La Vérité

La Vérité
LA VERITE d' Hirokazu Kore-Eda
Dans notre maison et sur ce blog nous avons une admiration sans bornes pour Hirokazu Kore-Eda. Il m'a fait vivre les heures les plus acidulées de ma cinéphilie l'année dernière, lorsque nous avons dévoré sa filmographie. Et si j'aime tous ses films, j'avoue et ne me jetais pas de pierres, que son dernier film "une Affaire de famille"  ne ferait pas partie de ma short-list, si j'en avais une évidemment. J'ai beau avoir été émue par les funérailles cinématographiques viking de Kirin Kiki; bouleversée par l'histoire, il n'a pourtant pas fonctionné sur moi comme l'on fait d'autres films de ce cinéaste. J'étais donc très impatiente et anxieuse de découvrir cette vérité. Ce fut le dernier film que nous avons découvert en 2019 et il l'a parfaitement conclu cette année
Il y a quelques jours on me disait qu'il y avait des problèmes dans toutes les familles, et c'est pour cela que la littérature s'est tant appuyée dessus. Le cinéma de Koré-eda aussi, et là encore c'est sur cet aspect de nos vies que porte ce film. Lumir scénariste vivant à New York, rentre à Paris car sa mère actrice emblématique française sort une autobiographie. On découvre une star comme on les imagine, tres fière de qui elle est, et utilisant au moins partiellement les autres. La VéritéCe film a beaucoup parlé à la fille que je suis. Il a su recréer à merveille la dentelle que sont les relations dysfonctionnelles entre une mère et une fille. Ainsi que la manière dont les années cristallisent les incompréhensions et les non-dits. Le réalisateur cependant dessine une dynamique différente entre Charlotte du haut de ses dix ans et sa mère. Ce qui permet de soulever la question de l'influence du temps sur les relations entre parents et enfants et la vision à mesure variable des souvenirs que l'on garde de cette période. Cet axe du film a des accents philosophique, la variabilité de ce qu'est la vérité pour l'un ou pour l'autre est questionnée. Entre mensonges, non-dits, mauvaises interprétations, souvenirs oubliés, tronqués, tout un panel de choses qui érodent les certitudes.

La place de la famille en tant que telle est aussi l'un des sujets; celle que l'on hérite, celle que l'on adopte, celle que l'on créé; sont elles différentes ou ne forment-elles qu'une seule entité; Réussit-on sa famille comme on réussit une carrière. Plein de questions qui n'ont pas forcement de réponses dans la film, mais qui méritent de rester dans l'air bien après le générique Ce film questionne aussi son influence sur l'acting, et plus largement sur l'artiste. Est-ce qu'une telle prise avec la réalité ne peut pas être nuisible à la créativité. C'est dans ça cadre que le personnage interprété par Ethan Hawke prend toute sa place.

La VéritéLa création, l'acting, et le mécanisme pour tourner un film ont une place importante. Car ce qui se passe dans le texte, ou dans les coulisses nourrissent les échanges entre les trois générations de femmes. Si le pitch du film que tourne Fabienne m'aurait fait acheter un billet de ciné. Il sonne chez moi aussi comme une continuité dans l'oeuvre d'Hirokazu Kore-Eda. Le premier film que j'ai découvert de lui estAfter life, film d'une poésie infinie, qui déjà utilise les mécanismes de la fabrication d'un film. Tout un pan se déroulant sur des tournages, et les machineries, petits trucages, étaient montrés avec délicatesse.

Car disons le, ce long métrage bien que français, est une pure œuvre du cinéaste. Et son parfum, sa manière d’être, sa signature est partout. Et ce dès les premières minutes dans sa façon de filmer la nature, de poser sa caméra sur un arbre, capter le son et en créer une ambiance. C'est aussi dans sa manière d'utiliser la lumière, souvent naturelle, et de la transformer en écrin pour son histoire et son message. 
Il met tout son savoir faire pour raconter une histoire en évitant de poser un jugement sur ses personnages, autant que possible. Son art sa technique sont toujours au service de son sujet. J'ai pu lire certaines personnes disant que les nuques des actrices n'avaient jamais été aussi bien filmées. C'est un peu plus que ça. Il ne faut pas oublier que le thème principal du film, son titre est la vérité et sa versatilité. Lorsqu'il positionne sa caméra filmant une actrice en premier plan de dos, et en perspective son interlocuteur en plus petit et de face, il met le spectateur dans les pas du personnage en premier plan, tout en lui laissant l'espace nécessaire à la distanciation. Les figures de styles ne sont pas là que pour en mettre plein les yeux ou pour satisfaire un égo-trip du réalisateur, surtout dans le cinéma de ce cinéaste elles sont là aussi pour nous dire quelque chose. Il n'y a pas de narrateur omniscient, le curseur de la vérité dans ce film comme dans la vie , c'est nous qui le poussons. La vérité est subjective.La VéritéEvidemment, il est plus confortable de trouver une méchante et une gentille. Une qui ment et une qui dit la vérité. Mais ce ne serait pas un film de Kore-Eda. A l'exemple du livre de Charlotte, si la sorcière transforme les hommes en animaux c'est avant tout car ils ont été méchants. Dans la vie c'est plus complexe, mais beaucoup de choses s'expliquent malgré toutHirokazu Kore eda aime ses acteurs, toujours, et là on voit à quel point il a été heureux de jouer avec ce casting. Casting qui le lui rend bien.Catherine Deneuve est flamboyante dans une posture finalement ingrate. Elle est la fois pénible et attachante, toujours sublime. Dans un rôle qui n'est pas sans rappeler certains épisodes de sa vie. Juliette Binocheest toute en fraîcheur et en légèreté. Elle est lunaire quand Catherine Deneuve est solaire et vice versa. L'éclipse qu'elle soit symbole de colère ou d'amour est toujours formidableEthan Hawke, même si j'ai peu parler de lui, est clé dans ce film. Mais son positionnement pourrait spoiler et j'ai choisi de peu en parler. Sa composition respire l'humanité,la bienveillance. Les scènes avec l'actrice jouant Charlotte sont touchantes.Clémentine Grenierjoue Charlotte. Elle a dix ans, donne la réplique à tout se beau monde avec grâce et sans ciller. On sait le talent de Kore-Eda pour diriger les enfants. Mais on ne peut pas nier qu'elle a quand même un sacré potentiel.
Ce film est donc un pur film de Kore-eda. Mais en français, ce qui réjouira ceux qui n'aiment pas lire les sous-titres. Ce film est un film juste et équilibré. Une rencontre avec une œuvre de ce cinéaste n'est jamais gratuite. On ne sort jamais tout à fait le même après avoir vu l'un de ses film. Alors si vous n'avez pas encore danser un tango avec lui, ce morceau est peut-être celui sur lequel vous devriez débuter

wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #64. Lethal Weapon 4
wallpaper-1019588
Premier teaser trailer pour Comment je suis devenu super-héros de Douglas Attal
wallpaper-1019588
L'Art du Mensonge (2020) de Bill Condon
wallpaper-1019588
Nouvelle image officielle pour Bill & Ted Face The Music de Dean Parisot
wallpaper-1019588
Yara Shahidi au casting de Peter Pan and Wendy signé David Lowery ?
wallpaper-1019588
Aldis Hodge au casting de Black Adam signé Jaume Collet-Serra ?
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #103. Out For Justice
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Comme Chiens et Chats 3 : Patte dans la Patte