Jojo Rabbit

Jojo Rabbit

Après une série (The Mandalorian) pour Disney et un passage chez Marvel, le réalisateur Taika Waititi nous revient avec un film tout aussi loufoque que ne l'a été - dans un autre genre - un de ses précédents films : Vampires en toute intimité. Ici, point de vampire rigolo, ni de baby Yoda - mais un petit garçon nazi de 10 ans, Jojo, dont l'ami imaginaire est Adolf Hitler. Oui, oui vous avez bien lu : Hitler. Alors pour cette idée si saugrenue, il fallait bien la verve de ce réalisateur néo-zélandais. Même si le film commence comme une comédie décapante à la Wes Anderson période Moonrise Kingdom, la toute fin fait penser à La Vie est belle de Benigni en passant par Le Dictateur de Charlie Chaplin. Mais le metteur en scène fait fi de toutes ces références cinématographiques pour faire un film qui lui est propre. Ici, il nous donne à voir un film à hauteur d'enfant où la guerre et les jeunesses hitlériennes apparaissent comme Disneyland. Les enfants sont comme des petits scouts qui s'emparent de grenades sans la moindre peur à part bien sûr Jojo, qui a la frousse d'un simple lapin. 

Alors, c'est vrai, il fallait oser. Mais le réalisateur nous donne également à voir une étonnante histoire d'amour (je spoile un peu désolée) entre une adolescente juive et notre petit Jojo. Et le film devient touchant. La jeune fille cachée par la mère du petit, résistante dans l'Allemagne nazie (magnifique interprétation de Scarlett Johansson comme toujours) offre au film une rupture de ton : de l'humour, on passe à l'émotion et à l'amour dans un pays totalitaire. 

Jojo Rabbit est ce film que ne l'on attendait pas dans la programmation de ce début d'année. Drôle mais pas que, il surprend pas son parti-pris filmique : nous montrer la guerre à travers les yeux d'un enfant. Avec ce regard, il parvient à désarmer par le rire l'idéologie nazie. Ainsi, la Gestapo apparaît comme une armée bouffonne de pantins désarticulés : plus ridicule, on ne fait pas. Mais le long-métrage ne ridiculise pas seulement la Gestapo mais aussi et surtout Hitler, apparaissant comme un ami aux grimaces et aux gesticulations grotesques. 

Enfin Jojo Rabbit est de plus un film qui fait la part belle à la musique... On passe effectivement d'une chanson inaugurale des Beatles à un morceau des Bowies refermant le film. Le choix de ces musiques très contemporaines, viennent s'inscrire dans une dynamique intemporelle pour le réalisateur. Il ne s'agit pas en effet d'un film historique sur la Seconde Guerre Mondiale mais davantage d'une fable, d'un conte où deux enfants de cultures différentes apprennent à se connaître et gomment ainsi le fossé qui les sépare. 

En bref, Jojo Rabbit est un long-métrage satirique et émouvant sur l'enfance et la guerre. 

A voir, vous ne serez pas déçus : mention spéciale à Thomasin McKenzie, impressionnante en juive cachée.

Jojo Rabbit
Partager cet article
Repost0

wallpaper-1019588
[Mostra de Venise 2019] Palmarès Officiel Complet
wallpaper-1019588
LA VALSE DE L’EMPEREUR (Critique)
wallpaper-1019588
[COOKIETIME A ANNECY] : Jour 5
wallpaper-1019588
Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald
wallpaper-1019588
Bradley Cooper en vedette du biopic sur les Bee Gees ?
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Tout peut changer, et si les femmes comptaient à Hollywood ?
wallpaper-1019588
Shonda rhimes & les premières pages de l’histoire
wallpaper-1019588
Antonio Banderas et Pénelope Cruz en vedette de la comédie Official Competition ?