Retour à Zombieland

Retour à Zombieland

Dix ans pile après Bienvenue à Zombieland, Ruben Fleischer nous remet le couvert avec Retour à Zombieland et servi par la même clique d'acteurs. C'est donc avec joie que nous retrouvons nos quatre joyeux acolytes : j'ai nommé Tallahassee, Columbus, Wichita et Little Rock. Nos amis se sont accommodés de l'apocalypse post-zombies et coulent des jours heureux à la Maison Blanche. Sauf que dehors, les zombies ont évolué et sont devenus des durs à cuire, enfin à tuer. Et puis pour couronner le tout, nos petits amoureux du premier épisode : Columbus et Wichita - alias le couple bankable Jesse Eisenberg/Emma Stone - se sont chiffonnés à propos d'un futur mariage. Ni une, ni deux, Wichita et Little Rock se font la malle. Columbus, un temps soit peu chagriné par sa belle, retrouve l'amour par hasard en croisant une ravissante cruche blonde répondant au nom de Madison. Et quelle drôlerie cette fille ! Elle est un des ressorts comiques de tout le film même si bien entendu cette comédie horrifique est en soi très drôle et est dans la continuité du premier film.

Retour à Zombieland est donc ce long-métrage gore et comique que nous attendions avec impatience pour Halloween ! Même si l'intrigue est calquée sur Bienvenue à Zombieland, on aime malgré tout voir notre joyeuse bande zigouiller des zombies à tout-va. C'est bien simple depuis la décennie 2010 et la fameuse série Walking Dead, on voit des zombies partout : dans un train coréen, plus récemment à Cannes façon intello. La "zom-com" (traduit mot à mot : comédie de zombies) est donc assez rare dans le paysage cinématographique ; si on ne compte pas l'excellent Shaun of the dead. La saga Zombieland a donc conquis ses lettres de noblesse dans le domaine de la comédie. Et c'est dans un style léger et carrément (passez-moi l'expression) what the fuck que nous aimons suivre les aventures de nos amis rigolos. Dès le superbe générique avec de magnifiques ralentis élaborés, nous les voyons zigouiller du zombie le tout arrosé par un cocktail d'hémoglobine plutôt gore pour le coup mais finement filmé. 

Pour finir, Retour à Zombieland est ce film fun et déluré et qui assume son seul enjeu narratif : faire rire le spectateur. Un conseil : restez bien assis jusqu'à la fin du générique, Bill Murray dans son propre rôle (et ce n'est pas un spoiler de taille) y fait une apparition caustique. Et c'est génialement trouvé : bravo encore au réalisateur ! 

En quelques mots, courrez voir cette suite ! Elle a le mérite d'être réussie.... ce qui n'est d'ailleurs pas si simple que ça pour une suite d'un film aussi bien classé dans notre imaginaire commun. Et de plus, elle n'entache en rien le premier film. Bien au contraire elle l'embellit dans un style encore plus drôle et qui ne se prend pas du tout au sérieux ! Un régal des yeux ! 

Retour à Zombieland
Partager cet article
Repost 0

wallpaper-1019588
Les ciné-concerts, ça vaut quoi ?
wallpaper-1019588
[Mostra de Venise 2019] “Gloria Mundi” de Robert Guédiguian
wallpaper-1019588
Le Grand Bazar
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Glass
wallpaper-1019588
Nicolas Cage en... Nicolas Cage pour The Unbearable Weight of Massive Talent ?
wallpaper-1019588
Bande annonce VF pour Manhattan Lockdown de Brian Kirk
wallpaper-1019588
Bacurau
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #35. Speed