Star Wars: The Rise of Skywalker

Star Wars: The Rise of Skywalker
Comme tant d'autres avant moi et comme beaucoup aujourd'hui, j'ai grandi avec cette fabuleuse création de George Lucas qu'est "La Guerre des Etoiles" ou "Star Wars" comme on le dit aussi. J'ai toujours aimé ce mélange fait de personnages mémorables, d'esprit chevaleresque et de spiritualité. Maitre étalon du divertissement moderne, lui-même fruit d'une multitude d'influences, Star Wars tel que l'a conçu Lucas n'aura de cesse d'inspirer d'autres cinéastes. Me concernant la trilogie d'origine fait partie de mes films préférés, quand malheureusement la prélogie (La Menace fantome, l'Attaque des Clones et la Revanche des Siths) ne m'a jamais convaincu, je dirais même que la trouve profondément mauvaise. J'avais atteint un tel désamour que je m'étais dit que "Star Wars" ferait mieux de rester dans une vitrine, loin de tout écran. Mais c'était sans compter sur le rachat de Lucasfilm par Disney et le lancement d'une nouvelle trilogie à partir de 2015 avec J.J. Abrams à sa tête, une nouvelle génération et les bribes de l'ancienne comme fer de lance. Et lorsque le trailer de "The Force Awakens" est sortie, j'ai replonger en un clin d'oeil, à la première note de musique lors de la bande annonce j'étais transporté dans une lointaine galaxie, retrouvant ce frisson typique que procure les musiques de John Williams. Hélas, ça ne c'est pas finis comme je l'espérais, car le dernier opus de la nouvelle trilogie à gâcher pour moi ce moment magique qu'est la sortie d'un film Star Wars. Alors je parle certainement avec de l'aigreur et je dois aussi avoir l'air d'un enfant gâté qui n'aime pas qu'on touche son jouet, mais ce n'est pas le cas ! Je crois profondément que ce que nous a léguer G.Lucas en créant cet univers est un objet fait pour être transmis et qui a bien des égards reflètent son époque. On l'attend tous à une certaine période, prêt à communier avec toutes les générations dans la joie et l'allégresse. A la fin on n'est pas tous d'accord, car si nous avons le même amour, nous n'avons pas tous la même attente, mais au moins on en parle, on exagère, on s'écharpe, on est exalté parce que l'on vient de voir, on transmet une passion. C'est ainsi que le pire qui puisse arriver, c'est que Star Wars laisse indifférent, tel un menu lambda dans un fast food. Ce qu'est " Star Wars: The Rise of Skywalker " ! Un produit indigent qui certes provoque une émotion lorsqu'on se trouve dans l'instantanée mais qu'on oublie aussi vite une fois le film fini. Et il faut être très fort pour rendre une saga de cet acabit aussi fade, une gageure lorsqu'on se targue d'être l'opus qui clôture la saga des "Skywalker". Alors que reste il de l'épisode 9 qui sonne malencontreusement comme le glas d'une franchise bientôt cinquantenaire ? Presque rien, si ce n'est un film qui flatte la frange la plus gerbante du fandom star wars, avec une intrigue paresseuse dégueulant de fan-service et de facilités scénaristiques honteuses, qu'on peine à croire que ce sont des adultes qui ont écrit le scénario. Bref " Star Wars: The Rise of Skywalker " ce n'est pas une conclusion, mais un échec qui n'augure rien de bon pour cet univers qu'est "Star Wars".

wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #63. Lethal Weapon 3
wallpaper-1019588
Le roi lion
wallpaper-1019588
L'Art du Mensonge (2020) de Bill Condon
wallpaper-1019588
Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
wallpaper-1019588
Eurovision Song Contest : The Story of Fire Saga, l’hommage vire au désastre
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #86. The Fan
wallpaper-1019588
Reflets du Cinéma Ibérique et Latino-américain, du 16 au 30 septembre 2020
wallpaper-1019588
FESTIVAL DU FILM JEUNE DE LYON du 18 septembre au 2 octobre 2020