[CRITIQUE] : The Voyeurs

[CRITIQUE] : The Voyeurs

Réalisateur : Michael Mohan
Acteurs : Sydney Sweeney, Justice Smith, Ben Hardy,...
Distributeur : Amazon Prime Vidéo France
Budget : -
Genre : Thriller.
Nationalité : Américain.
Durée : 2h01min
Synopsis :
Après avoir emménagé dans un magnifique loft au centre-ville de Montréal, un jeune couple s'intéresse de plus en plus à la vie sexuelle de leurs excentriques voisins d'en face. Ce qui n'est au départ qu'une curiosité innocente se transforme lentement en une obsession malsaine, après avoir découvert que l'un de ces voisins trompe l'autre. La tentation et le désir font que leurs vies s'entremêlent de manière inattendue, entraînant des conséquences mortelles. En insufflant une nouvelle vie au genre oublié du thriller érotique, The Voyeurs pose la question « A-t-on le droit de regarder ? ».


Critique :

Mini revival du thriller érotique made in 90s,#TheVoyeurs, même si prévisible et à la durée étonnamment excessive, use joliment du concept d'intrusion intime en apparence inoffensive, via le dépassement des limites d'un couple très (trop) attiré par la vie sexuelle de leur voisin pic.twitter.com/L93VvOAh5c

— Fucking Cinephiles (@FuckCinephiles) September 12, 2021

À une époque pas si lointaine - jusqu'au crépuscule des 90s -, le thriller érotique était l'un des sous-genres les plus incontournables du cinéma ricain, un défouloir pas toujours défendable - tout le monde ne s'appelle pas De Palma ou Verhoeven - mais souvent jouissif (logique), qui s'est peu a peu éteint au point de devenir presque obsolète, à quelques frissons DTV-esque près (non, la trilogie 50 Shades of Grey n'existe pas).
Voir débarquer une production made in plateforme tentant gentiment de raviver la flamme, à donc quelque chose d'aussi excitant qu'étrangement nostalgique, ne serait-ce que pour la beauté du geste.
C'était la volonté, louable donc, de The Voyeurs de Michael Mohan, modeste B movie jouant pleinement sur la curiosité que tout à chacun peut avoir quant à l'intimité de ses voisins, et encore plus quand ils incarnent un couple séduisant ne croyant pas vraiment à la vertu d'avoir des rideaux chez soi.

[CRITIQUE] : The Voyeurs

Copyright 2010-2021 Amazon.com, Inc. or its affiliates


Résolument moins salace que son titre le laisse penser, même s'il indique clairement vouloir jouer franco avec la notion de plaisir indirect, le film apporte néanmoins une certaine habileté au concept d'intrusion intime en apparence inoffensive, évoquant parfois la sensualité esthétique du cinéma d'Adrian Lyne dans ce dépassement des limites d'un couple bien sous tout rapport, littéralement captivé par le libertinage de leur voisin.
Empruntant autant à Fenêtre sur Cours qu'à son plus bel - et savoureusement pervers - hommage, Body Double, tout en ayant jamais peur de se perdre dans des rebondissements franchement ridicules, The Voyeurs captive même si sa propension à offrir un semblant de valeur choc, pour mieux garder son auditoire à l'affût, ne se limite qu'à une sensualité aussi intense que l'obsession pas toujours cohérente qu'elle met en images.
Mais si l'envie de dynamiser le genre se ressent parfois, c'est avant tout la prévisibilité de l'ensemble couplé à un manque cruel de subtilité/nuances et une durée étonnamment excessive (et que dire de la mise en scène sans envie ni ampleur), qui plombe un brin dans l'aile un effort au demeurant haletant et bien incarné (Sydney Sweeney en tête).
Divertissant donc, mais franchement oubliable.
Jonathan Chevrier[CRITIQUE] : The Voyeurs
 

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Cops and Robbers
wallpaper-1019588
Nouvelle affiche FR pour Le Dernier Duel de Ridley Scott
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Licorice Pizza de Paul Thomas Anderson
wallpaper-1019588
[C’ÉTAIT DANS TA TV] : #27. Street Hawk
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : J’ai aimé vivre là