Enorme (2020) de Sophie Letourneur

4ème long métrage après "La Vie au ranch" (2010), "Les Coquillettes" (2013) et "Gaby Baby Doll" (2014), la réalisatrice-scénariste Sophie Letourneur revient avec une comédie sur la grossesse inspirée surtout de sa propre expérience comme elle l'explique : "Pendant le neuvième mois de ma seconde grossesse, je prenais des notes, c'était tellement dingue, ces rebondissements, cette attente, ces situations tragicommiques tellement énormes, que j'ai voulu en faire un film... Au départ, leprojet ne portait que sur ce neuvième mois de gestation, si particulier dans la vie d'une femme... et d'un homme. Finalement j'ai quand même construit un récit. Je dois ajouter aussi que mon mari m'inspirait beaucoup. Je me souviens d'une scène précise : j'avais dépassé le terme de ma grossesse - nous marchions dans la rue pour favoriser les contractions, et j'ai cru perdre le "bouchon muqueux". En pleine rue, il a mis la main dans ma culotte pour vérifier. Je l'ai noté, trouvant cela à la fois drôle et en même temps vexant. J'avais aussi retranscrit des dialogues qui se retrouvent dans le film." Malgré son expérience en la matière, la cinéaste co-signe le scénario avec Matthias Gavarry surtout connu pour son travail sur des comédies potaches médiocres comme "Gaston Lagaffe" (2018) de Pierre-François Martin-Laval et le récent "Les Blagues à Toto" (2020) de Pascal Bourdiaux, mais aussi pourtant en collaborant au très bon et plus sérieux "Volontaire" (2018) de Hélène Fillières.

Enorme (2020) de Sophie Letourneur

La cinéaste rappelle : "L'enjeu était de faire une comédie parce que c'est mon langage certes, mais que ce soit aussi un peu horrifiant parce que les situations que j'écris peuvent être à la fois drôles, burlesques... et horribles !"... Fred est à la fois mari et agent de son épouse Claire qui est une pianiste connue. Si ils ne veulent pas d'enfant, que la question ne se pose normalement plus, Fred vit une expérience qui l'éveille au désir d'avoir un enfant. Il décide de commettre l'impardonnable en faisant tomber enceinte sa femme à son insu. Bon gré malgré, Claire croyant à un accident laisse toutefois la primauté de la grossesse à Fred tandis que le neuvième mois arrive très vite... Fred est incarné par Jonathan Cohen qui est toujours aussi prolifique avec cette 4ème comédie de l'année après de Katia Lewkowitcz, "Tout Simplement Noir" de Jean-Pascal Zadie et "Terrible Jungle" de Hugo Bénamozig et David Cavigioli. Claire est incarnée par Marina Foïs vue la dernièrement fois dans "Une Intime Conviction" (2019) de Antoine Raimbault. Les deux acteurs se retrouvent après le dyptique à succès "Papa ou Maman" (2015) et "Papa ou Maman 2" (2016) tous deux de Martin Bourboulon... Les autres protagonistes du film sont pour la plupart des amateurs, qui jouent souvent leur propre rôle comme les sages-femmes ou les thérapeutes. Une volonté de la réalisatrice qui correspond à un choix logique puisque l'histoire se scinde en deux points de vue distincts : un côté documentaire dès qu'on passe les murs hospitaliers et/ou médicaux, un côté plus burlesque mené par l'improvistion quand on est dans l'intimité du couple.

Enorme (2020) de Sophie Letourneur

Ce système (qui repose sur le champ et contre-champ) permet alors de créer un vrai décalage entre le milieu médical forcément sérieux et les délires du couple (surtout du père !). Mais si la cinéaste cite les frères Farrelly comme une référence elle n'ose jamais aller aussi loin ce qui est dommage car on ressent une certaine autocensure. Ainsi le film n'est pas aussi drôle qu'il aurait dû et/ou pu être. On constate que le scénario sépare le film en trois actes. La première partie présente le couple et sa relation assez particulière, originale. Résulat on sourit un peu mais on pense surtout que c'est un peu long comme mise en place. Ensuite l'annonce le grossesse on entre dans la partie la plus drôle avec une grossesse presque en déni pour Claire qui laisse Fred assumer et assurer la grossesse quasiment à sa place. Résultat un décalage homme-femme savoureux, un humour qui flirte avec un humour parfois douteux mais toujours avec bienveillance et un délire si maîtrisé qu'on ne peut que savourrer cette grossesse atypique qui évite de surcroît tout "moralement correct". Le film entre dans son final quand l'accouchement approche enfin. Soudain la carte humour baisse d'un cran, le film se fait plus sérieux, clairement Sophie Letourneur joue là la carte émotion et tendre. Dommage, car si c'est effectivement touchant la comédie prend un ralenti dommageable pour se faire plus académique, se mettant au niveau de la plupart des comédies françaises qui n'assuement plus le rire de bout en bout. Néanmoins, le film demaure une comédie assez innovante et créative, sur le fond comme sur la forme, pour séduire et faire sourire avec émotion et drôlerie. En prime un couple étonnant merveilleusement interprété par les deux vedettes. A voir et à conseiller.

Enorme (2020) Sophie LetourneurEnorme (2020) Sophie Letourneur

wallpaper-1019588
Le roi lion
wallpaper-1019588
Trailer final pour Uncut Gems de Ben et Joshua Safdie
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Space Force : The Dark Side of The Moon
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Hollywood : Make the industry fair for good... or not
wallpaper-1019588
Love Will Tear Us Apart (1999) de Yu Lik Wai
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Ratched saison 1 : American Horror Story - The Cuckoo’s Nest
wallpaper-1019588
“J’irai mourir dans les Carpates” d’Antoine de Maximy
wallpaper-1019588
« Le Diable, Tout le Temps », une fresque sombre et ambitieuse