The Rental (2020) de Dave Franco

Premier long métrage en tant que réalisateur pour le petit frère de James Franco pour qui il joua plusieurs fois devant la caméra. Dave Franco est avant tout un acteur surtout vu dans des seconds rôles dont on peut citer les dyptiques "Insaisissables" (2012-2016) respectivement de Louis Leterrier et Jon Chu, puis "Nos Pires Voisins" (2014-2016) de Nicholas Stoller, mais aussi plusieurs fois donc sous la direction de son frère comme dans "The Distaster Artist" (2017). Pour son projet il fait appel à des proches, d'abord pour affiner son scénario grâce à Joe Swanberg, figure de proue du mouvement dit "mumblecore" (serait caractérisé par des productions plus ou moins fauchées) et dont il a fait connaissance sur le tournage de "Greenberg" (2010) de Noah Baumbach, ce dernier avait produit Swanberg juste avant pour son film "Alexander the Last" (2009). Outre son co-scénariste, Dave Franco fait appel également à des amis pour compléter son casting, dont son épouse Alison Brie. Le film est un thriller en huis clos, dont le speech rappelle d'emblée de nombreux film du genre, par exemple "La Méthode" (2005) de Marcelo Pineyro ou encore "The Strangers" (2008) de Bryan Bertino... Deux couples, composés de deux frères dont l'un sort avec la collègue de l'autre, décident de louer une maison luxueuse en bord de mer pour se changer les idées. Alors que le responsable de la maison est très antipathique les deux couples se retrouvent confrontés à un voyeur mystérieux, ou est-ce leur hôte ?!...

The Rental (2020) de Dave Franco

Les quatre protagonistes sont incarnés par Alison Brie vue avec son époux dans "The Disaster Artist" (2017) de James Franco, "Pentagon Papers" (2017) de Steven Spielberg et dernièrement dans "Ma Belle-Famille, Noël et Moi" (2020) de Clea DuVall, par Dan Stevens qui retrouve le couple Brie-Franco après "Horse Girl" (2020) de Jeff Baena, et vu déjà vu autrement dans "La Belle et la Bête" (2017) de Bill Condon et "Le Bon Apôtre" (2018) de Gareth Edwards, puis Sheila Vand la moins connue aperçue dans (2012) de et avec Ben Affleck et dans "Triple Frontière" (2019) de J.C. Chandor, et enfin Jeremy Allen White vu dans "Twelve" (2010) de Joel Schumacher, "My Movie Project" (2013) de Peter Farrelly et surtout connu avec la série TV "Shameless" (2011-...). N'oublions pas l'hôte antipathique joué par Toby Huss, "gueule" et second couteau bien connu du cinéma américain qui retrouve ses partenaires de "Horse Girl" également, mais surtout vu dans d'innombrables films comme "Human Nature" (2001) de Michel Gondry, "Rescue Dawn" (2006) de Werner Herzog, "Cowboys et Envahisseurs" (2011) de Jon Favreau, ou encore (2018) de Karyn Kusama. Citons également un protagoniste quasi invisible interprété par un certain Anthony Molinari, habitué de l'ombre puisqu'il est en premier lieu cascadeur qui a été notamment la doublure de la star matt Damon dans "La Grande Muraille" (2016) de Zhang Yimou et "Le Mans 1966" (2019) de James Mangold, et ami de Dave Franco depuis les films "Insaisissables" (2012-2016)... Le début est plutôt maladroit puisque dès les 30 premières secondes on devine aisément le (soit disant) "twist" qui surviendra plus tard dans le film mais auquel on s'attend forcément. Le film débute donc assez mal et n'est pas très prometteur surtout que suit une très longue demi-heure où il ne se passe rien de bien notable. On se retrouve dans un téléfilm où un quator de trentenaires ne sont pas plus intéressants que des ados jouant à un jeu sexuel plutôt fade de surcroît.

The Rental (2020) de Dave Franco

On se gausse de madame qui s'offusque d'une histoire d'amour de l'ex d'avant l'ex de son conjoint, on souffle devant le cliché d'une fête alcool-drogue sans fête, on se désespère de constater que ces quatre individus ne font rien de bien intéressants alors qu'ils ont loué une maison splendide devant un panorama qui ne l'est pas moins. Il faut donc attendre bien longtemps la première révélation qui va enfin faire évoluer le récit, qui fait enfin monter la tension d'un cran. Le cercle vicieux se met en place, les quatre personnes se retrouvent dans un piège forcément difficile à admettre, entre une réalité qui fait froid dans le dos et l'espoir d'une sorte de fantasme matérialisé par la réplique d'un protagoniste : "Je m'attendais à une pièce pleine d'écrans, de moniteurs, et il n'y a rien"... Evidemment, d'autres paramètres déçoivent, comme le personnage de Mina (très subjectivement) qui n'a rien pour elle ou du moins qui semble bien moins à son avantage que son amie Alison Brie, ou le passage ridicule où un des personnage brise une porte sécurisée d'un simple coup de pied. Mais cette fois le thriller nous plonge enfin dans une atmosphère anxiogène efficace qui dure donc à tout casser 30mn jusqu'à cet épilogue tout aussi efficace bien que logique et convenu. Le réalisateur Dave Franco ne cache d'ailleurs pas sa volonté de signe la suite dès que possible au vu du bon accueil de son film. En conclusion, Dave Franco n'est assurément pas un grand cinéaste, même bien moins intéressant que son frère, et au vu de son film un simple moyen métrage aurait suffit tant la première partie est strictement sans intérêt. Dommage...

Rental (2020) Dave FrancoRental (2020) Dave Franco


wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Space Force : The Dark Side of The Moon
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Curtiz
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Hollywood : Make the industry fair for good... or not
wallpaper-1019588
Anne Hathaway en vedette de la comédie dramatique French Children Don’t Throw Food ?
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Pelé
wallpaper-1019588
Jonathan Majors en vedette de Gordon Hemingway & the Realm of Cthulhu signé Stefon Bristol ?
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Small Axe : Uppercut politique et social en 5 actes
wallpaper-1019588
Nouvel extrait VO pour Godzilla vs Kong signé Adam Wingard