Zack Snyder's Justice League (2021) de Zack Snyder

On ne l'attendait pas forcément aussi vite... Après le semi-échec de "Justice League" (2017) et ses 660 millions de dollars au box-office mondial pour tout de même 300 millions de budget, le film a déçu autant dans les chiffres que sur sa valeur intrinsèque. Pour résumé, rappelons que Zack Snyder, bien que crédité sur ce premier essai, avait laissé son bébé à Joss Whedon après le suicide de sa faille Autumn (à qui est dédié cette nouvelle version). Reniant le résultat signé Whedon après de nombreuses modifications à ses idées originales on n'est pas très étonné de voir Snyder revenir avec son director's cut alors même que son retour a été demandé par Warner ; sans doute bien poussé par une fan base du réalisateur qui l'espérait depuis le début, et aussi parce que Warner espère bien pouvoir rebondir pour une éventuelle suite qui s'est avérée impossible à envisager vu l'accueil en 2017. On ne va pas s'étaler sur ce qui a déjà été dit sur "Justice League" (2017) et on ne pas pas s'étaler sur les points communs entre les deux, en gros une trame plutôt bateau. On va par contre s'attarder sur les différences notables entre les deux versions, et donc se pencher sur la vision de Snyder. D'abord on passe de 2h à 4h ! Ce qui n'est pas anodin, rare sont les Director's Cut à rallonger autant un film !

Zack Snyder's Justice League (2021) de Zack Snyder

Snyder a évidemment repris le montage, mais il a aussi modifié plusieurs effets visuels, opérer des reshoots, tourné de nouvelles séquences, et plusieurs scènes coupées à l'origine par Whedon font leur retour notamment en faisant entrer de nouveaux personnages plus ou moins emblématiques. Snyder pousse même jusqu'à ne reprendre aucune scène tournée personnellement par Whedon, et en profite surtout pour atténuer les couleurs trop "criardes" du 2017 afin de coller au style plus sombre et désaturé des "Man of Steel" (2013) et "Batman v Superman : l'Aube de la Justice" (2016) auquel il fait directement suite.

Parmi les "nouveautés" :

Le méchant Steppenwolf se retrouve avec une armure plus impressionnante à tout point de vue et obtient plus de présence, ainsi que son leader Dark Seid. Superman revêt un nouveau costume noir plus en adéquation avec son nouvel état d'esprit et bénéficie d'une ouverture de film qui relie directement "Batman v Superman" aux événements de "Justice League". Loïs Lane gagne en profondeur et en importance également avec un destin complètement différent à 2017. La base de Steppenwolf est désormais déserte de tout habitant et le dénouement final est très différent. Mais on remarque surtout le nombre non négligeable de nouveaux personnages qui apparaissent avec plus ou moins de conséquences à venir, un Green Lantern à Joker (annoncé d'emblée, c'est bon pour la promo !) en passant par un général martien et un Slade Wilson entre autre. On s'aperçoit que Cyborg est un (un peu) plus étoffé et que Bruce Wayne voit ses cauchemars prendre plus de place... Evidemment liste non exhaustive...

Zack Snyder's Justice League (2021) de Zack Snyder

Mais est-ce que toutes ces modifications, tous ces changements valaient de doubler une durée de film jusqu'à 4 heures ?! Assurément pas ! En effet, avec le recul, des moyens nouveaux et la Warner qui lui ont ouvert grand la porte il semble que Zack Snyder se soit laisser un peu aller. En effet, peut-on vraiment croire que Snyder aurait effectivement fait ce même film s'il avait pu assumer son film dès 2017 dans les conditions normales de l'époque ?! Assurément pas ! Résultat, Zack Snyder n'a sans doute pas pu ou pas su faire des choix qui se seraient avérés forcément drastiques ; mais n'est-ce pas l'apanage de n'importe quel réalisateur ?! Esthétiquement il est judicieux d'avoir voulu calquer sur le style de "Batman v Superman" pour plus de cohérence et pour une vraie filiation. Par contre certains effets spéciaux demeurent très légers voir grotesques, on pense surtout aux courses de Flash/Ezra ou encore une tempête en mer en images de synthèse (comme si il n'y avait pas assez de déferlantes et de lames de fond magnifiques dans la nature !). De nombreux passages restent redondants, tirés en longueurs (oui c'est bon on a compris la dépression de madame S.). Le scénario est également plombé par plusieurs incohérences plus "techniques" comme un cercueil propre comme un sou neuf qui sort pourtant de terre, ou un Dark Seid qui ne se souvient pas être déjà venu de la planète Terre ?!?! En conclusion, la version Director's Cut est plus intéressante et plus cohérente au sein de l'univers DC Comics/Warner, sur le fond comme sur la forme mais la durée est très excessive et peu justifiable au vu du contenu réel. Passer de 2 à 3h aurait largement suffit. Pour revoir l'avis 2017 cliquez sur le titre en haut de page ou ICI !... Et finalement, cette version ouvre surtout au fantasme perdu du film qu'aurait vraiment été le film de Snyder en 2017 sans le drame personnel qu'il a vécu. On ne saura jamais, mais une chose est sûre le film n'est pas un grand film, juste suffit-il à créer une opportunité plus solide et fiable pour la suite, un "Justice League 2" qui n'aura jamais été aussi flagrant.

Zack Snyder's Justice League (2021) SnyderZack Snyder's Justice League (2021) Snyder

Pour info bonus, Note de mon fils de 11 ans :

Zack Snyder's Justice League (2021) SnyderZack Snyder's Justice League (2021) Snyder

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Brutus vs César
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Space Force : The Dark Side of The Moon
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #80. Judge Dredd
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Cops and Robbers
wallpaper-1019588
The Dark Knight (2008) de Christopher Nolan
wallpaper-1019588
Falcon & le Soldat de l’Hiver (Critique Mini-Série Épisode 1×04) La dernière tentation de John Walker…
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Extro
wallpaper-1019588
BAFTA 2021 : Le palmarès