Human Capital (2020) de Marc Meyers

Il s'agit de la seconde adaptation du roman éponyme (2005) de Stephen Amidon après le très bon "Les Opportunistes" (2013) de Paolo Virzi qui avait transposé l'histoire en Italie. Ce nouveau projet américain est écrit par Oren Moverman réalisateur-scénariste des très bons "The Messenger" (2009) et (2012) mais qui a également signé pour les autres les très réussis "I'm Not There" (2007) de Todd Haynes et "Love and Mercy" (2014) de Bill Pohlad. Idem pour ce nouveau film qu'il ne met pas en scène, la réalisation est confié à Marc Meyers dont le film le plus connu doit être "My Friend Dahmer" (2017)... Aujourd'hui dans le Connecticut, deux familles de niveau social différent vont entrecroiser et unir leur destin malgré eux suite à un drame de la route...

Human Capital (2020) de Marc Meyers

Dans la famille "modeste" il y a le couple incarné par Betty Gabriel remarquée dans (2017) de Jordan Peele et l'excellent Liev Schreiber toujours héros de la série TV "Ray Donovan" (2013-...) et vu dernièrement dans le film "The French Dispatch" (2020) de Wes Anderson, dont la fille est jouée par une certaine Maya Hawke qui n'est autre que la fille des stars Uma Thurman et Ethan Hawke qu'on a déjà aperçu dans "Once Upon a Time... in Hollywood" (2019) de Quentin Tarantino et qu'on peut voir désormais dans la série TV "Strangers Things" (2019-...). Dans la famille riche, il y a le couple incarné par la magnifique Marisa Tomei qui a justement joué avec Ethan Hawke dans l'excellent "7h58 ce Samedi-Là" (2007) de Sidney Lumet et vue récemment dans "The King of Staten Island" (2020) de Judd Apatow, et Peter Sarsgaard vu dernièrement dans "L'Ombre de Staline" (2019) de Agneszka Holland, leur fils est interprété par Fred Hechinger aperçu de loin dans "Vox Lux" (2019) de Brady Corbet. L'autre personnage principal est joué par Alex Wolff révélé surtout par le dyptique (2017-2019) de Jake Kasdan et qui retrouve le réalisateur après "My Friend Dahmer"... Comme son prédécesseur, le scénario reprend la construction narrative par chapitre, mais moins marqué dans la césure qui est ici plus fluide et joue plus avec la chronologie. Un chapitrage qui permet de voir trois points de vue différents via trois des personnages qui met donc en perspective les tenants et aboutissants jusqu'au dénouement final.

Human Capital (2020) de Marc Meyers

L'intrigue est prenante car particulièrement bien ficelée bien aidée sans aucun doute par un matériau de base prenant. On peut être déçu par la dimension sociale, finalement un peu simpliste et caricaturale qui se joue entre les deux pères façon combat de coqs inégal. On peut apprécier par contre le jeu de Liev Schrieber qui incarne un homme moins lâche et naïf que son alter ego italien. Le point fort réside aussi dans les personnages bien croqués, dont on comprend les desideratas sans que ce soit trop explicatif, et qui sont tous exceptionnellement bien incarnés par une superbe brochette d'acteurs dont la "fille de", Maya Hawke est une vraie révélation, bien née et qu'on reverra assurément. Une intrigue complexe pleine d'authenticité qui se tisse malicieusement qui pêche surtout par une conclusion un peu mitigée ; entre autre, la fille apprend obligatoirement le pourquoi du comment à la fin (?!), et la police effectue une enquête un peu légère sur le fond (lui ou elle ni plus ni moins ?!). Néanmoins, Marc Meyers réalise un drame solide entre apparences, lâcheté et cynisme mais toujours empreint d'un minimum d'amour. Un bon moment qui offre une autre évocation du roman, tout aussi réussie et intéressante que sa version italienne.

Human Capital (2020) Marc MeyersHuman Capital (2020) Marc Meyers


wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #80. Judge Dredd
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Brutus vs César
wallpaper-1019588
Le Lion (2020) de Ludovic Colbeau-Justin
wallpaper-1019588
Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
wallpaper-1019588
[COEURS D♡ARTICHAUTS] : #1. Serendipity
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Nimic
wallpaper-1019588
Quai des orfèvres
wallpaper-1019588
Miss Revolution (2020) de Philippa Lowthorpe