[CRITIQUE] : Dora et la Cité Perdue

 [CRITIQUE] : Dora et la Cité Perdue

Réalisateur : James Bobin

Acteurs : Isabela Moner, Michael Peña, Eva Longoria,...
Distributeur : Paramount Pictures France
Budget : -
Genre : Famille, Aventure.
Nationalité : Américain, Australien.
Durée : 1h40min.

Synopsis :

Après des années à explorer la jungle avec ses parents, Dora se prépare à vivre l’épreuve la plus difficile de sa vie : l’entrée au lycée ! Son âme d’exploratrice ressurgit quand elle doit voler à la rescousse de ses parents en danger.
Accompagnée de son fidèle singe Babouche, de son cousin Diego et de nouveaux amis hauts en couleur, Dora embarque dans une folle aventure qui l’amènera à percer le mystère de la Cité d’or perdue.


Critique :

Jouant autant de la nostalgie que du décalage, avec son héroïne dont la singularité est tourné en dérision, pas toujours fin dans son humour ni ses effets, #DoraEtLaCitéPerdue
n'est pas totalement le ratage redouté ni même la réussite un poil espéré. Un entre-deux pas désagréable pic.twitter.com/cqOEiFG9nD
— FuckingCinephiles (@FuckCinephiles) August 12, 2019

Qu'on se le dise, derrière leurs allures de grosses machines à billets verts populaires, sensiblement soutenues dans les salles obscures du monde entier et chapeautées par des équipes bien trop rodées à la tâche, les franchises Hollywoodiennes sont des petits êtres sur pellicule qu'il faut traiter avec respect et précaution, sous peine de voir leurs qualités, et directement leur pouvoir attractif, fondre comme neige au soleil.


[CRITIQUE] : Dora et la Cité Perdue

Si elle était habitué à chouchouter son bébé Mission : Impossible, la Paramount en a fait l'amère expérience avec Transformers, poule aux oeufs de bronze et non plus d'or désormais, qui si elle a (re)gagné en intérêt (l'excellent spin-off/prequel Bumblebee), n'est plus autant bankable que par le passé.

Raison de plus pour la major donc, de se trouver un nouveau Cheval de Troie pour infiltrer nos étés ciné avec une nouvelle wannabe franchise au pouvoir populaire déjà certain, et elle n'a pas cherché bien loin dans son catalogue en produisant rien de moins qu'une péloche live de... Dora l'Exploratrice, petite gamine aventurière dont le dessin animé pseudo éducatif aura connu un succès aussi monstrueux que totalement incompréhensible (ah les mioches...) sur les deux dernières décennies.
Transposé non pas au pied de la lettre mais directement au stade de teen movie young adult avec une Dora faisant ses premiers pas au lycée, bifurquant gentiment mais sûrement vers le film d'aventure familial en quête d'un mystère important (découvert par les parents de Dora) pompant gentiment sur la concurrence récente (Jumanji : Bienvenue dans la Jungle en tête); Dora et la Cité Perdue, même s'il épouse avec une frénésie totalement alarmante, tous les clichés/facilités qui lui tombent devant la caméra, parvient à laisser parler une certaine magie qui fait mouche.
[CRITIQUE] : Dora et la Cité Perdue

Fidèle à son matériau d'origine, auquel il offre son bon lot de clins d'oeil plus ou moins appuyés (tout en pointant des incohérences : tout le monde trouve ça normal que des animaux parlent...), le film véhicule au milieu d'un océan de blagues scatos, un message réjouissant et plein de tendresse sur l'élimination des obstacles du dur passage à la vie d'adulte, et sur la difficulté d'être soi-même face à d'autres personnes, qu'ils soient nos amis ou de parfaits inconnus.

Étonnamment joyeuse et empathique, la jeune distribution, même si elle joue affreusement des stéréotypes (pas aidé par une écriture limitée), porte cette idée pure et profondément louable pour un divertissement résolument ciblé pour nos petites têtes blondes, de se forger sa propre personnalité sans la claquer sur des personnes plus populaires.
Être soi-même le plus tôt possible, c'est important et pourtant, rares sont les productions populaires aujourd'hui, à en faire leur credo principal.
Jouant autant de la nostalgie (on a tous grandit, de près ou de loin, avec Dora) que du décalage (Danny Trejo et Benicio Del Toro qui ont des voix d'animaux... ok), avec son héroïne dont la singularité est souvent gentiment tourné en dérision, pas toujours fin dans son humour et encore moins dans ses effets visuels (les SFX sont à la ramasse, et les animaux en CGI ne fonctionnent pas aussi bien que prévu) et sa mise en scène sans saveur, la péloche n'est pas totalement le ratage redouté ni même la réussite ardemment espéré.
[CRITIQUE] : Dora et la Cité Perdue

Une sorte d'entre-deux pas si désagréable qui se ressent à tous les niveaux (un teen movie avec des ados ressemblant bien plus à des enfants,...), mais qui a bon ton de prôner le " être soi-même " coûte que coûte, et qui à le mérite de laisser à nouveau le génial Michael Peña voler le show à chaque apparition.

C'est déjà pas mal.


Jonathan Chevrier


[CRITIQUE] : Dora et la Cité Perdue

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : J’ai perdu mon corps
wallpaper-1019588
Mississippi Burning
wallpaper-1019588
L'Homme du Peuple
wallpaper-1019588
Les ciné-concerts, ça vaut quoi ?
wallpaper-1019588
El Secreto de Sus Ojos
wallpaper-1019588
We Can Be Heroes : Un gros casting pour le prochain film de Robert Rodriguez !
wallpaper-1019588
Gina Rodriguez en vedette du thriller SF Awake de Mark Raso ?
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Motherless Brooklyn de et avec Edward Norton