Pokémon: Détective Pikachu

Pokémon: Détective Pikachu
POKEMON, DÉTECTIVE PIKACHUde Rob Letterman
Contrairement à la majorité des gens qui ont été voir ce film, je n'ai aucun background en pokemon. Le key maker de ce blog a pris le temps de m'expliquer et de me donner quelques notions en capture de ces bestiaux. Mais soyons clairs, je n'y connais rien. D'ailleurs quand tu es adulte et que l'on t'explique: l'enfant, les pokemons, les combats, les captures... bizarrement c'est assez glauque. J'étais donc assez peu tentée par ce film, et puis cette satanée bande annonce est apparue et l'envie avec elle. Et même si c'est toujours risqué d'aller voir un film sur sa bande annonce... on a tenté le coup.
Pokémon: Détective PikachuTim est un jeune vendeur d'assurances. Il est solitaire, un de ses amis d'enfance essaie de le convaincre de capturer un Osselait (un pokemon pour les néophytes comme moi) pour rompre sa solitude. Ça ne se passe pas vraiment bien. Et c'est là qu'il trouve ce message sur son téléphone. Son père, qui vit dans une ville qui a pour particularité de considérer les pokemons comme les alter égo des hommes, est mort en service. Il était policier. Je sais écrit comme cela, c'est assez étrange si vous avez plus de trente cinq ans. Mais soyons francs, ce n'est pas plus étrange qu'aller forer une astéroïde, ou qu'une Doloréan pimpée permettant de voyager dans le temps. Chaque année on accepte des postulats plus complexes. Il faut se laisser aller et ouvrir son esprit, cet univers pourrait bien vous séduire. Évacuons le problème du fan service. Y a t-il des clins d’œils aux fans? Bien sure, est-ce que je les ai compris ou vu? NonMais à aucun moment ça ne gène la compréhension, car ce qui intervient dans l'histoire est expliqué. Le reste est plutôt mignon, par exemple apparaît à un moment du film la chambre que tous les enfants aimant les pokemons auraient rêvé d'avoir. J'ai vu les yeux du key maker briller. C'est assez justement fait, pour ceux qui aiment la licence soient séduits et que les autres profitent juste.

Pokémon: Détective PikachuLes constatations sont identiques pour la réalisation. C'est une petite prouesse de réussir à alterner prises de vues et des scènes en cgi, en obtenant un univers cohérent, et un résultat sympathique. Certains gros blockbusters en sont le criant exemple. mais ici c'est cohérent Il y a une volonté dans les choix des couleurs, de glisser des accents (et spécialement dans les scènes urbaines de nuit) asiatiques, des mauves, et des bleus noirs profonds. Comme un clin d’œil au jeu d'origine.Reste aussi de l'univers originaire le bestiaire (devrai-je dire le pokestiaire?). Moi je n'étais capable que dans reconnaître un. J'ai donc découvert avec bonheur, ces petites choses. Le film a réussi à faire resurgir l'enfant .J'avoue que j'ai adoré les pandas, le clown-mime... ça à fonctionner sur moi. Quant à Pikachu, qui est au centre du film, il profite comme les autres d'une maîtrise des effets spéciaux, il se transforme en une boule de fluffitude, que l'on a envie de câliner; il est doté d'une aptitude de la catch-phrase acérées. Rajouter à cela des expressions félines absolument irrésistibles, et vous aurez un combo intelligent. Nous avons eu la chance de le voir en VO, avec Ryan Reynolds qui lui donne sa voix, son ton, presque son auto-dérision. Il amène un supplément d’âme, et lui offre une vraie identité. Et c'est vraiment un ticket gagnant. Il est difficile de ne pas s'attacher à ce personnage et à son duo avec Tim.

Pokémon: Détective PikachuJe trouve qu'il est facile de ce gausser du scénario. Si le pitch de base ne pèse pas lourd. Si l'on voit des situations arrivées. Il est quand même l'occasion d'aborder un grand nombre de thèmes avec les enfants qui sont la cible de ce film. Il couvre un large éventail qui va de la mort et du deuil, à la protection et l'exploitation de l'autre, tout en passant par le pardon, la filiation, et le premier amour... et ça c'est toujours une bonne chose.Justice Smith, est un jeune acteur talentueux que je ne connaissais pas. Il gère aussi bien son jeu face à un humain, que face aux pokemons (cette phrase est étrange). Il fait parfaitement le taf, il est lumineux. J'espère qu'il ne restera pas cantonné à ce genre de rôle. Il a un vrai potentielBill Nighy a un rôle secondaire, bien qu'important dans l'histoire. Ce long métrage n'explore certainement pas tout son talent. Mais il fait le job
Alors est-ce que le film marquera le siècle? NonEst-ce qu'il séduira autant un adulte qui ne connait rien à cet univers, que celui qui a rêvé d’être dresseur alors qu'il était petit? Aux vues de ce qui s'est passé chez nous oui.oh que oui!Quant à l'enfant d'une dizaine d'années, je pense qu'il y adhérera sans problème .Ce film n'est certainement pas le doudou que certains espéraient, mais c'est un moment sympa et qui peut faire sens

wallpaper-1019588
Paradox (2017) de Wilson Yip
wallpaper-1019588
César 2020 : Le palmarès
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Working Woman
wallpaper-1019588
Nouvelle image officielle pour No Time To Die de Cary Fukunaga
wallpaper-1019588
Projet pour un nouveau site cinéphile !
wallpaper-1019588
Craindre que écrire blesse l’autre
wallpaper-1019588
Aladdin (2019) de Guy Ritchie
wallpaper-1019588
Les hirondelles de Kaboul