La Dernière Vie de Simon

Hommage assumé à Spielberg et Zemekis, le jeune Léo Karmann (dont c'est le premier film) nous invite à voir un film de genre - à la base français - : le film de super-héros. Si le genre a été repris par les géants Marvel et DC Comics, Léo Karmann avec une petite poignée de réalisateurs bousculent les codes. On comprend dans ces jeunes metteurs en scène, Douglas Attal dont on attend le prochain Comment je suis devenu un super-héros avec un casting 4 étoiles et Thomas Salvador avec Vincent n'a pas d'écailles, titré comme le premier film français de super-héros. Intéressons-nous donc à La Dernière Vie de Simon. Pour brosser l'histoire en deux mots : Simon, 8 ans est orphelin et dispose d'un pouvoir secret. Il peut se transformer en les personnes qu'il touche. Et si ce pouvoir lui permettrait de trouver une famille ?

Filmé à hauteur d'enfants... enfin au début, car le film continue avec les adolescents, La Dernière Vie de Simon est ce film qui nous cueille au moment où l'on s'y attend le moins. Magique, nostalgique, émouvant : les adjectifs laudatifs pleuvent pour qualifier l'émotion qui nous empare devant ce long-métrage parfaitement réalisé ! On aime voir ces enfants qui font un pacte de sang et qui plus tard grandissent dans le déchirement (je spoile un peu, désolée il le faut) face au décès d'un des marmots. Ce décès est le point de départ du film. En effet, Simon va prendre l'apparence de Thomas (le défunt) pour éviter la douleur d'une famille qui perd un enfant. Sauf que l'amour va s'y mêler. Et là, je vous en dis pas plus au risque de spoiler le fabuleux twist de la fin du film.

La Dernière Vie de Simon est donc un premier film tout à fait réussi. Il s'empare du film du genre pour n'en faire qu'un : en cela, il est vraiment singulier et ne ressemble à aucun autre. Ce film est d'autre part un récit sur une quête d'identité ; une sorte de parabole intime afin d'aimer ce qu'on est pas. Seul bémol et notable pour ce film, la musique avec ses salves de violons dans des moments tristes est un peu too much. Il s'agit du seul défaut de La Dernière Vie de Simon. On aime sinon le jeu des acteurs, jeunes premiers aussi, mais qui à mon avis auront une bonne carrière devant eux !

Un conseil : allez voir ce film, ambiance fantastique assurée ! 

Partager cet article
Repost0

wallpaper-1019588
Le Lion (2020) de Ludovic Colbeau-Justin
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #80. Judge Dredd
wallpaper-1019588
Nouvelle image officielle pour No Time To Die de Cary Fukunaga
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Lara Jenkins
wallpaper-1019588
Eurovision Song Contest : The Story of Fire Saga, l’hommage vire au désastre
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #86. The Fan
wallpaper-1019588
Reflets du Cinéma Ibérique et Latino-américain, du 16 au 30 septembre 2020
wallpaper-1019588
FESTIVAL DU FILM JEUNE DE LYON du 18 septembre au 2 octobre 2020