SPÉCIALE PREMIÈRE (Critique)

SPÉCIALE PREMIÈRE (Critique)SPÉCIALE PREMIÈRE (Critique)

SYNOPSIS: Chicago, années 30. Earl Williams doit être exécuté pour le meurtre d'un policier, et la salle de presse du tribunal est en effervescence. Au même moment, Walter Burns, rédacteur en chef du Chicago Examiner, apprend que son journaliste vedette Hildy Johnson démissionne pour se marier. Burns va utiliser tous les moyens pour convaincre son journaliste vedette de couvrir l'affaire
Après les avoir fait jouer ensemble dans La Grande Combine ( The Fortune Cookie, 1966), Billy Wilder réunit le duo Jack Lemmon-Walter Matthau pour notre plus grand bonheur. La nervosité du premier combiné au ton bougon du second est toujours un régal. D'ailleurs, les deux acteurs ont joué ensemble dans pas moins de 9 films (!), notamment dans le culte Drôle de couple ( The Odd Couple, 1968). Spéciale Première est à l'époque une nouvelle adaptation de la pièce de théâtre The Front Page de Ben Hecht et Charles McArthur produite en 1928 à Broadway. Cette comédie avait d'abord été adaptée (avec quelques changements) en 1940 par Howard Hawks sous le titre La Dame du vendredi ( His Girl Friday). Ce classique de la screwball comedy (ou " comédie loufoque " en français) était porté par le couple vedette Cary Grant - Rosalind Russell dans les rôles principaux de journalistes. La modification principale était le fait d'avoir un homme et une femme en protagonistes, plutôt que deux hommes comme dans la pièce, afin de créer une tension romantique hétérosexuelle, chère au genre. La pièce a aussi donné lieu à d'autres adaptations avant et après ce film, que ce soit au cinéma, à la télévision, à la radio, et même en comédie musicale !

SPÉCIALE PREMIÈRE (Critique)
Cette fois-ci, il ne s'agit plus d'un homme et d'une femme dans les rôles principaux, nous revenons en effet au duo masculin reporter-chef d'édition originel. La tension principale vient du fait que le premier doit faire un dernier reportage avant de prendre sa retraite pour se marier tandis que le second veut empêcher son meilleur reporter d'arrêter son métier. Comme dans la pièce, le film se passe au moment de la Grande Dépression, à Chicago, soit quand la mafia prend son essor avec Al Capone précisément dans cette ville où la corruption règne dans les systèmes judiciaire et politique. Un terrain idéal pour la critique acide du grand Billy qui adapte la pièce avec son fidèle coscénariste I.A.L. Diamond. Il s'attaque également à la presse tabloïd qui manipule l'opinion via un sentiment anticommuniste (déjà avant la période maccarthyste). Spéciale Première n'est pas le meilleur long-métrage du cinéaste mais il est redoutablement efficace et la " Wilder's touch " se fait toujours entendre. L'humour repose en effet sur les dialogues, toujours très soignés et percutants dans les films du réalisateur, et également sur un côté burlesque, proprement lié au genre qu'il adapte, mais qui marche très bien. Les deux acteurs principaux sont excellents et secondés par de très bons comédiens. Dans les rôles féminins, nous remarquons notamment Susan Sarandon dans l'un de ses premiers rôles (juste un an avant The Rocky Horror Picture Show !) et Carol Burnett, humoriste et icône du petit écran très célèbre outre-Atlantique. En 2019, la cérémonie des Golden Globes a notamment créé un prix honorifique portant son nom qui récompense une carrière exceptionnelle à la télévision, le Carol Burnett Award. Le film vaut aussi pour son utilisation de la couleur. En effet, le directeur de la photographie n'est ni plus ni moins que Jordan Cronenweth qui s'occupera de Blade Runner quelques années plus tard. Ici, les tons pastels sont de mise avec une dominante de beige, mais le rouge est aussi présent (nous sommes après tout dans la " ville du crime "), la copie restaurée est donc magnifique. Notons que le cinéaste a réalisé ses cinq derniers films en couleur, et la photographie y est toujours d'une beauté remarquable (on pense surtout à Avanti, La vie privée de Sherlock Holmes, et Fedora).

SPÉCIALE PREMIÈRE (Critique)
La critique est toujours acide chez Wilder et Spéciale Première ne fait pas exception à la règle. En effet, les journalistes et les tabloïds en prennent pour leur grade (les premiers peuvent perdre leur humanité à traquer le scoop en dépit de la vérité, et les deuxièmes manipulent l'opinion), tout comme le système judiciaire américain (ses peines disproportionnés, ses petits arrangements). Certes, ce n'est pas un grand Wilder (on est assez loin du vitriol brillant et de la noirceur cynique du film Le Gouffre aux chimères avec Kirk Douglas sur un reporter prêt à tout pour l'info et le scoop). Pourtant cette comédie satirique se regarde sans déplaisir donc nous vous recommandons joyeusement ce Spéciale Première ! Après ce film, Billy Wilder en réalisera deux autres : le chef- d'œuvre méconnu Fedora (1978) (qu'on vous recommande fortement) et Victor la gaffe ( Buddy Buddy, 1981), considéré comme mineur. A la suite de ce dernier, il prend officiellement sa retraite du métier, nous laissant une filmographie d'une richesse et d'une variété incroyables.

DÉTAIL DES SUPPLÉMENTS :

Conversation entre Mathieu Macheret et Frédéric Mercier, journalistes (25 min)* Interview audio de Jack Lemmon (49 min) - Enregistrée au National Film Theatre, date inconnue.* Interview audio de Walter Matthau (61 min) - Enregistrée au National Film Theatre, le 21 août 1988. Contient également le livret (28 pages) - Écrit par Marc Toulle

SPÉCIALE PREMIÈRE (Critique)

Titre Original: THE FRONT PAGE

Réalisé par: Billy Wilder

Casting : Jack Lemmon, Walter Matthau, Susan Sarandon...

Genre: Comédie

Sortie le: 26 mars 1975

Sortie en DVD et Blu-ray le 16 septembre 2020

Distribué par: Rimini Editions

SPÉCIALE PREMIÈRE (Critique)TRÈS BIEN


wallpaper-1019588
Anne Hathaway en vedette de la comédie dramatique French Children Don’t Throw Food ?
wallpaper-1019588
Premier teaser trailer pour Comment je suis devenu super-héros de Douglas Attal
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #64. Lethal Weapon 4
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Curtiz
wallpaper-1019588
ALEX HUGO (Critique Épisode Un rêve impossible) Intrigant, lancinant, oppressant…
wallpaper-1019588
Affiche US pour Drunk de Thomas Vinterberg
wallpaper-1019588
Nouveau trailer pour The Glorias de Julie Taymor
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Supernova signé Harry Macqueen