LA MALÉDICTION (Critique)

LA MALÉDICTION (Critique)LA MALÉDICTION (Critique)

SYNOPSIS: Ambassadeur des États-Unis à Londres, Robert Thorn réalise que son fils de cinq ans, Damien, n'est autre que la réincarnation de l'antéchrist.

Le cinéaste Richard Donner n'a peut-être pas connu la même notoriété que ses compères barbus du Nouvel Hollywood ( Spielberg, De Palma, Lucas, Coppola, Scorsese), mais a pourtant joui, à l'aube des 80's, d'un pouvoir quasi similaire au leur au sein de l'industrie de l'entertainment hollywoodien, s'étant souvent retrouvé au bon endroit, au bon moment, sur les bons projets (S uperman, Ladyhawke, Les Goonies, L'Arme Fatale, Radio Flyer...), aux côtés des bonnes personnes (des superstars planétaires telles que Mel Gibson, Sylvester Stallone, Bruce Willis...) au cours de sa carrière. Aux origines, le new-yorkais fait ses armes comme acteur dans des films expérimentaux puis comme réalisateur, dans les années 60, à la télévision, où il officie sur un nombre incalculable d'épisodes de séries cultes (l'œuvre la plus connue de cette faste période étant sans doute le terrifiant et inoubliable Cauchemar à 20 000 pieds de La Quatrième Dimension, sachant qu'il a aussi turbiné sur Des agents très spéciaux, Max la menace, Le Fugitif, Les Mystères de l'Ouest, Les rues de San Francisco, ou encore Kojak). Après avoir dirigé trois longs-métrages dans une relative discrétion ( X-15, Sel, poivre et dynamite et L'ange et le démon), Richard Donner goûte enfin à la reconnaissance en 1976 avec la sortie en salles de La Malédiction ( The Omen en version originale), dont le succès foudroyant lui permettra de se voir confier deux ans plus tard les clés de l'adaptation en film du comics Superman, avec le triomphe que l'on connaît.

LA MALÉDICTION (Critique)

La Malédiction, c'est quoi exactement ? Appartenant au genre du " thriller occulte à connotation religieuse ", qu'il a contribué à façonner aux côtés du Rosemary's Baby de Roman Polanski (1968) et surtout de L'Exorciste de William Friedkin (1973), La Malédiction raconte l'histoire du diplomate Robert Thorn ( Gregory Peck), qui, incapable d'annoncer à sa femme ( Lee Remick) le décès tragique de leur nouveau-né survenu dans un hôpital à Rome, décide de récupérer un mystérieux bébé orphelin, proposé par un prêtre et une nonne, et de le faire passer pour leur fils auprès de son épouse. Un petit garçon nommé Damien ( Harvey Stephens) qui, cinq ans plus tard, tandis que la famille a migré à Londres après que papounet ait été fraîchement nommé ambassadeur des États-Unis au Royaume-Uni à la cour de Saint-James, semble semer la mort sur son passage, en dépit de son apparence angélique, et pourrait bien s'avérer être en réalité le fils de Satan - le fameux Antéchrist tel qu'il est décrit dans la Bible - qui finit par faire s'abattre l'Apocalypse sur Terre. Pour interpréter Robert Thorn, de nombreux acteurs, bankables à l'époque, sont sélectionnés mais refusent (par choix ou pour des raisons contractuelles). Parmi eux, Charlton Heston, Roy Scheider, Dick Van Dyke et William Holden, ce dernier ayant finalement accepté de jouer dans la suite après le carton du premier au box-office. C'est finalement Gregory Peck, grande star de l'âge d'or hollywoodien et connu pour être l'incarnation du gentleman parfait, garant de valeurs nobles et de la morale, dans ses films (pas un hasard!), qui est choisi par Richard Donner pour camper l'ambassadeur à qui il arrive malheur. Nanti d'un budget modeste mais tout à fait correct (pour ce genre de projet) de 2,8 millions de dollars, alloué par Harvey Berhnard, Mace Neufeld et Charles Orme (trio de producteurs voulant surfer sur la vague du monstrueux blockbuster L'Exorciste), La Malédiction fut principalement tourné en Europe, entre Londres et Rome, mais aussi à Jérusalem et Chicago. Le tournage fut marqué par d'étranges et horribles événements en cascade - qu'il serait impossible de répertorier ici tant la liste est longue - qui touchèrent l'équipe de production et qui contribuèrent à créer une légende urbaine selon laquelle le film aurait été réellement touché par une malédiction, à l'instar de L'Exorciste en son temps (ou de Poltergeist et Conjuring des années plus tard). De quoi permettre à la 20th Century Fox, le distributeur de La Malédiction, de jouer cyniquement à fond cette carte lors de la campagne promotionnelle et de dépenser un fric monstrueux en marketing pour booster l'attente du public avant la sortie.

LA MALÉDICTION (Critique)

Mais revenons au fond : si La Malédiction constitue une vraie réussite (encore aujourd'hui!), c'est grâce à l'addition d'un scénario très efficace et malin, redevable à David Seltzer, d'une réalisation sans éclat mais carrée et propre de Richard Donner, du jeu convaincant et un peu YOLO du stressé Gregory Peck et d'une bande-originale exceptionnelle de l'immense JDavid Seltzer et Richard Donner se jettent dans la plus pure tradition du genre avec leur erry Goldsmith. Quatre hommes qui croient durs en la puissance évocatrice de leur sujet, le traitant avec sérieux et un ton premier degré fort appréciable, avant que l'ère du post-modernisme n'efface, via la conscience et la compréhension des règles par les personnages et l'humour second degré, la substantifique moelle de certaines œuvres horrifiques. C'est en effet corps et âme que Damien à traverser le temps, prêtres affublés de costumes noirs et porteurs de terribles nouvelles) pour créer une mythologie (la prophétie sous forme de poème biblique, le 666 - nombre de la Bête contenu dans l'Apocalypse selon Saint-Jean - tatoué sur le cuir chevelu de l'Antéchrist, le mur d' Yigaël comme présage de l'arrivée de l'Antéchrist, les 7 dagues mystiques comme seules armes pour arrêter Damien) et immerger à fond le spectateur dans cette histoire de fils possiblement diabolique. Et leur rigueur de travail s'avère pleinement fonctionnelle : on est ainsi terrifiés par ce récit eschatologique tendance paranoïaque et ces images bien agencées. Il faut dire aussi que les auteurs s'en donnent à cœur joie, jouant la corde de la suggestibilité là où il faut, multipliant ailleurs les scènes chocs mais expurgées d'éléments fantastiques (le suicide de la nounou par pendaison en plein cœur d'un goûter d'anniversaire avec des enfants, l'empalement d'un prêtre par le paratonnerre d'une église, des babouins qui s'échappent de leur enclos au zoo pour menacer un personnage, la chute spectaculaire de la mère sur le sol tandis que Damien fait tranquillement du tricycle façon Danny dans Malédiction, tirant leur source effrayante dans la Bible et l'hexakosioihexekontahexaphobie, convoquant alors tous les codes, symboles (crucifix) et figures (rottweiler noir tout droit sorti de l'Enfer, gouvernante creepy pour assister et aider Damien et la découverte du cadavre d'un chacal, une attaque de canidés vénères, la décapitation du photographe par une plaque de verre disposée à l'horizontal) et cultivant sans humour ni gaudriole une certaine ambiguïté ( Damien est-il oui ou non le fruit du Diable ? Le cas échéant, est-il conscient de ses pouvoirs et de leur impact sur son entourage ? Le récit est-il inscrit dans une réalité tangible ou dans le champs du fantastique ? Les soupçons de Robert Thorn vont-ils l'amener à tuer sa propre progéniture ?) pour rendre leur film indispensable. Au programme donc, une succession de décès franchement marquants (de part leur conception idéative, leur exécution artisanale, leur résultante très graphique et leur impact inestimable) que l'on pourrait tout à fait considérer comme de malheureux accidents si Donner ne nous avait pas lavé le cerveau auparavant, et dont on imagine aisément aujourd'hui qu'ils aient pu inspiré, de près ou de loin, les créateurs de la franchise Shining, l'ouverture de la sépulture de la supposée génitrice de Destination Finale pour mettre en boîte les morts les plus sadiques et funky de la saga.

LA MALÉDICTION (Critique)

Mais si La Malédiction fait preuve de générosité en surface, avec son script basique et conventionnel reposant sur une enquête policière face à une série de disparitions énigmatiques, c'est néanmoins un film doté d'une certaine profondeur. En filigrane de l'œuvre se trouve en effet plusieurs sous-textes inattendus et engageants. La fonction d'ambassadeur de Robert Thorn permettant en effet à David Seltzer et Richard Donner de tisser une métaphore politique pertinente et effrayante sur la possible ascension du Mal au pouvoir jusqu'à ses plus hautes sphères, facilitée par certains émissaires en apparence bien-pensants (la femme de Thorn perçoit d'ailleurs son mari comme le futur président des USA !). On n'omettra pas de mentionner au passage que Richard Donner se montre aussi capable d'offrir quelques éléments subversifs ici (l'emploi du bon Gregory Peck, comédien réputé pour son moralisme, ou lorsque celui-ci, puni pour avoir menti à sa femme sur l'origine de Damien, se voit contraint lors du climax à devoir poignarder son fils pour empêcher la fin du monde et justifier de la nécessité d'un deuil) et là (la demeure familiale, censé être un lieu de tranquillité, devenant ici un terrain de danger pour le couple Thorn ; l'épilogue glaçant, dévoilant Damien, de dos, tenu par la main du Président des Etats-Unis et souriant aux spectateurs après s'être retourné face caméra) pour brouiller les pistes et pervertir le récit. La Malédiction, c'est aussi et enfin un film où on nous dit quasi texto que l'Antéchrist arrivera quand les Juifs seront revenus à Sion (= Israël actuel), quand l'Empire Romain sera revenu à son acmée (= l'Union Européenne). L'Union Européenne, source du Mal ? Allons bon ! Si La Malédiction parvient à faire mouche, c'est aussi grâce à sa réalisation, non transcendante mais efficace et soignée, au talent de conteur de Donner, qui focalise astucieusement son récit en adoptant le point de vue d'une figure paternelle qui doute, et aux atouts purement techniques du métrage (chouette travail de Gilbert Taylor sur la lumière et de Carmen Dillon sur les décors Hammeriens, notamment avec ce cimetière peuplé de toutous aux dents acérés tout droit sorti du Chien des Baskerville). Sur un autre front, on ne peut passser à côté de l'irréprochable casting dans ces lignes. Outre Gregory Peck, impeccable parce qu'il donne constamment l'impression de ne pas savoir où il est, ce qu'il doit dire ou ce qu'il doit faire, illustrant ainsi à la perfection les tourments du personnage, on salue évidemment les participations particulièrement flippantes de Billie Whitelaw en nanie ordonnatrice du Mal et du novice Harvey Stephens dans le rôle délicat à négocier de Damien. À la fois " pur " et angoissant, ce dernier, choisi en personne par Richard Donner après qu'il ait agressé physiquement le cinéaste durant une audition, a indéniablement participé à créer le culte autour du personnage de Damien, et ainsi le faire figurer au Panthéon de la culture populaire. Autre élément identifiable à applaudir avec ferveur, la partition incroyablement anxiogène et parfaitement placée de Jerry Goldsmith, composée en majeure partie de chœurs maléfiques chantant en latin à la gloire de Satan, comme sur le cauchemardesque morceau Ave Satani, qui contribua sans doute au succès du film et permis au passage au célèbre musicien de remporter le seul Oscar de son époustouflante carrière. Une musique qui sera d'ailleurs reprise à l'infini par des groupes de Metal. Alors on pourra toujours rétorquer que La Malédiction souffre de quelques invraisemblances (comment le photographe se retrouve à tel endroit à tel moment?), accuse une légère baisse de rythme au milieu (le retour à Rome, avant le passage à Jérusalem) et manque peut-être de ce petit grain de folie qui a animé ses illustres prédécesseurs déjà cités (l'inquiétante étrangeté de Rosemary's Baby, la peur viscérale de L'Exorciste), mais il constitue encore aujourd'hui une pièce maîtresse dans la filmographie de Richard Donner, demeurant remarquable pour sa tension palpable et crescendo, ses mises à mort ineffaçables, ses choix narratifs et son utilisation consciencieuse de la musique.

LA MALÉDICTION (Critique)

Sorti en salles le 25 juin 1976, mais projeté en avant-première le 06/06/1976 (" 666 ") pour coller à son ambiance démoniaque, le film connaîtra un succès instantané et faramineux auprès du public, récoltant près de 61 millions de billets verts rien que sur le seul territoire américain et réalisant 1,3 millions d'entrées dans l'hexagone. Par la suite, La Malédiction lancera en fanfare la mode des thrillers religieux impliquant des vilains garnements, dont il sort encore aujourd'hui annuellement une flopée d'ersatz : Un jeu d'enfants, Joshua, Le Cas 39, Godsend l'expérience interdite, Possédée, Esther, Dorothy, The Baby ... la liste est interminable. Entre temps, La Malédiction a engendré deux suites périssables ( Damien : La Malédiction 2 de Don Taylor, sorti en 1978, avec un Damien ado et La Malédiction finale de Graham Baker, en 1981, avec un Damien adulte incarné par un Sam Neill terrifiant et sorti dans certains pays européens sous le titre Barbara's Baby en référence au chef d'œuvre de Roman Polanski), un TV film moisi servant de 4ème opus ( La Malédiction 4 - L'Eveil de Jorge Montesi et Dominique Othenin-Girard, diffusé en 1991), un remake quasi éponyme ( 666 : La Malédiction, avec Mia Farrow, mère de l'Antéchrist dans Rosemary's Baby, qui reprend ici le rôle de la gouvernante maléfique, protectrice du fils du Diable) tout à fait dispensable sorti en salles le 6 juin 2006, ainsi qu'une série télé en 2016 sobrement intitulée Damien. Damien, prénom aujourd'hui assimilé à l'Antéchrist dans l'inconscient collectif, est même allé jusqu'à apparaître en 1977, sous forme de personnage de BD, dans le magazine contre-culturel Mad. De notre côté, plutôt que de vous orienter vers le visionnage des suites très inégales ou du remake copié-collé de John Moore, on ne saurait trop vous recommander de mater le truculent Hot Fuzz d' Edgar Wright, qui rend hommage à l'original de Donner de la plus belle des manières. D'abord avec le casting de la terrifiante Billie Whitelaw dans un rôle tertiaire mais mémorable ; ensuite, à l'occasion de la mise à mort particulièrement improbable et savoureuse d'un journaliste à travers une scène qui rappelle incontestablement le décès tragique du Père Brennan dans le film de Richard Donner. On notera enfin la présence de La Malédiction dans le top ciné de tous les temps de Guillermo Del Toro, cinéaste particulièrement exigeant lorsqu'il s'agit de cinéma de genre. Gage de qualité !

LA MALÉDICTION (Critique)

Titre Original: THE OMEN

Réalisé par: Richard Donner

Genre: Epouvante-Horreur, Thriller

Sortie le: 17 novembre 1976

Distribué par: -

LA MALÉDICTION (Critique)EXCELLENT


wallpaper-1019588
[Mostra de Venise 2019] “Gloria Mundi” de Robert Guédiguian
wallpaper-1019588
Le Testament Caché (2016) de Jim Sheridan
wallpaper-1019588
Première bande annonce VF pour Unicorn Store de et avec Brie Larson
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Colette
wallpaper-1019588
Pour Sama au Zola jeudi 17 octobre 2019
wallpaper-1019588
Nouvelle affiche US pour The Lighthouse de Robert Eggers
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #67. Best Of The Best
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Shaun Le Mouton Le Film : La Ferme contre-Attaque