Late Night de Nisha Ganatra

Late night

Les coulisses de la télé ou comment nager au milieu des requins

Posons tout de suite LA question importante : À quand Emma Thompson en animatrice ? Peut-on ne pas aimer Emma Thompson ? Est-ce vraiment possible de ne pas apprécier son accent, son français, son côté foufou, sa fraîcheur et son talent ? Dites-moi !

Late Night nous embarque dans le milieu des late shows américains, ces fameuses émissions de soirée animées par Jimmy Fallon, Jimmy Kimmel, David Letterman, Conan O’Brian, Jay Leno – et j’en passe – où un animateur reçoit des personnalités pour parler de leur actualité et faire des jeux. Arthur a essayé de faire ça en France, flop monumental ! Canal diffuse sur le câble le Tonight Show repris depuis quelques années par Fallon (celui que je préfère). Le principe étant simple : de l’actu et de l’humour. Emma Thompson revêt ses plus beaux costumes pour animer un late show très en perte de vitesse car elle n’a pas su se renouveler, préférant garder sa vieille recette pour mettre à l’honneur des causes qui lui sont justes (noble de sa part). Seulement, la télévision est un monde sans pitié, blindée de requins prêts à vous dévorer tout cru au moindre faux pas, le tout dirigé par le roi audimat, plus communément appelé public. Oui, vous et moi. Katherine Newbury (le personnage de Thompson) se retrouve sur la scellette si elle ne fait pas remonter l’audience en modernisant le contenu de son émission. Elle fait donc appel à Mindy Kalling pour rejoindre ses auteurs entièrement composés d’hommes.

Quand on s’intéresse un peu à la télévision et aux late shows, on est heureux de découvrir comment fonctionne le milieu avec des auteurs qui écrivent des textes et des sketchs pour un(e) animateur(trice) vedette. Newbury campe sur ses convictions et la fidélité de son auditoire se pensant intouchable. C’est une personne évidemment exécrable, qui ne se remet pas en cause et qui ne voit pas la vérité en face. Thompson est incroyable comme à son habitude, dégageant à coups de sourires une telle sympathie malgré un personnage revêche et méchant. Du coup, on arrive à apprécier son personnage même si elle est détestable. J’ai même réussi à avoir de la sympathie pour Mindy Kalling qui elle aussi a des principes dont elle ne démord pas. Son personnage ne tombe jamais dans la niaiserie, ni dans la facilité du comique. Elle apporte une forte valeur ajoutée en tant que femme, mais aussi grâce à ses origines ainsi que sa combativité.

Late Night propose un duo qui marche, rafraîchissant pour une histoire originale ET intéressante pour une incursion dans un milieu qui nous ait totalement inconnu. C’est aussi inspirant, les late shows américains manquent clairement d’animatrices. Je relève un petit bémol à la toute fin du film où l’on passe du coq au vin au point d’en faire trop. Et puis, je vous ai dit qu’il y avait Emma Thompson dedans ?!

PS : je n’ai pas mentionné la papesse Ellen DeGeneres qui elle officie en journée et non en soirée.

Sortie en salles le 21 Août 2019.


wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Nicky Larson Private Eyes
wallpaper-1019588
Isn't It Romantic (2019) de Todd Strauss-Schulson
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Glass
wallpaper-1019588
Paradox (2017) de Wilson Yip
wallpaper-1019588
Affiches personnages US pour Birds of Prey de Cathy Yan
wallpaper-1019588
Stephen Graham au casting de Venom 2 signé Andy Serkis ?
wallpaper-1019588
Chérie, J’ai Rétréci les Gosses : Joe Johnston à la réalisation du reboot ?
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Troop Zero de Bert & Bertie