L'Art du Mensonge (2020) de Bill Condon

Après la superproduction Disney "La Belle et la Bête" (2017), le producteur-réalisateur Bill Condon revient avec un drame plus intimiste. Ce film est d'ailleurs la production la moins chère du cinéaste avec "seulement" 10 millions de dollars. Adapté du roman "The Good Liar" (2016) de Nicholas Searle, le scénario est signé de Jeffrey Hatcher plus habitué aux films en costumes comme "Stage Beauty" (2004) de Richard Eyre et "The Duchess" (2008) de Saul Dibb, mais il a aussi déjà collaboré avec Bill Condon sur (2015)...

L'Art du Mensonge (2020) de Bill Condon

On suit Roy Courtnay, escroc professionnel qui jette son dévolu sur Betty McLeish une veuve rencontré sur un site de rencontre internet. Alors qu'il tisse sa toile pour lui soutirer sa fortune une révélation va en emmener à une autre... L'escroc est incarné par Ian McKellen, plus connu comme Magneto ou Gandalf, qui retrouve ici le réalisateur après "Ni Dieux ni Démons" (1998), "Mr. Holmes" (2015) et "La Belle et la Bête" (2017). La veuve est incarnée par la sublime Helen Mirren qui se calme un tantinet après les films d'action (2019) de Luc Besson et "Fast and Furious : Hobbs and Shaw" (2019) de David Leitch. A noter que ces deux monstres du cinéma britannique sont réunis pour la première fois ! A leurs côtés citons aussi Jim Carter surtout remarqué dans la série TV "Downtown Abbey" (2010-...), l'autre second rôle important est joué par le méconnu Russell Tovey surtout aperçu dans diverses séries TV... Evidemment le premier attrait du film reste son face à face délicieux entre deux des plus grands acteurs britanniques encore en activité. Ian McKellen en être cupide prêt à tout face à une Helen Mirren (encore incroyable de beauté !) en veuve victime d'un arnaqueur sans scrupule... ou pas ! D'emblée on en salive déjà, de savoir comment va se monter cette arnaque alors qu'on s'attend évidemment à un rebondissement savoureux tant on imagine pas une seconde Helen Mirren en pauvre victime. Tout va bien, le récit avance doucement dans une atmosphère de plus en plus pesante jusqu'à ce premier rebondissement, cette révélation qui change tout à coup toute la physionomie de l'histoire avec l'Histoire.

L'Art du Mensonge (2020) de Bill Condon

D'abord surpris, on acquiesce ensuite mais difficilement tant cette révélation est aussitôt dîte aussitôt assimilée par les protagonistes. Pourquoi pas, on se force un peu... Le pire arrive ensuite avec un twist lourdaud qui arrive avec de gros sabots tel que cela aurait pu être n'importe quoi d'autre tant il n'y avait aucun indice et/ou logique dans le récit qui aurait pu amener à ce dernier rebondissement. Improbable et/ou facile et/ou incongru, on a pas mal de mot qui se bouscule alors dans nos têtes tant cette fin est tirée par les cheveux. Dommage... Cette histoire s'avère en être finalement une, réellement, pour le spectateur où les faux-semblants et les manipulations sont au début plutôt efficace avant de s'avérer bien futiles après les révélations grotesques. Ce film est donc la première grande déception 2020 malgré le jeu parfait des deux magnifiques acteurs.

L'Art Mensonge (2020) Bill Condon L'Art Mensonge (2020) Bill Condon


wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Lara Jenkins
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : The Art of Self-Defense
wallpaper-1019588
[Mostra de Venise 2019] “Gloria Mundi” de Robert Guédiguian
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Dolemite is my name
wallpaper-1019588
Eurovision Song Contest : The Story of Fire Saga, l’hommage vire au désastre
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #86. The Fan
wallpaper-1019588
Reflets du Cinéma Ibérique et Latino-américain, du 16 au 30 septembre 2020
wallpaper-1019588
FESTIVAL DU FILM JEUNE DE LYON du 18 septembre au 2 octobre 2020