The irishman – 15/20

The Irishman : AfficheDe Martin Scorsese
Avec Robert De Niro, Al Pacino, Joe Pesci

Chronique : C’est donc sur son écran de télévision ou son vidéo-projecteur pour les mieux équipés que le commun des mortels a pu découvrir le dernier grand film de Martin Scorsese. En faisant appel aux grandes figures d’antan, aux monstres sacrés que sont De Niro, Al Pacino et Joe Pesci, le maître invoque un passé mythique, un âge d’or en passe d’être révolu et c’est bien de ça dont il s’agit avec The Irishman. Il déploie une fresque inédite dans son ton, assez minimaliste dans sa manière de raconter l’histoire de Frank Sheeran et son évolution dans la pègre américaine. Le temps passe lentement, sans réel coup d’éclat, jusqu’à ce qu’il rattrape ses protagonistes. On est assez loin des polars mafieux flamboyants et frénétiques qui ont construit la légende du réalisateur new-yorkais (Mean Streets, Les Affranchis, Casino…).
Il laisse de côté les mythes et le glamour qui entourent souvent le crime organisé pour une étude plus terre à terre, plus humaine, parfois pathétique dans ses petites combines et ses destins sans panache, comme celui de Frank. Il s’agit plus de résignation que d’ambition, de parcours subits plus que hors du commun. L’émergence de Jimmy Hoffa, patron syndicaliste surpuissant va faire épouser à The Irishman les contours historiques des Etats-Unis, comme autant de repères dans ce patchwork temporel.
La réalisation de Scorsese est évidemment irréprochable, misant beaucoup sur des dialogues semblant avoir été écrits sur mesure pour ses acteurs. Pacino domine une distribution étincelante, le duo Pesci – De Niro en tête, tous campant brillamment ces personnages troubles et corrompus. L’alchimie est flagrante et The Irishman repose pleinement sur leurs interactions, les services qu’ils se rendent, l’estime qu’ils se portent, les égos qu’ils ménagent (ou pas). Le rajeunissement numérique fait au passage des miracles sur les visages des comédiens, mais donne un résultat étrange lorsqu’il s’agit de les voir se déplacer. Malgré son regard de jeune homme des années 60, De Niro ne peut camoufler une démarche de vieux monsieur. C’est un détail, et la richesse d’une mise en scène illustrative fait rapidement oublier cet écueil. On pense aux scénettes venant couvrir les longs échanges entre les personnages, tantôt amusantes, tantôt brutales, aux panneaux accompagnant la présentation de chaque personnages annexes et annonçant la date et le modus operandi de sa mort. Le réalisateur fait passer son message, la mort attend chacun d’eux. Et la dernière heure de Irishman est en ce sens saisissante, magistrale et mélancolique. Elle égrène les derniers moments de ces figures titubantes et annonce leur inéluctable crépuscule, la fin des géants, la fin d’un monde.

En guise de post scriptum, comment ne pas évoquer le fait que le film ne soit disponible que sur Netflix. Certes il est long, mais ce n’est pas le problème dans la mesure où il est remarquablement bien tenu, Scorsese ne laissant quasiment pas de gras autour de son récit et réussissant à éviter les longueurs. Mais s’offrir The Irishman dans son salon, c’est le risque de perdre sa concentration, d’être sollicité par tant d’éléments perturbateurs dont le sanctuaire d’une salle de cinéma nous préserve. La perception de l’œuvre est forcément biaisée. Mais on a beaucoup aimé quand même.

Synopsis : Cette saga sur le crime organisé dans l’Amérique de l’après-guerre est racontée du point de vue de Frank Sheeran, un ancien soldat de la Seconde Guerre mondiale devenu escroc et tueur à gages ayant travaillé aux côtés de quelques-unes des plus grandes figures du 20e siècle. Couvrant plusieurs décennies, le film relate l’un des mystères insondables de l’histoire des États-Unis : la disparition du légendaire dirigeant syndicaliste Jimmy Hoffa. Il offre également une plongée monumentale dans les arcanes de la mafia en révélant ses rouages, ses luttes internes et ses liens avec le monde politique.


wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Colette
wallpaper-1019588
Menteur, Menteur
wallpaper-1019588
Première bande annonce VF pour Unicorn Store de et avec Brie Larson
wallpaper-1019588
[Cannes 2019] “Little Joe” de Jessica Hausner
wallpaper-1019588
Le Hobbit : la bataille des 5 Armées (2014) de Peter Jackson
wallpaper-1019588
Wonder Woman : Vers un film spin-off centré sur Themyscira ?
wallpaper-1019588
Première bande annonce VF pour Wonder Woman 1984 de Patty Jenkins
wallpaper-1019588
[AVIS] La Reine des Neiges 2, glacialement inégal !