant

wallpaper-1019588
Bande annonce pour L'Homme Parfait de Xavier Durringer
wallpaper-1019588
Un héros
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : J'adore ce que vous faîtes
wallpaper-1019588
Driven : Crashed : Episode 2 : Nothing between us but sheets