Lupin III : The First (2020) de Takashi Yamazaki

Adapté des célèbres manga éponyme (1967-1972 puis 1977-1981) de Monkey Punch, lui-même s'étant inspiré des oeuvres "Arsène Lupin" (1907) de Maurice Leblanc, ce personnage de Lupin III s'avère être le petit-fils du célèbre gentleman cambrioleur. A noter que le manga a été adapté en série animée (sous le titre "Edgar le détective cambrioleur") et surtout, est assez populaire au Japon pour avoir déjà à son actif plusieurs dizaines de téléfilms, plusieurs films d'animation dont le plus connu demeure sans doute "Le Château de Cagliostro" (1979) de Hayao Miyazaki. A noter que dernièrement ce dernier, ainsi que le film "Le Secret de Mamo" (1978) ont eu droit à une ressortie en salles en versions remasterisées. Mais ce nouveau film "Lupin III : the First" est le premier a profiter de la CGI (animation 3D). Le film est signé de Takashi Yamazaki à la réalisation et au scénario.

Lupin III : The First (2020) de Takashi Yamazaki

Ce cinéaste a déjà signé plusieurs films, en prises de vue réelle comme "Space Battleship" (2010) et "Kamikaze, le Dernier Assaut" (2013), mais aussi dans l'animation avec notamment "Stand By Me Doreamon" (2014) et "Dragon Quest : Your Story" (2019). A noter qu'à la production on retrouve le mythique stuio Toho, société de production historique nipponne qui a produit la plupart des films de Akira Kurosawa et qui est derrière la franchise des Godzilla depuis le film originel (1954) de Ishîro Honda... 20 ans après un drame survenu lors de la Seconde Guerre Mondiale, Lupin III a l'occasion de s'emparer du Journal de Bresson, un trésor que son grand-père Arsène Lupin n'avait pas réussi à dérober. Pour réussir ce coup il va s'associer avec une certaine Laetitia... Précisons que la voix originale de Lupin III est assurée par Kan'ichi Kurita comédien qui incarne lé héros depuis 1995. Par là même, la musique est signée de Yuji Ono, déjà compositeur de quasi tous les Lupin III qui a tenté d'ajouter un peu plus de souffle pour ce nouveau film. On remarque particulièrement deux autres acteurs qui prêtent leurs voix, Suzu Hirose remarquée surtout dans "Notre Petite Soeur" (2015) et "The Third Murder" (2017) tous deux de Hirokazu Kore-Eda, puis Tatsuya Fujiwara révélation des cultes "Battle Royale 1 et 2" (2000-2003) de Kinji Fukasaku... Le prologue est antérieure à l'histoire principale mais donne le ton, à la fois tragique et une certaine frénésie dans un art graphique de toute beauté. Néanmoins, le début donne surtout une incohérence chronologique, en effet, l'histoire se déroule à priori seulement 10 ans après les faits relatés dans le prologue ce qui est impossible, le personnage de Laëtitia serait beaucoup plus jeune et/ou c'est une erreur de traduction, et il faudrait partir de 20 ans après ?!

Lupin III : The First (2020) de Takashi Yamazaki

L'autre déception est également un peu en rapport, où comment on ne reconnaît pas grand chose des années fin 50-début 60, période à laquelle devrait se dérouler en toute logique le récit. Dommage, car semble-t-il, l'équipe s'est particulièrement attachée à la reconstitution fidèle de l'époque, mais ce n'est clairement pas un ressenti visuel, seul la musique jazzy peut nous rappeler à minima l'époque de St Germain, vaguement... Mais passé ces quelques minutes un peu foutraque et anachronique on prend un réel plaisir, pour ne pas dire un vrai "kiff" de retrouver le "Edgar" de notre enfance dans une aventure qui va à 100 à l'heure, dans un trip fidèle au délire manga dans la forme, et qui sur le fond fait surtout appel à d'autres références et/ou inspirations. Par exemple on aura ainsi on aura une pensée forte pour "Indiana Jones" (ligne générale) et (Lupin est digne d'un super-héros !). La première heure est passionnante, les scènes se suivent de façon effrénées entre rebondissements et cascades ahurissante, qui sont tout autant de cas invraisemblables sauf dans un manga, sauf pour le gentleman cambrioleur ! Le côté sexy est également présent, mais de façon plutôt soft et classe, tandis que l'humour fonctionne à merveille avec l'inspecteur surtout. La dernière demi-heure est nettement moins intéressante, on est trop dans du pompage (entre autre "Indiana Jones" mais aussi "Captain America"), avec un Lupin presque à se faire voler la vedette par la belle Laëtitia. Au vu de l'attente et du potentiel le film reste une petite déception donc, mais esthétiquement ça reste une petite claque visuelle, Lupin/Edgar et son équipe restent un régal de cool attitude, le rythme est bien géré avec un mixte action/humour savamment dosé. Un très bon moment donc, mais avec un chouïa d'objectivité on précisera que la note reste indulgente.

Lupin First (2020) Takashi YamazakiLupin First (2020) Takashi Yamazaki

Pour info bonus, Note de mon fils de 11 ans :

Lupin First (2020) Takashi YamazakiLupin First (2020) Takashi Yamazaki

wallpaper-1019588
Anne Hathaway en vedette de la comédie dramatique French Children Don’t Throw Food ?
wallpaper-1019588
Le roi lion
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Hollywood : Make the industry fair for good... or not
wallpaper-1019588
LA VALSE DE L’EMPEREUR (Critique)
wallpaper-1019588
Ethan et Maya Hawke au casting de Revolver signé Andrew Stanton ?
wallpaper-1019588
[SƎANCES FANTASTIQUES] : #38. Prince of Darkness
wallpaper-1019588
Nouvelle affiche US pour Une Ode Américaine de Ron Howard
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : His House