Sound of Metal (2021) de Darius Marder

Premier long métrage en tant que réalisateur pour Darius Marder, et s'il avait déjà signé un court avec "Loot" (2008), c'est en tant que scénariste qu'il s'est fait remarquer avec "The Place Beyond the Pines" (2012) de Derek Cianfrance sur lequel il précise : "(Ce film) représente pour moi une période de merveilleuse collaboration avec Derek Cianfrance. Parallèlement à l'écriture de son film, nous travaillions également sur un projet impliquant deux personnages dans un groupe de musique, l'embryon de Sound of Metal". Une idée de film que Marder espérait voir porter à l'écran par Cianfrance avant de finalement s'approprier entièrement le film. Darius Marder précise que l'histoire est fortement inspirée de sa grand-mère cinéphile et mélomane qui a perdu l'audition après avoir prise des antibiotiques : "piégée dans ce no man's land entre le monde sourd et le monde entendant". Cette grand-mère s'est ensuite battue pour que les films soient sous-titrés pour les sourds et malentendants, ce qui poussa effectivement le cinéaste à offrir son film une accessibilité pour tous, les dialogues sous-titrés et descriptions sonores sont donc systématiques dans sa versions ciné. Darius Marder co-signe le scénario avec son frère Abraham Marder, ce dernier étant aussi co-compositeur du film aux côtés de Nicolas Becker auquel on doit les B.O. de films comme "Corps Etrangers" (2016) de Raja Amari et "Une Prière avant l'Aube" (2017) de Jean-Stephane Sauvaire. Si Derek Cianfrance, également réalisateur de "Blue Valentine" (2010) et "Une Vie entre Deux Océans" (2016), ne réalis epas le film il est resté tout de même sur le film en tant que co-producteur. Précisons que le film est multi-nominé aux Oscars 2021... Ruben et Lou sillonnent les routes des Etats-Unis pour une série de concerts, elle au micro et lui à la batterie. Mais un soir Ruben constate qu'il n'entend pratiquement plus les sons. Il voit un spécialiste qui lui explique qu'il ne pourra plus retrouver une audition normale, que cela ne peut qu'empirer s'il continue la musique même s'il existe une coûteuse opération qui pourrait compenser la surdité. Dans un premier temps, Ruben doit se séparer de Lou afin d'entrer au sein d'une association pour les sourds et malentendants...

Sound of Metal (2021) de Darius Marder

Ruben est incarné par Riz Ahmed qui a su s'imposer comme un acteur majeur de "We Are Four Lions" (2010) de Chris Morris à (2018) de Ruben Fleischer en passant par (2012) de Ben Drew et "Les Frères Sisters" (2018) de Jacques Audiard, tandis que Lou est jouée par Olivie Cooke vu entre autre dans (2014) de William Eubank, "Ouija" (2014) de Stiles White et "Ready Player One" (2018) de Steven Spileberg. Deux des éducateurs du centre sont joués par Lauren Ridloff, Miss Deaf America 2000, vue dans "Le Musée des Merveilles" (2017) de Todd Haynes, bientôt dans "Eternals" (2021) de Chloé Zhao et connue pour la série TV "The Walking Dead" (2018-...), puis Paul Raci, vétéran du Viêtnam né de parents sourds, interprète certifié en langue des signes, qui est réputé pour son implication dans le domaine en ayant par ailleurs fondé un groupe de musique en langue des signes et une troupe de théâtre, et si il n'est que très peu connu en tant qu'acteur il apparaît de temps à autres dans des séries TV (Alerte à Malidu en 92, "Urgences" en 2002, "Scrubs" en 2006 ou encore "Goliath" en 2019), mais on peut citer aussi un petit rôle dans le film "L'Ombre Blanche" (1996) de John Gray. Enfin citons la présence de Mathieu Amalric, frenchy vu récemment dans les films "Le Grand Bain" (2018) de Gilles Lellouche, "At Eternity's Gate" (2018) de Julian Schnabel et (2019) de Roman Polanski... La surdité n'est pas un sujet si récurrent au cinéma, rapidement on peut citer "A Scene at the Sea" (1999) de Takeshi Kitano, le polar "Sur mes Lèvres" (2001) de Jacques Audiard ou le drame (2014) de Myrolsav Slaboshpytskyi. Quand commence la scène d'ouverture on a pourtant une pensée forte pour la puissance d'un (2014) de Damien Chazelle, une force émotionnelle telle qu'on s'attend à un drame aussi mouvementé, aussi orageux mais finalement très vite le scénario vire très vite justement vers l'inverse.

Sound of Metal (2021) de Darius Marder

La déception vient surtout du fait que la musique soit finalement un simple paramètre dramaturgique (perdre l'audition est terrible, d'autant plus quand on est musicien), sans que ce soit essentiel pour la suite, voir même accessoire. En effet, qu'il soit musicien n'enrichit en rien l'évolution de Ruben, on ne ressent pas que le musique est vitale pour lui. Le peu de musique n'empêche pas l'implication des acteurs, Riz Ahmed et Olivia Cooke ont appris à jouer et à chanter afin que l'immersion soit total ; la première scène est donc assurée sans coupe ni doublure et avec un vrai public. Le travail sur le son est d'ailleurs un point fort non négligeable, entre les silences, les sons différents perçus par Ruben... etc... L'immersion est d'autant plus palpable. Par contre, le centre où se rend Ruben laisse perplexe, les conditions pour être admis paraissent particulièrement strictes, à tel point qu'on pense à du communautarisme digen d'un secte. Les sourds doivent ainsi vivre en autarcie, sans relation avec le monde des "entendants". Bizarre... Néanmoins, l'évolution de Ruben reste intéressante, riche et compréhensible, avec un côté ludique non négligeable. La dimension chirurgicale du problème d'audition est passionnante, même si la question de l'implant cochléaire (Tout savoir ICI !) est vite expédiée. D'ailleurs on n'a jamais d'indication de temps ce qui est gênant même si ce n'est pas franchement un problème. Le véritable thème du film s'avère être l'acceptation du handicap, les conséquences de l'handicap sur les proches. Sur ces points l'histoire sonne juste, touche du doigt de façon subtile et judicieuse le passage vers le monde du silence. En prime un casting parfait, avec surtout Riz Ahmed qui passe encore un cap avec ce qui est à ce jour sa meilleure performance.

Sound Metal (2021) Darius MarderSound Metal (2021) Darius Marder


wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Brutus vs César
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Space Force : The Dark Side of The Moon
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #80. Judge Dredd
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Cops and Robbers
wallpaper-1019588
[CRITIQUE]: Diva
wallpaper-1019588
The Dark Knight (2008) de Christopher Nolan
wallpaper-1019588
La folle journée de Ferris Bueller
wallpaper-1019588
Falcon & le Soldat de l’Hiver (Critique Mini-Série Épisode 1×04) La dernière tentation de John Walker…