Fou de Toi (2021) de Dani de la Orden

Une comédie romantique espagnole pour Netflix réalisée par Dani de la Orden, assez peu connu chez nous en France mais dont on peut citer "Party Town" (2016), "The Best Summer of my Life" (2018), "Litus" (2019) mais aussi et surtout sa "trilogie" "Barcelona Nit d'Istiu" (2013), "Barcelona Christmas Night" (2015) et "The Wedding Unplanner" (2020) dont il retrouve pour ce nouveau projet son scénariste Eric Navarro, qui lui-même retrouve Natalia Duran sa co-scénariste sur "Tu Y Yo" (2014) de Kike Maillo. Le film mêle Rom Com et donc histoire d'amour avec l'univers de l'hôpital psychiatrique ce qui reste plutôt audacieux, d'abord parce que cela semble incompatible, ensuite parce que ce qui est psychiatrique renvoie irrémédiablement au thriller, au drame ou au film d'horreur de "Shock Corridor" (1965) de Samuel Fuller à (2018) de Steven Soderbergh en passant par "Vol Au-Dessus d'un Nid de Coucou" (1975) de Milos Forman, "Une Vie Volée" (2000) de James Mangold ou encore "Sucker Punch" (2011) de Zack Snyder, mais on peut aussi rappeler le drame amoureux allemand avec "Le Libre Arbitre" (2008) de Matthias Glasner...

Fou de Toi (2021) de Dani de la Orden

Lors d'une soirée, Adri rencontre Carla qui semble libre et décomplexée avec qui il vit une nuit de fête et de sexe. Mais Carla part aussi vite qu'elle est arrivée dans sa vie et il ne reste plus à Adri que sa veste qu'elle a oublié et dans laquelle il retrouve un document qui semble indiquer que Carla est interné dans un centre psychiatrique. Etant journaliste, il se sert de sa profession pour se faire admettre comme patient afin de retrouver Carla dont il est tombé amoureux... Adri est interprété par Alvaro Cervantes vu entre autre dans (2011) de Joe Wright, "Le Sexe des Anges" (2012) de Xavier Villaverde et "Adu" (2020) de Salvador Calvo. Carla est incarnée par Susana Abaitua vue dans "Compulsion" (2017) de Angel Gonzales et "Estandar" (2020) de Fernando Gonzalez Gomez. Certains patients sont joués par Luis Zahera sans doute le plus connu de "Les Lundis au Soleil" (2002) de Fernando Leon de Aranoa à "Lettre à Franco" (2019) de Alejandro Amenabar en passant par "Cellule 211" (2009) de Daniel Monzon et (2018) de Rodrigo Sorogoyen, puis Aixa Villagran vue dans "Mataharis" (2007) de Iciar Bollain et "Rose et Noir" (2009) de et avec Gérard Jugnot, Eduardo Antuna vu dans "Mes Chers Voisins" (2000) et "800 Balles" (2002) tous deux de Alex de La Iglesia. La directrice du centre est jouée par Clara Segura vue dans "Mar Adentro" (2004) de Alejandro Amenabar et "Les Yeux de Julia" (2010) de Guillem Morales, et qui retrouve le réalisateur après "Barcelona Christmas Night" (2015). Citons pour finir une épouse jouée par Mireia Portas vue dans "L'Homme aux Mille Visages" (2016) de Alberto Rodriguez... Le prologue offre un coup de foudre à sens unique plutôt bine mené avec (une fois n'est pas coutume !) la femme qui domine et conduit la virée nocturne aussi folle et rapide. Le scénario reprend bien le canevas du genre avec la rencontre, la séparation, lui qui fait tout pour la reconquérir sans savoir franchement dans quoi il s'embarque, du rythme et évidemment le mix humour-émotion qui se doit d'être plus ou moins à 50/50 pour ne pas tomber dans le pathos ou la farce.

Fou de Toi (2021) de Dani de la Orden

La Rom Com va souvent de paire avec la déclaration "je t'aime à la folie", c'est justement la bonne idée de ce projet en prenant littéralement au pied de la lettre cette déclaration d'amour souvent galvaudée. Car le milieu psychiatrique, comme on l'a rappelé plus haut, est souvent synonyme de drame et de thriller, de meurtre tragique et de peur car le spectateur c'est nous et que comme tout le monde on a souvent peur de ce qu'on ne connaît pas. Le réalisateur place donc l'histoire au sein d'un centre psychiatrique où il a la judicieuse idée de d'y placer deux paramètres essentiels : éviter l'hôpital pour psychopathes, ne jamais stigmatiser les différentes maladies mentales. Ainsi, si le récit suit le chemin balisé de la comédie romantique, sur le fond le scénario aborde différents sujets sans marteler mais juste assez pour que le propos soit ludique et le message compréhensible sans être moralisateur. C'est le point fort du film. Les pathologies (bipolarité, tocs, dépression, paranoïa...) ne sont pas démonstratives, mais présentées simplement, comme une simple maladie non dangereuse si elle est soignée et donc nullement marginalisée ce qui, on s'en doute, est loin d'être chose facile, même en amour ! Bon point également sur les patients qui sont montrés comme des malades conscients de leur situation, et parfaitement interprétés par des acteurs justes qui évitent soigneusement de ne pas en faire trop. Les personnages sont tous attachants, même le plus "con" (un patron !) nous est montré dans toute sa bêtise pour mieux "l'excuser". Mais derrière cette comédie il n'est pourtant pas oublié le drame derrière ces troubles psychiatriques, de la visite familiale compliquée, à la relation avec le personnel infirmier, les responsabilités des uns et des autres, le réalisateur construit un récit malin où les seconds rôles ne sont pas laissés pour compte pour mieux faire comprendre la position "intenable" du couple Adri-Carla. Il y a deux passages moins réussis. La première s'explique par une question où comment tous peuvent réagir aussi promptement et aussi sûrement sans savoir qui est réellement Adri ?! La seconde peut être frustrante où comment cette fin est à la fois antinomique (amour impossible) et si logique (comédie romantique) ?! Dani de la Orden signe une comédie qui mêle euphorie et déprime comme du papier à musique, sans jamais tomber dans le pathos et même si on aurait aimer un chouïa plus de rire. Un excellent point pour le traitement des maladies mentales en prime. On passe un très bon moment à conseiller.

(2021) Dani Orden(2021) Dani Orden


wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Cops and Robbers
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Space Force : The Dark Side of The Moon
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #80. Judge Dredd
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Brutus vs César
wallpaper-1019588
Hors normes
wallpaper-1019588
Mon Voisin Totoro (1988) de Hayao Miyazaki
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Si je t’oublie... je t’aime
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #146. Project A (’A’ gai waak)